01 janvier 2009

Trois pieds dans une tombe

de Jacques Blois

3_pieds_dans_une_tombeUn quart d'heure plus tard, le couvercle cédait mais le merveilleux, le surnaturel, lui, attrapait un coefficient de dilatation jamais atteint dans ce pays réputé pour cette spécialité. Dans le cercueil, il y avait deux cadavres, placés tête-bêche et coincés comme des sardines plates.

Dans la sacristie, le silence se fit de plomb. Même les flammes des cierges n'osaient plus frémir...  C'est à ce moment-là qu'une vieille dame passa la tête par la lucarne entrebâillée...

- La Catherine Grivel est de retour au pays...

Manquait plus qu'elle, nom de Dieu ! La fête peut commencer...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Trois belles, trois méchants, trois flics

de Jacques Blois

trois_belles__trois_mechants__trois_flics- Dis-moi, Rico, à part la mort de la glorieuse, tes grandes oreilles n'ont rien récolté ?

- Vous êtes insatiable, inspecteur !

- Deux malfrats se sont fait la paire de la prison de Rodez. Tu es bien au courant ?

- Je lis les journaux. Mais ce qui se passe en taule, je m'en contrefous maintenant...

L'inspecteur Patente se levait, finissait son verre, allumait une Gitane.

- Et le casse de Toulon ?

- Je sais rien non plus mais je tire mon chapeau... Toujours eu de l'admiration pour le boulot propre. Un bon artisan solitaire, futé. Là, je me marre...

- Un milliard, ça devrait exciter des appétits.

- Je vous l'ai dit, répété : moi, maintenant, je préfère les ravioli et les lasagnes. Il y a moins d'embrouilles définitives... Salut, inspecteur !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Taxi tire-lires

de Jacques Blois

taxi_tire_lireLe tiroir s'ouvrit.

- ...Éclaire-moi, collègue !

- Tu as la poule aux oeufs d'or ?

- Regarde ! Ce n'est pas la fortune, mais...

De ses mains gantées, Palente attrapait deux liasses de billets grand format. Pierro en salivait de joie.

- Mais ce sont des lires...

- Eh oui, mon beau ! Des lires ! et je te parie que si tu les présentes à la banque, on te fout en cabane. Attends...

Palente glissait la main jusqu'au fond du tiroir, en ramenait délicatement une arme aux reflets bleutés.

- ... Beau joujou !

Il commença par renifler le canon, puis déverrouilla le chargeur, vérifia.

- ... Manque quatre balles ! Ça fera le compte...

- Le compte de quoi ?

- Le compte d'un gros paquet de complications !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qui trop embrase

de Jacques Blois

qui_trop_embrasseÀ Nice, quand Faustin Morucci se présenta devant son oncle, le vieux Doumé, il s'attendait à la plus magistrale engu...de sa jeune existence. Le vieux caïd n'était jamais passé pour tendre, et pourtant, là, il souriait :

- Faustin, merci d'être venu si vite ! Tu pars pour Paris. Mon ami Mariotti, le propriétaire des salles de jeux, a un méchant problème à résoudre. Tu es l'homme qu'il lui faut, intelligent, très intelligent et efficace. File, mon garçon !...

Faustin quitta l'oncle avec, dans le coeur, un soleil de joie. Pendant ce temps, le vieux Doumé décrochait le téléphone:

- Allo ! L'inspecteur Pétri ! Bien. Je vous signale que le gamin monte à Paris ! Comme ça, vous pourrez dormir tranquille. Non... Non... Pas besoin de merci ! À nos âges, c'est la paix qu'il nous faut ! Ceux de Paris ont l'habitude du cirque. Ils calmeront mon neveu.

Et en raccrochant, le vieux ajouta doucement:

- ... S'ils peuvent !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quand tout s'effiloche

de Jacques Blois

quand_tout_s_effiloche... Maurice, lui aussi, se servait un verre.

-... J'ai cru le coup écrasé ! et maintenant, merde, maintenant, cette garce est morte.

- Mais, bon sang, et le médecin ?

- Ils lui ont dit qu'elle était tombée dans un puits. Crevé, surchargé de travail, pressé, il n'y a rien vu ! Mais maintenant, ces fumiers, ils réclament... Pour se taire...

- Ta femme est au courant ?

Roger ouvrit les yeux, interloqué.

- Ma femme ? Merde, c'est vrai, j'ai une femme, en plus. Écoute, Maurice, t'es mon parrain, t'es un grossium, t'as une situation, des idées, faut que tu m'aides.

- Faut prévenir ta mère !

- Ça va finir en enterrement, cette noce...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Panique en sous-bois

de Jacques Blois

panique_en_sous_boisLà-haut sur la palombière, l'homme a suivi tout le drame comme s'il visionnait un film d'épouvante. Il n'a pas essayé de comprendre. Il a enregistré, constaté...

D'abord, l'arrivée incroyable de cette fille. Les hurlements apportés par le vent, puis le retour d'une maigre silhouette. Elle est foutue, la fille ! Les c...! Puis la bagarre sur la terrasse, la chute mortelle des deux corps.

Tout va trop vite pour l'homme aux mâchoires serrées. Lui aussi, transpire abondamment malgré le vent frais qui vient de se lever. Il lui semble que tout lui échappe et au moment où Marc sort de la cabane, le porte-documents sous le bras, il retient un hurlement de rage.

La silhouette dégringole la dune, l'homme la suit des yeux et doucement un léger sourire adoucit ses lèvres...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les mains au feu

de Jacques Blois

les_mains_au_feu- Les gendarmes... Vite ! Il faut les gendarmes !

Il gueulait, le gosse, comme un putois qu'on écorche. Vivement, Fritus lui mettait la main sur la bouche, le tirait dans l'obscurité du stand.

- Tu vas te calmer, oui ou merde ? T'es fou de gueuler comme ça. Qu'est-ce que tu leur veux aux gendarmes ?

Claudius pleurait maintenant à gros sanglots, comme s'il se vidait. Il lui fallut bien une bonne minute pour reprendre son souffle. Fernand lui tendait un mouchoir.

- Renifle ! Mouche-toi ! T'es dégueulasse ! Qu'est-ce que tu leur veux aux flics ?

- Où ils sont ?

- Pas là, merde ! Va chercher le chef, Fritus...

- Je ne veux pas passer pour un con ! Avec ces putains de drôles ! Qu'est-ce que t'as fait, Claudius ?

- Moi ? Rien! Rien du tout ! C'est pour la morte...

- La morte, nom de Dieu, quelle morte ?

- La vieille...celle du château... La vieille casque !

La fontaine, Claudius repartait pour une nouvelle cascade.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le gros, le grand et la pagaille

de Jacques Blois

le_gros__le_grand_et_la_pagailleLa fille s'était rallongée, gonflait sa poitrine.

- Ce bon Félix ! Il paraît qu'il a des ennuis...

Sous le regard assassin d'une dizaine de baigneurs, l'inspecteur Patente s'assit sur le sable, alluma une cigarette avec béatitude, passa à nouveau en revue les longues jambes, le ventre plat...

- Il n'en a qu'un ! Un seul ! Un seul ennui: sa femme est morte.

- Ah bon !

Intéressée, Suzanna, comme par un cornet de frites.

- Assassinée !

- Pas de chance !

- C'est le mot !

- ...Et c'est pour me dire ça que Félix vous a envoyé ?

- Oui !

- C'est gentil, mais je n'y peux rien. De toute façon, Félix n'y est pour rien, je pense ! Il était avec moi, n'est-ce pas ?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 06:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La mort vient en jouant

de Jacques Blois

la_mort_vient_en_jouantL'inspecteur Hamilcar Santoro est le flic. Son métier, il le fait totalement pour sa satisfaction et son profit personnel. À sa terrible ténacité, il a ajouté un mouchard, un indicateur trié parmi la pègre du port de Gênes: Raffi Nahum, le souteneur... Santoro tient le ruffian, solidement, mais aide à protéger le labeur nocturne des pouliches de l'écurie Nahum.

Nahum, lui, tient ses filles, ferme ! Sauf une, peut-être, la brune Poppi, toujours révoltée.

Au fait, pourquoi Poppi ne tiendrait-elle pas quelqu'un, elle aussi ?

Lorsque, malgré Santoro, Nahum tombe au trou, l'inspecteur ne fait pas grand-chose pour empêcher Poppi de reprendre sa liberté. Et pourtant, elle l'a soulagé de cinq cent mille lires.

Alors ? Poppi vous tiendrait-elle, inspecteur Santoro ? Pensez à votre puissance et à votre avenir ! Abattez vos cartes, froidement: ce mauvais valet de pique et cette diablesse de dame de coeurs ! Ensuite...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 06:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je tue pour toi

de Jacques Blois

je_tue_pour_toiDeux heures plus tard, Sybilla somnolait, nue, en travers du corps musclé de son amant. Elle se retourna lentement, lui caressa la poitrine.

- Dis, Léo, pour les tableaux... Les tableaux de Saïmanikoff... Tu es certain ?

- Ma tête à couper.

- Ne dis donc pas de c...

- Sans blague ! Vicieux comme il est, l'occasion est trop belle pour lui de faire une fructueuse opération en douce.

Sybilla lui mordit l'épaule.

- C'est toi, chéri, qui va la faire...

Léo ne put s'empêcher de rire en attrapant la nuque de la blonde.

- Je la tiens déjà, baby.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]