01 janvier 2009

Les mains au feu

de Jacques Blois - Les gendarmes... Vite ! Il faut les gendarmes ! Il gueulait, le gosse, comme un putois qu'on écorche. Vivement, Fritus lui mettait la main sur la bouche, le tirait dans l'obscurité du stand. - Tu vas te calmer, oui ou merde ? T'es fou de gueuler comme ça. Qu'est-ce que tu leur veux aux gendarmes ? Claudius pleurait maintenant à gros sanglots, comme s'il se vidait. Il lui fallut bien une bonne minute pour reprendre son souffle. Fernand lui tendait un mouchoir. - Renifle ! Mouche-toi ! T'es dégueulasse !... [Lire la suite]
Posté par elleon à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2009

Le gros, le grand et la pagaille

de Jacques Blois La fille s'était rallongée, gonflait sa poitrine. - Ce bon Félix ! Il paraît qu'il a des ennuis... Sous le regard assassin d'une dizaine de baigneurs, l'inspecteur Patente s'assit sur le sable, alluma une cigarette avec béatitude, passa à nouveau en revue les longues jambes, le ventre plat... - Il n'en a qu'un ! Un seul ! Un seul ennui: sa femme est morte. - Ah bon ! Intéressée, Suzanna, comme par un cornet de frites. - Assassinée ! - Pas de chance ! - C'est le mot ! - ...Et c'est pour me dire ça que Félix... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

La mort vient en jouant

de Jacques Blois L'inspecteur Hamilcar Santoro est le flic. Son métier, il le fait totalement pour sa satisfaction et son profit personnel. À sa terrible ténacité, il a ajouté un mouchard, un indicateur trié parmi la pègre du port de Gênes: Raffi Nahum, le souteneur... Santoro tient le ruffian, solidement, mais aide à protéger le labeur nocturne des pouliches de l'écurie Nahum. Nahum, lui, tient ses filles, ferme ! Sauf une, peut-être, la brune Poppi, toujours révoltée. Au fait, pourquoi Poppi ne tiendrait-elle pas quelqu'un,... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

Je tue pour toi

de Jacques Blois Deux heures plus tard, Sybilla somnolait, nue, en travers du corps musclé de son amant. Elle se retourna lentement, lui caressa la poitrine. - Dis, Léo, pour les tableaux... Les tableaux de Saïmanikoff... Tu es certain ? - Ma tête à couper. - Ne dis donc pas de c... - Sans blague ! Vicieux comme il est, l'occasion est trop belle pour lui de faire une fructueuse opération en douce. Sybilla lui mordit l'épaule. - C'est toi, chéri, qui va la faire... Léo ne put s'empêcher de rire en attrapant la nuque... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

Escalade pour un voyou

de Jacques Blois Philippe en équilibre sur l'échafaudage aperçut Gilbert, hurla: - Arrive ! L'autre, fasciné, s'était piqué en bas de la passerelle... - Pourquoi ? Pourquoi faire ? Le vent s'était levé, amplifiant la balancement. - Arrive ou je vais te...  Blême, Gilbert se hissait jusqu'à Philippe. - Ne tremble pas ! Tu vas tout faire écrouler... - Tais-toi, merde ! La main de Philippe vint crocher la nuque de Gilbert, la courba en avant. - Tiens, regarde minable !  Regarde bien en bas... Le hurlement de... [Lire la suite]
Posté par elleon à 05:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

Blouson à redorer

de Jacques Blois Saint-Tropez, son ciel bleu, son luxe, son perpétuel farniente, ses flots d'argent dépensé sans compter, et aussi ses drames mystérieux et secrets qui laissent la police perplexe. Et toujours au départ: l'argent. Écoutez la brune Angéla: - Cela te plairait que ta marraine te donne cent millions ? Geoffroy se tapotait le front, puis se remit à tourner son café. - Tu déraisonnes, ma chérie ? Lady Clémentine me donner... - Cent millions ! Ne bâille pas comme un mérou ! Si... Il y a un moyen... - C'est cela,... [Lire la suite]
Posté par elleon à 05:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2008

Au clair de la mort

de Jacques Blois ...Une flaque de lumière, le mur de la voûte, une autre flaque de lumière, encore une! Lentement, lentement, la confiance revient, les jambes de Benelli vont plus librement, le doute s'apaise. La jeune fille se force à sourire... le mur de la voûte, la flaque de lumière... Et la grande ombre qui se dresse, l'attrape par l'épaule, inexorablement. Elle n'aura pas le temps de figer son sourire, Benelli. A-t-elle seulement le temps d'avoir peur ? Le temps de réaliser un possible cri de secours ?  Une douleur... [Lire la suite]
Posté par elleon à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2008

Appelez-moi Victoire !

de Jacques Blois Bien... Nous avons déjà fait un bout de route avec celle qui est dorénavant la patronne solitaire de la bastide de la Glacière. Nous allons arriver à un tournant, un seul définitif virage, de son existence: sa rencontre avec ses trois hommes ! Là, un conseil, ces trois hommes ont un point commun, ce sont trois superbes soiffards, même s'ils diffèrent totalement sur les moyens de leurs mémorables cuites!  Alors, préparez-vous et ne renâclez pas devant deux ou trois tournées de rosé bien frais, celui qui a... [Lire la suite]
Posté par elleon à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2008

Téléphone rose

de Pierre Bourgeade Tout le monde connaît le téléphone rose  mais personne n'a encore vraiment cherché à savoir ce qu'il cache. Combien de milliards rapporte-t-il ? D'où sortent les voix qu'on y entend ?... Quelle vie mènent les femmes qui y parlent ? On l'ignore... Trouve-t-on au "Téléphone rose" des femmes sans voix, des voix sans têtes, des têtes sans femmes ? Pour avoir voulu percer tous ces mystères, un ancien libraire devenu détective privé, Barnabé Fallope, va prendre un de ces bains de sang dont il risque de se... [Lire la suite]
Posté par elleon à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2008

Ramatuelle

de Pierre Bourgeade François, une jeune bourgeoise parisienne, prend un matin la route pour Ramatuelle, pour les vacances... Dans les Maures, un accident criminel dont elle est témoin fait basculer son existence, jusqu'alors parfaitement ordonnée, dans une dimension sauvage, sept jours durant. Rédigé par Françoise elle-même, le récit de cette semaine fatale,- nu, intense, impitoyable, comme les évènements racontés - est illuminé par des visions saisissantes de la nature, dont l'évidence brutale transcende toute notion de bien et de... [Lire la suite]
Posté par elleon à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]