09 février 2015

Beau Rivage

de Dominique Barbéris

beau rivage

« On entendit soudain des aboiements. Ils étaient très distincts, comme s'ils venaient non pas de la route qui menait au village, mais du lac à côté de nous, ou d'une vallée derrière celle où nous nous trouvions, un des puits silencieux que dessinaient les pentes verticales. Ils paraissaient lugubres sous le ciel menaçant.

Serge eut l'air de les écouter. Ils s'arrêtaient de temps à autre, prolongés par leur écho plus faible, mais chaque fois le chien recommençait, comme si, ignorant le phénomène de l'écho, il s'était répondu à lui-même.
– C'est ce chien, avais-je dit. Le chien de l'ancien abattoir. Il aboie sans arrêt. On dirait que le bruit vient du lac.

J'y jetai un coup d'œil. L'eau était grise. Elle ne reflétait rien. Où nous étions, les parois empêchaient de voir le ciel. Les premières gouttes, que j'aperçus au même moment, dessinaient des centaines de circonférences à la surface, des milliers de circonférences, diluant le reflet des parois, faisant trembler la couronne jaune er renversée des arbres.»

Beau Rivage est un petit hôtel de montagne, comme il y en a des milliers, quelque part, pas très loin de la frontière, au bord d'un lac.  S'y retrouvent par hasard deux couples et un homme seul. Il s'appelle Serge (ou il dit s'appeler Serge).

C'est le moment où l'été montagnard bascule dans l'automne.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 février 2015

La reine de Poméranie

de Andrea Camilleri

la reine de pomeranie

Que se passe-t-il, dans la bourgade sicilienne de Vigàta, quand deux marchands de glace aussi imaginatifs qu’obstinés sont rivaux en amour et en affaires ?

Ou qu’en plein fascisme un brave maraîcher hérite d’un âne particulièrement têtu baptisé Mussolini ?

Ou que, la démocratie revenue, les Vigatais s’adonnent au petit jeu risqué de la lettre anonyme ?

Le bal de la roublardise est ouvert. L'ingénuité s'y invite. Et le gagnant est rarement celui qu’on croit.

Éditions FAYARD

~~~

Le charme des huit nouvelles qui composent ce recueil réside dans la description d’une société à taille humaine où vices et vertus finissent toujours par prêter à sourire. Dans l’atmosphère tantôt bon enfant, tantôt féroce d’un microcosme savoureux, la vision de l’homme que Camilleri nous livre n’est jamais pessimiste, même si sa plume épingle volontiers les abus des plus puissants.

~~~

Posté par elleon à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2015

Mr. Mercedes

de Stephen King

mr mercedesMidwest 2009. Un salon de l'emploi. Dans l'aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d'un job font la queue.

Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s'est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces.

Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l'ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

Éditions ALBIN MICHEL

~~~

Avec ce polar très noir, véritable plongée dans le cerveau d'un psychopathe qui ferait passer Norman Bates pour un enfant de choeur, Stephen King démontre une fois encore son époustouflant talent de conteur, qui s'affranchit des frontières et des genres.

~~~

Posté par Krri à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2015

Moscow

de Edyr Augusto

moscow

« Moscow », c'est le surnom de l'île de Mosqueiro - un lieu dédié aux loisirs et à la villégiature pour de nombreux habitants de Belém.

Pas pour Tinho Santos: la petite bande dont il fait partie écume l'île dès que vient l'obscurité. Avec ses amis, il se saoule, se drogue et vole en toute impunité.

Mais Tinho n'est pas qu'un simple délinquant juvénile: quelque chose d'encore plus sombre couve en lui...

Éditions ASPHALTE

~~~

"Orange mécanique" à la brésilienne, Moscow est un texte court et saisissant, où aucun répit n'est laissé au lecteur. Une chronique de l'ultra-violence, d'une brutalité assumée qui fait toute sa force.

~~~

Posté par elleon à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2015

Dieux de la pluie

de James Lee Burke

dieu de la pluie

Aidé de son adjointe Pam Tibbs, Hackberry Holland représente la loi dans une petite ville du Texas.

Hanté par les souvenirs de la guerre de Corée et de son épouse défunte, il enquête sur les meurtres de neuf femmes, immigrées clandestines, dont les cadavres viennent d'être déterrés derrière une église.

Parallèlement, un vétéran d'Irak, impliqué dans ces crimes, tente d'échapper à des tueurs à gages. Parmi eux, "le Prêcheur", exécuteur habité d'un haut sens moral qui échappe au contrôle de ses commanditaires.

Éditions RIVAGES

Posté par elleon à 04:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


26 décembre 2014

Que ta volonté soit faite

de Maxime Chattam

que ta volonte soit faitePour son vingtième roman, Maxime Chattam s’amuse à dresser le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen, un pervers psychopathe, de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle. Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible.

Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. On songe bien sûr à Stephen King (une bourgade à la Norman Rockwell où tout le monde connait tout le monde, un vieux shérif obstiné, le poids de la religion, les secrets de famille…) et parfois aussi à Jim Thompson. Une réussite.

Éditions ALBIN MICHEL

Posté par Krri à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 novembre 2014

À bas les touristes !

de Roderick Cooper

a bas les touristesIl avait dix-neuf ans, il était supporter de foot, il habitait une H.L.M. de Londres et c'était un jeune gars comme les autres, sauf qu'il haïssait les touristes, et spécialement les Américains. 

Un soir qu'il avait bu un peu trop, il descendit dans les rues et commença à régler ses comptes avec ses salauds de touristes.

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2014

Aller simple pour Nomad Isand

de Joseph Incardona

aller simple

Iris consulte les sites de clubs de vacances quand s’affiche sur son écran : « L’île de vos rêves vous aime déjà, Iris… »

Juste ce qu’il lui faut : épouse de banquier suisse et mère de deux enfants, elle s’embête ferme au bord du lac Léman, et son couple bat de l'aile.

Dès leur arrivée à l’aérodrome de Nomad First, les Jensen constatent des dysfonctionnements laissant à penser que le paradis annoncé n’en a que l’apparence. Ils ignorent encore qu’il n’est répertorié sur aucune carte.

Bientôt, l'on se demande ce qui va se détériorer en premier, de la cellule familiale fragilisée ou du bonheur vanté par « la Brochure », qu’impose à de bien étranges « résidents » un encadrement pour le moins dirigiste...

Éditions du SEUIL


Thriller allégorique et satire sociale, Aller simple pour Nomad Island est un roman noir qui joue avec la paranoïa et la psychose tout en posant la question fondamentale du bonheur à tout prix. Frissons et malaise garantis.


Posté par elleon à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 novembre 2014

La fiancée de Zorro

de Nicoletta Vallorani

la fiancee de zorroZoé est boulimique, éboueuse et détective privée. Elle est également dotée dune grand-mère à la masse, d'une sœur dangereusement instable, de trois nièces aussi précoces qu'imprévisibles et de deux chiens séniles.

Ajoutons qu'elle vit dans un squat bourré d'allumés en tous genres, et l'on est en droit de se demander comment elle trouve le temps d'élucider la mort très mystérieuse du Pr Weil...

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Coeur métis

de Nicoletta Vallorani

COEUR METIS"Cet hiver, je grossis de sept kilos, me fis couper les cheveux quatre fois et allais travailler deux semaines de suite sans mon uniforme, mais on me pardonna. Je jurai aussi : - de ne plus jamais faire d'enquêtes pour aucune maudite raison que ce soit ; - de ne plus adopter tous les crétins en orbite autour de chez moi ; - d'abandonner les petites Brutos à leur destin ; - de ne plus réprimer ma grand-mère psychopathe ; - de cesser mes vagabondages linguistiques avec Mossàd ; - de changer de maison, de religion, de situation, de taille de soutien-gorge et de pointure de chaussures. "

Naturellement rien de tout cela ne réussit à Zoé Libra (voir La fiancée de Zorro), protagoniste d'une nouvelle affaire, genre "noir ironique", ayant pour cadre l'univers des hôpitaux italiens.

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :