29 janvier 2013

Et vous trouvez ça drôle ?

de Donald Westlake

et vous trouvez ca drole

Certains cambriolages sont tellement impossibles que même John Dortmunder n'y croit pas.

Celui que projette Eppick, un ancien flic tenace, appartient à cette catégorie : voler un jeu d'échecs d'une demi-tonne en or et pierreries, barricadé dans la chambre forte souterraine d'une banque inexpugnable. Evidemment, personne ne veut tenter un coup pareil, qui s'apparente à un véritable suicide.

Malheureusement pour Dortmunder, sa réputation parle pour lui et Eppick a les moyens de le faire chanter. Résigné, il n'a d'autre choix que de se surpasser...

Éditions RIVAGES

~~~~

"What's So Funny?"  paru en 2007, un inédit de la série Dortmunder .

~~~

"Le dernier vol de la bande, c'est du jamais vu."   "New York Times Book Review"

~~~~


Posté par elleon à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


On aime et on meurt comme ça

de Donald Westlake

on aime et on meurt comme ca

Viré de la police parce qu'il était chez une femme au lieu d'épauler un collègue qui s'est fait descendre, Mitch Tobin se morfond, rongé par la culpabilité.

Rembek, un mafioso, lui demande alors de retrouver le meurtrier de sa maîtresse. Celle-ci s'était enfuie en emportant un magot, qui a disparu. Pour mener sa tâche à bien, il devra enquêter dans l'entourage de Rembek et pénétrer dans l'univers secret de la mafia.

Un boulot vraiment taillé sur mesure pour Tobin, mais qui ne va pas sans poser quelques problèmes moraux...

Éditions RIVAGES

-

Édition originale sous le titre "Chauffé à blanc" sous le pseudonyme de Tucker Coe: Éd. Gallimard (1995)

~~~

La série Mitch Tobin est republiée dans des traductions revues et complétées.

~~~


Posté par elleon à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2013

Vous êtes dur avec moi

de Gilles Morris-Dumoulin

vous etes dur avec moi

Un crachat de mitraillette qui vous arrive bien groupé dans l'estomac, ça n'est pas fait pour en améliorer le fonctionnement. Surtout lorsqu'on a déjà, d'ordinaire, tendance à la dyspepsie.

Giovanni Mosca, le bras droit de Max Esterazzi, plus connu sous le nom de Max-le-dur, était célèbre dans le milieu pour ses digestions laborieuses et sa manie de sucer à tout bout de champ des pastilles au bicarbonate.

Et peut-être eût-il tendu la main, d'un geste machinal, vers la boîte de poche en matière plastique, s'il avait eu le temps, avant de mourir, de sentir la lourdeur brutale, caractéristique, de son estomac ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Son pesant d'or

de Gilles Morris-Dumoulin

son pesant d'or

" Prenez un être normalement constitué. Homme ou femme. Placez-le, à l'improviste, devant la possibilité de ramasser vingt-cinq millions. Offrez-lui des accommodements tout cuits avec sa conscience. Ajoutez à cela le mirage d'une impunité quasi certaine et demandez-vous combien de fois sur dix il ressortira, de cette situation, un coupable...

Problème absurde, ainsi posé ? Peut-être! Mais problème qu'à la réflexion je ne vous souhaite pas d'avoir réellement à résoudre. Parce que vous ne savez pas comment vous réagiriez alors, et que vous risqueriez d'avoir des surprises! "

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

On ne m'a pas comme ça

de Gilles Morris-Dumoulin

on ne m'a pas comme ca

Vous connaissez le Zodiaque ? Ce maboul ou prétendu tel — moi, on ne m'a pas comme ça — qui signe chacun de ses crimes... d'un signe du Zodiaque! Drôles de Poissons d'avril ! Et qui font vachement Sagittaire la police.

Pour une fois, les flics et mézigue, on s'entend comme des Gémeaux. (Dieu merci, mon casier est Vierge). Mais ça ne m'empêche pas d'avoir bouffé du Lion et Cancer le moment d'y aller, je prends le Taureau par les Capricornes, je fonce comme un Bélier et les suites possibles... je m'en Balance !

O.K., j'ai oublié le Scorpion ! Mais si vous avez le mauvais goût d'en faire la remarque, je vais vous dire : c'est voua que le Zodiaque aurait dû étrangler. Au Verseau!

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les risques du métier

de G. Morris

les risques du metier

" Pivotant sur lui-même, Chaffu revint vers nous. Il marchait très droit, comme un homme ivre qui consacre à ne pas zig-zaguer toutes les ressources de son énergie défaillante. Il marchait très droit et ses traits convulsés exprimaient une intense stupéfaction. La stupéfaction de quelqu'un qui n'a plus que cinq ou dix secondes à vivre et refuse encore d'accepter l'évidence.

Regardant fixement Teddy, il bégaya quelque chose qui ressemblait à :

- Pas... lettre...

Puis baissa les yeux vers sa poitrine au milieu de laquelle commençaient à s'élargir deux taches rouges, comprit qu'il était déjà mort et s'effondra comme une masse, le nez en avant.

À toute histoire de fous, il faut bien une "chute", pas vrai ? "

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Interdit aux J.3

de Gilles Morris-Dumoulin

interdit au j3

... Il n'avait plus d'oreilles, le Mylord, il n'avait plus que des yeux. Des yeux qui ne voyaient qu'une chose. Un seul objet. Une main. Une main toute seule. Une main sans corps. Immobile et comme attentive. Une main à l'affût.

L'individu, collé au battant de la porte, à la frontière de la vitre étroite, n'avait pas remarqué la présence, en face de lui, de la plaque de propreté chromée, astiquée, qui réfléchissait, avec juste ce qu'il fallait de flou pour la rendre horrible, cette main aux aguets, cette main sans visage, cette main en attente...

Jojo parlait, suppliait, plaidait, mais le Mylord n'avait plus d'oreilles. Il n'avait plus que des yeux, le Mylord. Pour pleurer. Et des tripes pour sentir sa peur...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Faut pas se laisser abattre

de Gilles Morris-Dumoulin

faut pas se laisser abattre

Du siège de sa voiture, Sylvia vit l'un des agents lâcher son vélo, déboucler rapidement l'étui de son revolver. Mais elle ne pouvait pas, elle ne pouvait plus stopper, c'était tout ou rien, il était trop tard...

Puis elle réalisa ce que l'autre flic allait faire et lança un cri d'épouvante : ayant empoigné, avec une présence d'esprit remarquable, sa lourde bicyclette par la selle et par la guidon, le second policier l'arrachait au sol, la projetait vers la Dauphine !

Ce fut l'affaire d'une seconde, d'une demi-seconde... Un coup de volant à gauche, une embardée, un choc, et l'approche vertigineuse d'un lampadaire...

Éditions  PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Double exemplaire

de Gilles Morris-Dumoulin

double exemplaire

Hermann et Wilhelm Freimüller sont jumeaux. Deux exemplaires d'un même corps...

Mais leurs âmes ? Quels liens étranges les unissent ? Quelles sourdes rivalités les séparent ? Quels drames couvent dans l'atmosphère gothique de Kaisersbrück, la ville oubliée, au coeur de la Forêt-Noire ?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au point où j'en suis

de G. Morris

au point ou j' en suis

Au point où il en était, la plupart auraient lâché prise, mais pas lui.

On l'avait poussé trop fort, une fois de trop. Maintenant, il n'avait plus rien à perdre.

Éditions FLEUVE NOIR

Édition originale: Presses de la Cité (1960)

Posté par elleon à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]