31 août 2012

La sang à la tête

de André Lay

le sang a la tete

La pensée de Toni Banks fit un bond en arrière. Des remugles de sciure, de fauves, d'embrocation, enfin toutes les odeurs du cirque se superposèrent à celles de la mer. Des images colorées, bruyantes, défilèrent devant ses yeux.

Il revit Sandra voltigeant à plus de vingt mètres, entendit le sifflement feutré du trapèze volant, alors qu'en bas, le public gorge nouée, coeur stoppé, attendait avec angoisse l'ultime fraction de seconde où leurs mains allaient se saisir.
II revit Riva, leur partenaire, répondant avec Sandra aux applaudissements ébranlant le chapiteau.

Sandra... Riva... tout se mit à tournoyer comme le soir... où... le sang lui était venu à la tête.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le partage des fauves

de André Lay

le partage des fauves

Lauri s'étira, se redressa à demi, referma son chemisier. Un petit grognement de satisfaction roula dans sa gorge. Elle leva les yeux vers Delgano, murmura comme pour elle-même :

- Rupper va tenter de s'emparer de la paie des ouvriers de la mine de Chuquicamata.

- II veut se suicider.

La jeune femme esquissa un geste de colère :

- Je connais la suite, le wagon blindé est imprenable, etc., etc. Pourtant, écoute...

Elle parla pendant 20 minutes, puis chercha le regard de son amant :

- Qu'en penses-tu?

Delgano, abasourdi, montra ses dents éclatantes :

- C'est prodigieux.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2012

Le crime était plus que parfait

de André Lay

le crime etait plus que parfait

Bruno resta un long moment silencieux alors que Nadège, soulagée d'en avoir terminé, reprenait lentement sa respiration en attendant sa réponse. Mais il n'y avait rien à dire et, à moins d'une malchance extraordinaire, rien à craindre car personne jamais ne saurait.

Mieux, présentée comme elle venait de la présenter, la mort d'Antoine Felbert n'était plus qu'une formalité, ennuyeuse, délicate, mais une formalité.

Nadège avait imaginé le crime plus que parfait. Restait à l'accomplir.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma mort a des yeux bleus

de André Lay

ma mort a des yeux bleus

Sa bouche s'est ouverte sur un cri de surprise, puis son regard s'est braqué sur l'automatique et elle a compris qu'elle allait mourir.

Éditions FLEUVE NOIR

Édition originale (1958)

Adaptation au cinéma sous le titre: "Mourir d'amour" (1960)

Posté par elleon à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La clef

de André Lay

la clef

Sous l'éclat violent des lampes électriques, J.-H. Vernon est d'une pâleur de cire, la tache de sang tranche violemment sur la blancheur des draps.

Je fais le tour du lit, constate qu'aucun détail insolite n'attirera I'attention des policiers, puis reviens vers la table de nuit; le trousseau, remis à la victime par Benoît, se trouve à côté de la petite clef plate servant à ouvrir la porte de la chambre.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La bonté du diable

de André Lay

la bonté du diable

Rivas battit des cils, tourna la tête dans ma direction et, en rencontrant son regard, il me sembla qu'un voile ternissait l'éclat fiévreux de ses prunelles. J'en eus la confirmation en l'entendant murmurer:

- Où êtes-vous ?

- Près de vous, restez calme.

- L'infirmière est partie ?

Je jetai un coup d'oeil en direction du couloir de l'hôpital sombre et désert en cette fin de nuit.

- Oui.

- Alors écoutez-moi.

J'écoutai. Ça en valait la peine!

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'entorse

de André Lay

l'entorse

Le tout-à-l'égout...C'est d'abord des marteaux-piqueurs pour défoncer la chaussée. La pelleteuse pour creuser la  tranchée. Les énormes conduits assemblés bout à bout, recouverts de terre en attendant le passage du rouleau compresseur.

En quelque sorte, une tombe toute prête à votre porte.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'enfer à domicile

de André Lay

l'enfer a domicile

Le dernier clou céda en grinçant, le couvercle retomba, découvrant la forme blanche. Puma jeta son outil. Dans sa nuque, il sentait le souffle un peu précipité de Kulne.

Valérie Norton, admirablement coiffée malgré les heurts, maquillée avec soin, paraissait dormir. Seul son visage cireux révélait qu'elle avait fermé les yeux pour l'éternité.

Éclairés de biais par les rayons du soleil se couchant sur le désert du Mapimi, les deux aventuriers et la morte formaient un tableau extraordinaire. Un léger glissement sur le sable brûlant les fit pivoter. La nièce de Valérie Norton, revenue de son évanouissement, les fixait d'un regard dément.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Injustice immanente

de André Lay

injustice immanente

La belle Alexandra Murely s'engouffra à l'intérieur de l'appartement de Stolay et marcha d'un pas vif jusqu'au large canapé. Une seconde plus tard leurs lèvres se joignaient. Ils s'aimèrent à en perdre le souffle, puis elles restèrent silencieux jusqu'au moment où la jeune femme murmura :

- Je crois que c'est la dernière fois que nous nous voyons.

Stolay prit une profonde inspiration, avant de déclarer d'une voix sourde :

- Tu es libre à présent, puisque j'ai tué ton mari.

Les grands yeux verts d'Alexandra se voilèrent :

- Tu dis n'importe quoi. Il est mort d'un infarctus. Les spécialistes qui le soignaient depuis des mois sont affirmatifs.
Alors Stolay raconta comment il avait accompli le crime parfait.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fureur

de André Lay

fureur

Le lieutenant Rovira plissa les paupières, fixa à se faire mal le ravisseur de la petite Mercédès Combes qu'il pourchassait depuis des jours. Droit sur sa selle, un chapeau à large, bord rabattu sur le front, insensible au prodigieux décor de la Cordillère des Andes, il se balançait au pas lent de sa mule.

Le policier renonça à distinguer les traits de l'enfant emmitouflée dans une couverture bariolée : tout ce qu'il était arrivé à voir était une masse informe recroquevillée sur le dos de la seconde bête.

Quelques instants plus tard, dissimulé par un amoncellement de rocs, fusil à l'épaule, oeil fixé au viseur télescopique, Rovira commençait à compter ce qu'il croyait être les dernières minutes de cette poursuite impitoyable.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]