22 mars 2013

400 coups de ciseaux

de Thierry Jonquet

400 coups de ciseaux

«L’avantage du roman noir, c’est qu’il donne toujours des claques», dit Thierry Jonquet dans le texte autobiographique qui ouvre ce recueil. Les histoires noires aussi, comme vous pourrez le constater.

Donc, «Voilà comment ça s’est passé» raconte l’engagement politique, le travail en milieu hospitalier, l’expérience d’enseignant carrément problématique, et comment la découverte du roman noir a bouclé la boucle, rejoignant la politique: naissance d’un écrivain.

La vingtaine de nouvelles qui suit illustre toutes les facettes de son œuvre. On y retrouve l’horreur très ordinaire, l’enfer banalisé des vies de sans-abri, de sans-papiers, de sans-boulot. Des claques qui résonnent fort. Et sa dilection pour la contrainte formelle du genre policier, dont témoigne la nouvelle inédite qui donne son titre à ce livre. Mais il y a aussi son humour si particulier, à la fois tendre, grinçant et désespéré. Et ce glissement vers le fantastique, teinté de science-fiction, à la frontière du noir, et où il excellait.

Éditions du SEUIL


400 coups de ciseaux rend hommage au talent multiple et singulier d’un auteur de référence, qui a marqué durablement le paysage du roman noir français.


Posté par elleon à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 mars 2013

Hécatombe

de Nada

hecatombeLucrèce graphiste free lance, Maxence puceau désœuvré, Evil Skin néonazi cocaïnomane et l’ensemble des hooligans de la fraction Ordre et Chaos étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leurs terrifiantes convictions.

Mûrs pour l’irrémédiable, il ne leur restait qu’à métamorphoser leurs dérives en une sanglante et fanatique apothéose.

Éditions BALEINE

Posté par Krri à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2013

Ils vivent la nuit

de Dennis Lehane

ils vivent la nuitBoston, 1926.  En pleine Prohibition, l'alcool coule à flots dans les speakeasies et Joe, le plus jeune fils du commissaire adjoint Thomas Coughlin, est bien décidé à se faire une place au sein de la pègre. 

Il commence par braquer un bar clandestin appartenant à un un caïd local et, surtout, commet l'erreur de séduire sa maîtresse. La vengeance ne se fait pas attendre et Joe se retrouve derrière les barreaux.

C'est là qu'un vieux parrain, Maso Pescatore, se charge de son "éducation" et que la carrière de Joe va prendre son essor. De la Floride à Cuba, Joe fait son chemin, pavé d'embûches, de luttes et de trahisons, parmi ceux qui "vivent la nuit". 

Mais au détour du chemin l'attend aussi une grande histoire d'amour...

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2013

Démolitions en tous genres

de Jérémy Behm

demolition en tout genre

Un marginal piégé qui refait fâcheusement surface dans l'existence d'un honorable chirurgien pour lui raconter une histoire invraisemblable et lui demander une aide impossible; un couple de riches entrepreneurs confrontés à une version moderne mais atroce de la charité; l'apprentissage de la survie en milieu hostile pour un père de famille dos au mur ou encore le traitement d'un jeune homme agoraphobe paranoïaque par un médecin apprenti sorcier...

Quatre histoires "absurdo-sinistres" un peu folles, qui baignent dans un humour sanglant et jubilatoire digne de ... Marc Behm.

Éditions RIVAGES

Posté par elleon à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le hold-up des salopettes

de Marc Behm & Jérémy Behm

le hold up des salopettes

(Éd. Rivages - 2012)

Vince, c'est le genre de type qui s'accroche au pinceau une fois l'échelle retirée, comme il l'admet sur le ton de la plaisanterie. Ce n'est pas un gagnant.

Alors qu'il se promène dans un parc en faisant rebondir une balle de tennis découverte par hasard, il est témoin d'un meurtre et se trouve immédiatement arrêté à la place de l'assassin. Rebaptisé "le sniper de Parkside Street", il voit son épouse lui demander le divorce.

La journée commence mal, mais c'est loin d'être fini...

Posté par elleon à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


11 mars 2013

Face au mur

de Cesare Battisti

face au mur

Un homme, assis dans la cour d'une prison, le visage tourné vers un coin de ciel bleu, suit des yeux l'étrange manège d'un petit oiseau blanc. Cet homme, c'est Auguste, le "gringo" comme l'appellent les autres détenus qui viennent régulièrement troubler son silence pour se confier à lui ; leurs récits, du Mato Grosso à Rio, de la forêt amazonienne à Brasilia, dépeignent un Brésil aussi moderne que traditionnel, aussi sentimental que violent.

Auguste, lui, repense à l'histoire d'amour impossible qu'il a vécue à Rio avec Janaïna, jeune femme sublime qu'il soupçonnait de l'espionner, et même de chercher à l'empoisonner, pour le compte de la police. Mais il avait décidé de vivre cette histoire jusqu'au bout, quitte à y laisser sa peau.

N'y-a-t-il pas des moments, dans une existence, où se sentir vivant dans les bras d'une femme vaut toutes les illusions ?

Éditions FLAMMARION

~~~

Tout à la fois récit d'un amour noir et mélancolique et voyage intérieur d'un homme à la recherche de sa vérité, Face au mur nous fait découvrir un Battisti saisissant.

~~~

Posté par elleon à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 mars 2013

La grenade

de Vladimir Volkoff

la grenadeTandis qu'en 1960 la guerre fait rage en Algérie, un étudiant parisien subtilise la grenade de son sergent instructeur pour la transmettre à un réseau de militants indépendantistes.

L'arme passe alors de main en main, au rythme d'une intrigue haletante qui nous mène de la métropole à Alger.

Éditions des SYRTES


À travers une galerie de portraits où se mêlent soldat ingénu, étudiante libérée, fils rebelle, paysanne algérienne, chef révolutionnaire, militants de tous bords et héros ordinaires, ce roman à suspens nous plonge avec une rare acuité dans les passions meurtrières qui ont déchiré la France et l'Algérie.


Posté par Krri à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mars 2013

La mort sous les yeux

de Jeremy York

la mort sous les yeuxJeremy York dans « La mort sous les yeux » nous apprend grâce à son talent si personnel comment s'en tirer tout à son honneur quand on est comme Jim Russell, un digne employé dans une très respectable banque anglaise, qu'une sinistre bande d'impitoyables gangsters vous kidnappe votre fiancée, et que grâce à ce précieux otage elle peut vous sommer de lui servir d'indicateur pour un « hold up ».

Éditions MARABOUT

Posté par Krri à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2013

Ci-gît mon frère

de Gérard Bon

ci git mon frere

"Même les enfants ne pensent qu'à la guerre, pensai-je. Les fascistes fusillent les pédés et les intellectuels, les rouges fusillent les prêtres et les bourgeois, les femmes trempent leurs mouchoirs dans le sang des martyrs. À ce compte-là, on ne s'en sortira jamais."

Dans un pays en guerre, Léo cherche la dépouille de son frère, Federico Garcia, un poète qui aurait été fusillé par les fascistes. Léo pense que Federico a survécu au peloton d'exécution.

Éditions LA MANUFACTURE DE LIVRES

~~~

Gérard Bon nous fait partager la quête d’un homme qui cherche la dépouille de son frère mais plus encore un sens à la mort de celui-ci. Véritable interrogation sur le sens de l’engagement et la vérité des sacrifices, c’est aussi le voyage d’un narrateur dans un monde nourri de littérature américaine, mais qui raconte notre actualité où l’action politique se heurte au cynisme des observateurs et à l’empilement des horreurs.

~~~


Posté par elleon à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le fasciste et le président

de Gérard Bon

le fasciste et le president

Apprenant qu'il vient d'être mis sur la touche, un vieux journaliste accrédité à l'Élysée effectue son dernier périple dans le sillage du Président, qui le mènera de la Libye post-Khadafi à la brousse du nord du Cameroun.

Ancien proche de l'extrême-droite, il sent monter au fil du voyage une forme de dégoût envers le chef de l'État, symbole à ses yeux d'une République honnie, soumise au joug de l'Europe de Bruxelles et des marchés financiers.

Face à face avec lui-même, ce correspondant en bout de course pose un oeil des plus cyniques sur le cirque présidentiel, peuplé de personnages grotesques.

D'étape en étape, la touffeur des pistes africaines le poussant à la dérive, il se convainc qu'il est devenu un paria aux yeux de ses confrères mais aussi qu'il est atteint d'un cancer incurable.

Éditions L'ÉCAILLER

Posté par elleon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :