05 février 2017

Apparences

de Christian Blanchard

CouvertureEn liberté conditionnelle, Antoine Rollick vit reclus dans l’entreprise Mattei.

Toujours accompagné d’un gros chien Leonberg, il s’occupe du retraitement de palettes en collaboration avec l’Institut Médico-Éducatif du secteur.

Ses seules sorties sont consacrées aux pointages obligatoires à la gendarmerie et aux entretiens avec un psy.

Une nuit, Jacques, un jeune déficient mental de l’IME disparaît…

Une nuit, Éloïse, la femme qu’Antoine a tuée, revient…

Éditions du BARBU

Posté par elleon à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 février 2017

Condor

de Caryl Férey

Caryl Férey - Condor.Condor, c'est l'histoire d'une enquête menée à tombeau ouvert dans les vastes étendues chiliennes. Une investigation qui commence dans les bas-fonds de Santiago submergés par la pauvreté et la drogue pour s'achever dans le désert minéral de (Atacama, avec comme arrière-plan l'exploitation illégale de sites protégés...

Condor, c'est une plongée dans l'histoire du Chili. De la dictature répressive des années 1970 au retour d'une démocratie plombée par l'héritage politique et économique de Pinochet. Les démons chiliens ne semblent pas près de quitter la scène...

Condor, c'est surtout une histoire d'amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, qui porte comme une croix d'être le fils d'une grande famille à la fortune controversée.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2017

Rouge Eden

de Pierre J.B. Benichou

Pierre-J-B Benichou - Rouge Eden.3 janvier 1991. Quartier de Haute Sécurité d'un pénitencier de Floride. Condamné à la peine capitale, Will Birdy a passé quinze ans de sa vie en prison. Coupable de plus de cent crimes atroces contre des jeunes femmes, le tueur n'a plus qu'une peur : que l'enfer soit sa prochaine destination.

Il lui reste une nuit en compagnie d'un prêtre pour exorciser les forces qui le dominent, expier, et comprendre qui il était vraiment. À l'aube, à moins d'une grâce de dernière minute, il sera exécuté sur la chaise électrique.

Des années plus tôt, à des milliers de kilomètres de là, un physicien soviétique est condamné par erreur, humilié, torturé et envoyé au goulag dans les pires conditions, sans savoir ce qu'il est advenu de sa famille. À bord du train qui l'entraîne dans les ténèbres de l'injustice et de l'oubli, cet expert en physique quantique, respecté par les plus grands scientifiques de son époque, s'ouvre à d'étranges secrets grâce à sa rencontre avec un vieux kabbaliste sur le point de rendre son dernier souffle.

Deux destins que rien ne semble lier, se croisent à contre courant dans les couloirs du temps... L'un victime et l'autre bourreau, ils finiront par entrevoir que l'enfer est sur terre et que chacun est son propre démon.

Éditions BELFOND

Posté par elleon à 04:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les larmes noires sur la terre

de Sandrine Collette

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse».

La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.

Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.

Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix ?

Éditions DENOËL

Posté par elleon à 03:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 janvier 2017

Là où les lumières se perdent

de David Joy

David Joy - Là où les lumières se perdent.Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui ne laisse pas indifférent, un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux.

Plus qu’un nom, c’est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable.

Amoureux de son amie d’enfance, Maggie Jenkins, Jacob n’a guère l’occasion de se montrer romantique. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter, régler les affaires de son père de la façon la plus expéditive qui soit. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes afin d’aller vers la lumière, ou bien s’enfoncer encore dans les ténèbres en suivant la voie paternelle ?

Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l’espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu’il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.

Éditions SONATINE

~~~

Avec ce premier roman aussi sombre que déchirant, qui évoque tout autant la série Top of the Lake que Seul le silence de R.J. Ellory, David Joy nous conte l’histoire d’un jeune homme qui tente par tous les moyens d’échapper à l’héritage de la violence et aux péchés de sa famille.

Cette quête inoubliable de rédemption, où les frontières entre le bien et le mal, la vie et la mort sont aussi fragiles qu’invisibles, est transcendée par la puissance de l’écriture. C’est en effet dans une prose à vif, lyrique et haletante que David Joy restitue l’infinie complexité des sentiments de son héros dans ce livre à la beauté désespérée, aux allures de chef-d’œuvre.

~~~

Posté par elleon à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 janvier 2017

Overdrive

de Gérard Lecas

Les banquettes sont en cuir fauve et les chromes bien astiqués brillent doucement. À l'avant, la calandre dessine un sourire de carnassier aux dents bien régulières. Frein à main sur la gauche, petit boîtier cylindrique du compte-tours fixé sur le tableau de bord, appel de phares au pied, à côté de l'embrayage. C'est une belle voiture. La carrosserie est rouge. Rouge sang. Le levier à droite du volant, ce n'est pas le clignotant, non. Il faut passer la quatrième, monter le régime à cinq mille tours, pied au plancher et du bout de l'index, presser la manette.

La petite lumière rouge s'allume, c'est le grand bond en avant... Overdrive.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2017

Une nuit d'orage

de Gilles Bornais

Gilles Bornais - Nuit d'orage.Manuel est de retour dans son village natal après vingt-quatre ans d'absence. Personne ne le reconnaît. Il trouve à s'employer dans une ferme, chez des paysans dont l'économie de paroles sert de pudeur à la bienveillance.

Manuel parvient à y faire embaucher Flavien, surnommé Petit Père, qu'il est allé attendre à sa sortie de prison. Petit Père y était enfermé depuis vingt-quatre ans.

Que s'est-il passé entre les deux hommes un quart de siècle auparavant ? Et depuis ?

À quoi Manuel et Petit Père, mais aussi les gens du village, auront-ils employé toutes ces années ? Au pardon ? À l'oubli ? Ou à veiller les secrets, les mauvais souvenirs et les rancoeurs ? 

Éditions FAYARD

~~~

Dans la France rurale des années 1960, entre l'humanité muette de quelques-uns et les préjugés bavards de beaucoup d'autres, Gilles Bornais trace le portrait poignant d'un homme simple qui tente de faire la paix avec son passé.

 ~~~

Posté par elleon à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 janvier 2017

Je m'appelle Nathan Lucius

de Mark Winkler

Nathan Lucius est un jeune homme ordinaire. Il dort avec la lumière allumée. Il collectionne les vieilles photos anonymes. Il vend des encarts publicitaires dans un journal. Il s’entend plutôt bien avec sa chef. Parfois ils vont boire des bières. Il a une amie plus âgée, Madge, une antiquaire un peu fantasque. Il aime que chaque jour ressemble exactement à la veille. Il déteste les souvenirs. Un type banal. Parfois, il ne se souvient plus de rien. Il est un peu confus.

Un jour, Madge le supplie de l’aider à en finir. Elle a un cancer, elle n’en a plus pour longtemps, elle souffre trop.

Mais peut-on demander ce genre de choses à Nathan ?

Éditions MÉTAILIÉ

~~~~

Écrit au cordeau, drôle, glaçant, fascinant, ce scénario implacable est un tour de force vertigineux dont on se gardera de livrer le secret : on ne plonge pas impunément dans l’esprit de Nathan Lucius.

~~~

« Il y a un moment dans le livre qui vous prend à l’estomac et vous fait prendre conscience que, waouh, ce type sait vraiment écrire. » Annetje van Wynegaard, "Sunday Times"

~~~~

Posté par elleon à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Ce qui désirait arriver

de Leonardo Padura

En quelques mots, on y est. Cuba, La Havane, comme un regret sans fond, comme la musique d’un vieux boléro. Un doigt de rhum Carta Blanca (quand il en reste), soleil de plomb, solitude. Magie des décors qui n’ont pas besoin de description, ou si peu.

Les héros de Padura sont des tendres ; ils se heurtent à la société, au destin, au temps qui passe ; à ce désir qu’ont les choses, souvent, d’arriver contre notre gré, sans nous consulter. Ainsi, les toits qui s’effondrent, les pénuries de rhum, le départ intempestif d’êtres aimés.

On trouve de tout dans ce recueil de nouvelles, amours bêtement gâchées, soldat en fin de mission à Luanda, archange noir, nuits torrides, jeunes gens désœuvrés, fonctionnaires désabusés, souvenirs cuisants…

On trouve surtout le sel des romans de Leonardo Padura, sa marque de fabrique : l’humanité qui irradie à chaque ligne, la nostalgie des vies qu’on ne vit pas, et l’art suprême de nous plonger dans une île qu’on emporte toujours avec soi.

Éditions MÉTAILIÉ

Posté par elleon à 05:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Rome brûle

de Giancarlo De Cataldo & Carlo Bonini

Samouraï, le chef des mafias de la capitale, est en prison, peut-être pour toujours.

Sebastiano, son représentant, tente de maintenir son emprise sur les différentes bandes, Siciliens, Calabrais, Napolitains et Gitans, qui mettent la ville en coupe réglée. L’annonce par le pape François d’un nouveau Jubilé qui va attirer des millions de pèlerins et relancer des travaux publics aiguise les appétits et Fabio, l’étoile montante du trafic de drogue, commence à remettre en cause la suprématie des chefs du moment.

Martin Giardino, le nouveau maire de Rome, veut quant à lui nettoyer les écuries d’Augias. Les coups bas et les violences des truands sont peu de choses à côté des manigances à l’œuvre dans les coulisses du Capitole, où sévissent les vieux ripoux représentant les intérêts des constructeurs.

Coincé entre des politiciens honnêtes et des mafieux turbulents, Sebastiano déclenche une opération d’obstruction apocalyptique, et bientôt Rome brûle !

Éditions MÉTAILIÉ

~~~

Carlo Bonini et Giancarlo De Cataldo poursuivent le bouillonnant feuilleton sur les dessous de Rome. Un récit qui opère aujourd’hui quasiment en temps réel (quiconque suit l’actualité de la capitale italienne reconnaîtra sans mal la plupart des protagonistes), et que les auteurs réussissent par leur talent à transformer en œuvre d’art.

~~~

Posté par elleon à 05:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :