14 mars 2013

Un sinistre Londonien

de John Bingham

un sinistre londonien

Lorsque le feu prend au 127 Paton Street, l'origine criminelle de l'incendie ne fait guère de doute. L'affaire semble relativement simple, jusqu'à la découverte d'un cadavre dissimulé d'assez étrange façon sur les lieux du sinistre.

Ce cadavre a le même effet qu'une pierre jetée dans une eau calme: à partir de lui, les soupçons s'étendent des cercles concentriques, qui englobent un ménage de commerçants juifs nés en Allemagne, un séducteur impénitent, quelques bookmakers, des amoureuses transies, un mari trompé, plus un policier gallois témoignant d'une sensibilité que réprouve son adjoint.

Éditions OPTA

~~~

Julian Symons, lui-même orfèvre en la matière, qualifie ce roman passionnant de "brillant tour de force", et rares seront les lecteurs qui devineront le fin mot de cette diabolique affaire avant que John Bingham ne leur en apporte l'étonnante révélation.

~~~

Posté par elleon à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 mars 2013

Le mal est fait

de Louis C. Thomas

le mal est faitIl fait très chaud cet été-là à Lyon. Le commissaire Paron enquête sur la mort d’Henriette Pellegrin, retrouvée noyée dans le Rhône.

Dans l’immeuble où vivait la jeune femme, le policier rencontre Mlle Conchet (concierge et tireuse de cartes) et Mado, entraîneuse de boite de nuit.Paron convoque Étienne Joulian, l’employeur d’Henriette, papetier en demi-gros et détail. Ex-employeur, plutôt, car il venait de la licencier le samedi précédent. Une piste mène le policier à Saint-Menet, où la jeune femme avait des attaches. Mais Jules et Augusta, les patrons du Relais, ne l’aident guère. Chez Joulian, le commissaire fait la connaissance de son épouse Paulette, de sa belle-mère, Mme Hacquier, et de Jojo, l’employé de la papeterie.

Plus tard, il rencontre Arthur Bresson, comptable de l’entreprise, frère de Mme Hacquier.C’est grâce à lui qu’Henriette a quitté son village pour s’installer à Lyon. Le jeune Robert Gallec, voisin de la défunte, n’est pas totalement naïf. Il sait qu’Henriette avait un amant, mais qu’il ne s’agit pas d’Arthur Bresson. Ce n’était donc pas la pure jeune fille qu’on imaginait. D’ailleurs, elle était enceinte au moment de sa mort. En outre, elle avait depuis longtemps économisé de belles sommes d’argent.

Le commissaire Paron ne manque pas de suspects, s’il s’agit bien d’un meurtre…

Éditions LA CORNE D'OR

Posté par Krri à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le croque-mort s'en va-t'en bière

de Alexandre Terrel (pseudonyme de Alexis Lecaye)

le croque mort s'en va t en biereLe commissariat était prévenu: la reine de beauté serait exécutée le soir du carnaval. Comment ? Pourquoi ? La lettre anonyme ne le précisait pas.

Mais on avait maintenant la réponse à la première question. Restait la seconde. Pourquoi a-t-on abattu une fille qui se contentait d'avoir des mensurations idéales?

Les notables qui règnent sur la ville ont l'air bien embarrassés. À commencer par le procureur, qui ne semble pas disposé à lever le petit doigt pour éclaircir l'affaire. Et inutile de compter sur le juge d'instruction.

Alors ? Alors, le croque-mort va prendre les choses en main. Plein d'entrain, influent, c'est l'homme de la situation. D'autant que les cadavres, ça le connaît...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le croque-mort s'en mord les doigts

de Alexandre Terrel (pseudonyme de Alexis Lecaye)

le croque mort s'n mord les doigtsL'histoire se passe à Balançon. Un homme, Mr. Surpoix, médecin gynécologue craint pour sa vie, suite à trois tentatives ratées d'assassinat.

Pourquoi le Dr Surpoix a-t-il peur d'être assassiné? Quelle est la relation avec son beau-frère responsable d'une clinique ?  Pourquoi ce trafic de fichiers avec le "milieu"?

Quel est le rôle de la société matrimoniale ? Qui est le meurtrier ?

Et pourquoi celui-ci n'est-il pas arrêté ?

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le croque-mort et sa veuve

de Alexandre Terrel (pseudonyme de Alexis Lecaye)

le croque mort et sa veuveFinalement, le métier de croque-mort, c'est tout un art. Essayez donc d'incinérer un noyé de dix jours... Il faut l'assécher, le farcir de combustibles, l'emballer de paraffine... Pas facile. Par bonheur, la plupart des cadavres font beaucoup moins d'histoires.

Le beau-frère du noyé, par exemple, était parfaitement sec et en bon état, lui. Si on excepte un trou dans la poitrine, bien sûr.

Mais le plus dur, en définitive, c'est de s'occuper des veuves que laissent les chers disparus. Car entre la brune capiteuse du noyé et la blonde incendiaire du troué, le coeur du croque-mort balance. Après tout, elles ont l'air aussi dangereuses l'une que l'autre...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le croque-mort de ma vie

de Alexandre Terrel (pseudonyme de Alexis Lecaye)

le croque mort de ma vieUn ovale parfait, infiniment délicat... De longs cheveux blonds en torsade, des lèvres corail, des joues incarnat délicat... Vision enchanteresse...

Malheureusement, Ophélie Trinqueton est bel et bien morte.

Antoine Chabrier, le croque-mort de Balançon-les-Bains, en sait quelque chose, puisque c'est lui qui l'a « préparée » et qui va procéder à son enterrement suivant les instructions anonymes qu'il a reçues. 

Les circonstances de ce décès sont sans aucun doute suspectes, mais il n'empêche que la jeune femme est morte. Alors, comment se fait-il qu'elle s'obstine à lui apparaître, et même à lui parler ? 

Il y a là de quoi troubler le plus placide des croque-morts...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2013

Prix Nobel pour l'assassin ?

de Joakim Bergman

prix nobel pour assassin

Le petit village de Campomoro, situé sur la côte ouest de l'île italienne d'Ischia, au large de Naples, compte parmi ses habitants quelques personnages célèbres, dont un grand poète américain et un romancier italien de renom international.

Nous sommes à la mi-octobre et, dans quelques jours, l'Académie suédoise décernera le "Prix Nobel de Littérature". On estime que le lauréat de l'année sera ou le poète, ou le romancier.

L'avant-veille de la proclamation du résultat, un compositeur allemand et sa femme, artiste-peintre, donnent un dîner en l'honneur de quelques amis.

À la fin de cette soirée, une violente dispute éclate entre le poète américain et le romancier italien qui ne se sont jamais très bien entendus. Le lendemain, on constate que les deux écrivains ont disparu...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par elleon à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2013

Le rendez-vous de Delft

de Gilbert Tanugi

le rendez vous de delftÀ Delft, où se trouve provisoirement la plus belle pièce d'orfèvrerie du monde, une femme ravissante vit une histoire d'amour hors du temps.

À Amsterdam, un homme, terne et vieillissant, vit lui aussi une histoire d'amour hors du temps et hors du commun.

L'un et l'autre retrouvent l'exigence absurde et magnifique de la Princesse de Clèves. Ils entrent dans l'amour comme on entre dans la folie. Ce qui les conduit jusqu'au crime…

Éditions DENOËL

Posté par Krri à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2013

Une dent contre lui

de Bill S. Ballinger

une dent contre lui

...De son vivant, il était prestidigitateur. Un magicien, un faiseur de miracles, un illusionniste comme Houdini, mais beaucoup moins célèbre parce que mort trop tôt.

Beaucoup moins célèbre, mais non moins habile, car il réalisa, en somme, trois choses que ces maîtres de l'illusion ne tentèrent jamais d'accomplir.

En premier lieu, il vengea un meurtre. En second lieu, il commit un meurtre. Et, finalement, il disparut lui-même en commettant ce meurtre.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

~~~

Ce meurtre vengé, ce meurtre commis, ce meurtre "subi" composent, à eux trois, un véritable tour de prestidigitation que seul pouvait réussir Bill S. Ballinger.

~~~

Posté par elleon à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cabaret des assassins

de Nadine Monfils

le cabaret des assassins

Les bistros sont les églises des marins restés sur terre. Et Léon tangue dangereusement, pris entre les filets d'une histoire machiavélique.

Jeannot, son vieil ami et patron du bistrot où il aimait aller avant, est parti regarder pousser le pinard à la campagne. Est-ce à cause de cela que tout se déglingue autour du commissaire ? Le fameux battement d'aile du papillon... Il se retrouve alors au cœur d'un meurtre particulièrement étrange où tout l'accuse.

Peut-on aller au bout de soi-même sans se perdre? Mais qu'apprend-t-on de la vie en restant dans ses pantoufles? La seule lumière est celle de l'enfance parce qu'elle éclaire toute les autres.

Éditions VAUVENARGUES

Posté par elleon à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]