31 décembre 2012

Emergency 911

de Ryan David Jahn

emergency 911

À Bulls Mouth, Texas, quand on fait le 911, on tombe directement sur le Bureau du shérif. Collé derrière le central, son adjoint Ian passe ses journées à jouer aux cartes sur l'écran de son ordinateur tout en répondant aux rares appels d'urgence.

Il faut dire qu'il n'a plus du flic que l'uniforme. Il y a sept ans, sa fille Maggie a été kidnappée dans sa chambre. L'enquête n'a rien donné et on n'a jamais retrouvé la moindre trace de la petite. Quelques mois plus tôt, elle a été déclarée morte. Depuis, Ian s'est mis à boire, sa femme l'a quitté et le shérif lui a retiré son arme de service.

Ce jour-là, il lui reste une heure à tirer quand il reçoit un coup de fil un peu spécial. "Je vous en prie, aidez-moi !" Ça fait sept ans qu'il n'a pas entendu sa voix, alors au début il ne la reconnaît pas. Pourtant c'est bien elle. Sa petite fille l'appelle au secours. Elle a réussi à s'échapper et à trouver une cabine téléphonique. Mais la conversation est brutalement écourtée. Son ravisseur vient de lui remettre la main dessus.

Il n'a à peu près rien : une description sommaire du kidnappeur et la localisation de la cabine, où un combiné doit se balancer au vent. Mais à peu près rien, c'est déjà quelque chose, et il ne laissera pas Maggie disparaître une seconde fois.

Alors il prend son SIG Sauer, grimpe dans sa Mustang 1965 et part à sa recherche. Du Texas à la Californie, il enfile l'Interstate 10 à tombeau ouvert sur la trace du monstre qui lui a volé sa vie.

Éditions ACTES SUD

Posté par Krri à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


De bons voisins

de Ryan David Jahn

de bons voisins

New York, années 1960. New York, années soixante. À la fin d’une froide nuit de mars, la jeune Katrina Marino rentre chez elle après avoir fermé le bar où elle travaille. Garant sa voiture sur le parking en face de sa résidence, elle traverse la rue et s’approche de la porte de son appartement au rez-de-chaussée… quand un homme surgit de l’ombre et la poignarde.

L’homme s’enfuit, mais il reviendra une heure plus tard, pour la violer et l’achever de plusieurs coups de couteaux.

Mais que s’est-il passé pendant les soixante minutes où Kat est restée seule à agoniser dans la cour de sa résidence ? Malgré l’heure tardive, de nombreux témoins se sont penchés depuis leur fenêtre et ont vu la jeune femme et son agresseur.

Pourquoi personne n’a appelé la police ? Quelles pensées occupaient ces hommes et ces femmes pour qu’aucun d’entre eux ne porte secours à leur voisine ?

Éditions ACTES SUD


C’est à cette question que tente de répondre le roman de Ryan David Jahn, inspiré d’un fait divers réel, le meurtre de Kitty Genovese dans le Queens, en 1964, qui a lui-même servi de base au développement de la théorie du “bystander effect” en criminologie, en faisant alterner les témoins et le récit de leur nuit.

Usant de toutes les ressources du roman pour interroger cette criminelle passivité, l'auteur mène de concert de multiples fils narratifs, les entrecroise avec un art consommé du récit et tisse le sordide canevas de nos démissions ordinaires.


 

Posté par Krri à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 décembre 2012

Le dixième homme

de Graham Greene

le 10e homme

Une prison française sous l'Occupation. Les Allemands y détiennent trente otages et les obligent à désigner eux-mêmes, dans la nuit, les trois d'entre eux qui seront fusillés à l'aube. Un sur dix.

Un des trois hommes tirés au sort offre sa fortune, sa maison, à qui voudra bien prendre sa place. Un autre prisonnier, pauvre et désireux de léguer à sa famille une vie aisée, accepte ce surprenant marché et devient «le dixième homme».

Quatre ans plus tard, le survivant ne peut s'empêcher de revenir dans sa maison, maintenant occupée par la mère et la fille de l'otage fusillé...

Éditions ROBERT LAFFONT

"Hallmark, hall of fame"("The tenth man") a été adapté pour la TV britannique par Jack Gold avec Anthony Hopkins et Kristin Scott-Thomas dans les rôles principaux


Tel est le point de départ de ce roman qui, lui-même, a une histoire étonnante. En 1944, Graham Greene, qui était alors sous contrat à Hollywood avec la Metro-Goldwyn-Mayer, écrivit ce récit qui devait servir de base à un scénario. Le film ne fut jamais tourné et le texte oublié dans les archives de la MGM, ou il fut découvert par hasard en 1983.

Inédit après quarante années d'oubli,  Le dixième homme est un Graham Greene dans la grande tradition.


Posté par elleon à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dr Fischer de Genève

de Graham Greene

dr fisher

À Genève, ou il a fait fortune dans la pharmacie, le docteur Fischer vit entouré d'une cour de parasites qu'il traite avec mépris, mais retient par ses largesses et des soirées fastueuses.

Jones, le narrateur, après avoir épousé la fille du docteur, entre dans cet univers vénéneux, malgré les réticences de sa jeune femme. Fasciné et horrifié tout à la fois, il en découvre les détours comme ces dîners ou les invités sont prêts à toutes les humiliations et à tous les risques en échange d'argent.

De cette plongée dans le monde et l'âme du Dr Fischer, le lecteur remonte chancelant, comme au terme d'un voyage au bout de la nuit et de l'absurde.

Éditions ROBERT LAFFONT

Édition originale: Robert Laffont (1980)

"Doctor Fisher of Geneva" ou "The bomb party" a été adapté en téléfilm (1985) avec James Mason et Alan Bates dans les rôles principaux


Ce conte cruel brille d'une lumière noire dans l'oeuvre immense de Graham Greene.


Posté par elleon à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le consul honoraire

de Graham Greene

le consul honoraire

L'Amérique du Sud, avec ses sourdes agitations révolutionnaires... Un groupe de guérilleros croit enlever un ambassadeur des États-Unis en otage, et n'enlève qu'un consul britannique, «honoraire» de surcroît, qui n'intéresse personne – surtout pas son lointain gouvernement...

Un jeune médecin dont la jeune femme du consul sexagénaire est la maîtresse, mais qui ne croit ni à l'amour, ni à la politique ni en Dieu, se trouve malgré lui mêlé au rapt, parce que le chef des ravisseurs est un de ses anciens camarades d'études devenu prêtre, puis défroqué.

La femme du consul, ancienne fille de bordel docile à toutes les fatalités (y compris le mariage), découvrira l'amour, de même que le médecin découvrira par force la jalousie et que le prêtre-guérillero ne pourra échapper à l'étreinte de Dieu.

Le consul quant à lui s'apercevra que les notions les plus simples de l'existence n'ont rien d'«honoraire». Et le dénouement... sera-t-il celui que nous attendions ?

Éditions ROBERT LAFFONT

Édition originale: Robert Laffont (1974)

"The honorary Consul" a été adapté au cinéma (USA) par John MacKenzie en 1983 avec Michael Caine, Richard Gere et Bob Hoskins dans les rôles principaux


Un beau et grand roman. Un Graham Greene sur le mode grave qui nous plonge droit dans l'actualité d'un monde troublé.


Posté par elleon à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 décembre 2012

Le facteur humain

de Graham Greene

le facteur humain

« Depuis l'époque où, jeune recrue, il était entré dans la "Boîte", il y avait de cela plus de trente ans, Castle prenait son déjeuner dans un pub situé derrière Saint James's Street, non loin du bureau. Si on lui avait demandé pourquoi, il eût répondu que c'était à cause de l'excellence des saucisses; peut-être aurait-il préféré à la Watney une autre marque de bière amère, mais la qualité des saucisses l'emportait sur la bière. Il était toujours prêt à rendre compte de ses actes, même les plus innocents; il était toujours aussi d'une grande ponctualité.»

Une fuite est découverte dans un sous-département des services secrets britanniques, entraînant une opération de contrôle. Dans l'atmosphère lourde de suspicion qui en découle, les personnages sortent peu à peu de l'ombre...

Éditions ROBERT LAFFONT

Édition originale: Robert Laffont (1978)

Adapté au cinéma en 1980 par Otto Preminger, "The human factor" ("La guerre des otages") avec Richard Attenborough et Nicol Williamson


Graham Greene retourne ici à ce monde des services secrets qu'il a bien connu et pour lequel il a certainement gardé une fascination ironique. Mais l'espionnage et ses péripéties sont aussi le moyen d'illustrer de façon aiguë et parfois tragique que la rigidité obtuse des raisons d'État est souvent trop oublieuse du facteur humain...


Posté par elleon à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La fin d'une liaison

de Graham Greene

la fin d une liaison

C'est par intérêt professionnel, dit l'écrivain Maurice Bendrix, qu’il a courtisé au début Sarah Miles. Il voulait se documenter sur les hauts fonctionnaires et le mari de Sarah occupe un poste important à Londres. Ainsi est née une liaison que facilitent, les conditions de guerre.

Or voici qu'il se prend à son propre jeu. Sarah refuse cependant de divorcer. Le <<  pourquoi ? >> de Bendrix se change vite en << pour qui ? >> jaloux. Un autre ? lequel ? occupe l'esprit de la jeune femme. Elle rompt au lendemain d'un bombardement où il a failli périr.

Un an et demi plus tard, une rencontre fortuite met à la portée de l'écrivain le moyen de percer l'irritante énigme d'une Sarah aimante et pourtant fuyante. Son enquête dévoile un rival toujours présent au centre de l'oeuvre de Graham Greene : Dieu.

Éditions LE LIVRE DE POCHE

Édition originale: Robert Laffont ( 1952)

Adapté au cinéma en 1955, "The end of the affair" par Edward Dmytryk, est interprété par Deborah Kerr, Van Johnson et John Mills


Autant que l'analyse d'un amour humain, La fin d'une liaison (en partie autobiographique) est le récit du combat que livrent des êtres déchirés entre leurs aspirations au plus terrestre des bonheurs et l'invincible attirance du divin.


Posté par elleon à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les comédiens

de Graham Greene

les comediens

Haïti s'insère entre Cuba et Porto Rico dans l’archipel des Grandes Antilles qui sépare l’Atlantique de la mer des Caraïbes.

Sur le plan historique, l’île a connu un certain nombre de vicissitudes depuis sa découverte en 1492 par Christophe Colomb jusqu’à la division en deux États : à l’est la République dominicaine, à l’ouest la République d’Haïti. Cette partie occidentale de l’île se trouve actuellement sous la coupe du dictateur François Duvalier qui terrorise la population avec sa police secrète les Tontons Macoute.

C’est dans cet ex-paradis devenu enfer que débarquent les passagers de la Média, le couple Smith, Brown, le major Jones. Les Smith sont des Américains venus prêcher l’adoption du régime végétarien comme remède à la violence. Brown, qui possède l’hôtel Trianon, veut sauvegarder son bien s’il le peut et — surtout — retrouver son amie Martha Pineda. Quant à Jones... est-il major ou adopte-t-il ce titre pour servir des desseins obscurs ?

Brown le soupçonne d’être plutôt escroc qu’agent secret et s’en amuserait si sa jalousie ne s’éveillait quand un des avatars de Jones le jette en travers de la route de Martha.

C’est un des ressorts de cette comédie mouvementée, parfois sanglante, où Graham Greene entraîne ses personnages dans le climat d’humour lucide, désenchanté, qui lui est propre.

Éditions LE LIVRE DE POCHE

Édition originale: Robert Laffont (1966)

"The Comedians" adapté au cinéma en 1967 par Peter Glenville avec Richard Burton, Elizabeth Taylor et Alec Guiness


Tout comme L'Espoir d'André Malraux peut être considéré comme l'une des meilleures clés pour comprendre la guerre civile espagnole, Les Comédiens enseigne et renseigne sur l'Haïti de Papa Doc et des tontons macoutes. (Réédition Robert Laffont - 2006)


Posté par elleon à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le capitaine et l'ennemi

de Graham Greene

le capitaine et l'ennemi

Le jour de son douzième anniversaire, Victor Baxter est enlevé dans la cour de son école par un étrange personnage surnommé le Capitaine. Il était en effet l'enjeu d'une partie de Backgammon que son père a perdue.

Le Capitaine, un aventurier au passé mystérieux, confie l'enfant à Liza, une femme dont il est follement amoureux. Pendant que le Capitaine parcourt le monde à la recherche d'improbables fortunes, envoyant de temps à autre des lettres d'amour accompagnées d'argent, Victor – rebaptisé Jim – grandit aux côtés de Liza.

Ce n'est qu'à l'âge adulte, alors qu'il est devenu journaliste, que Jim pourra affronter le Capitaine et découvrir la vérité sur cet homme. Décidé à éclaircir les relations qui unissaient le Capitaine à Liza, il part le retrouver au Panama, sans se douter qu'un monde dangereux d'intrigues politiques l'y attend...

Éditions ROBERT LAFFONT

Édition originale: Robert Laffont (1984)


Si l'on retrouve dans ce vingt-troisième et ultime roman de Graham Greene tout l'univers de son oeuvre, un thème se distingue et touche particulièrement : la solitude de l'enfance.

La compagne de Graham Greene (à qui est dédicacé le livre) retrouva dans ce texte des traces d'une de leurs conversations privées, traces d'autant plus précieuses qu'elles donnent une des clés de l'oeuvre : « Aimer, et aimer bien : enfant, ce fut sans doute difficile pour moi de faire la distinction entre les deux.


Posté par elleon à 06:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2012

Le fond du problème

de Graham Greene

le fond du probleme

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Scobie vit dans un petit comptoir colonial de la Sierra Leone avec sa femme Louise.

Mais tant d’années de mariage ont eu raison de la passion et la perte de leur fille âgée de neuf ans a laissé Louise inconsolable. Lorsque celle-ci décide de partir pour l'Afrique du sud, Scobie se retrouve seul et fait la rencontre de la jeune Hélène : il en tombe aussitôt éperdument amoureux.

Quel sera le choix de cet homme tiraillé entre la passion et le devoir ?

Éditions 10/18

Édition originale: Robert Laffont (1960)

Adapté au cinéma en 1953 sous le titre du roman éponyme "The heart of the matter" par George More O'Ferrall avec Trevor Howard, Elizabeth Allan, Maria Schell


Dans un décor inspiré d’un de ses voyages en Afrique, Graham Greene, un des plus grands auteurs britanniques du XXe siècle, nous offre une variation subtile sur les thèmes de l‘amour, de la trahison et de la culpabilité.


Posté par elleon à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]