17 février 2012

J'aurai ta peau

de André Héléna Petit employé dans la petite succursale de banque d'une petite ville de banlieue, le héros de ce roman ne se distingue en rien de la foule innombrable des anonymes dont on fait les soldats inconnus. Une vie grise dans un univers gris, tissée d'humiliations quotidiennes et de regrets de plus en plus flous. Mais au fond de cet océan de médiocrité sociale et de misère morale sommeille un mépris de l'ordre établi qui, lorsqu'il va se réveiller, transformera cet homme rompu à des années de soumission en ange... [Lire la suite]
Posté par elleon à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2012

Rencontre dans la nuit

de André Héléna Rencontre dans la nuit apporte sur le milieu des trafiquants de drogue, des indicateurs de police comme sur l'atmosphère des bars louches de Montmartre et des locaux de la Brigade criminelle, des croquis saisissants de vérité. Dix aventures qui sont évoquées ici, sur un rythme haletant. De comparses en rivaux, de " pépées " en tueurs, de contrats en trahisons, de survivants en cadavres, c'est au grand défilé de la racaille parisienne des années cinquante que nous convie André Héléna. Éditions E-DITE Édition... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2012

Massacres à l'anisette

de André Héléna Familier, dans ses romans, des déambulations louches entre Pigalle et Barbès, Belleville et la place Clichy, André Héléna quitte ici ses lieux habituels pour L'Espagne, et tout particulièrement Barcelone.   Il nous restitue à la perfection l'atmosphère de la capitale catalane des années 50, l'ambiance très particulière de ce port où se croisent prostituées, travestis, contrebandiers, marins à l'aventure et marginaux de tout poil. Où l'on charge et décharge, où l'on trafique et règle les comptes...   ... [Lire la suite]
Posté par elleon à 03:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2012

Les voyageurs du vendredi

de André Héléna C'est en 1958 qu'André Héléna, revenu quelques temps à Leucate où il avait passé son enfance, a écrit ce roman curieusement à la fois très noir et ensoleillé. Au fil d'une intrigue criminelle où, percent ses sentiments libertaires et son irrésistible tempérament de pamphlétaire, il évoque en effet avec une ironie affectueuse la vie quotidienne dans ce petit port du midi dont il se plait à rappeler les origines grecques. Délivré provisoirement des pluvieuses nuits parisiennes et du pavé de Pigalle, André Héléna donne... [Lire la suite]
Posté par elleon à 03:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2012

Les salauds ont la vie dure

de André Héléna Le grand roman noir et rouge de la France de l'Occupation, celui aussi de la révolte aveugle, de la rébellion et de l'horreur. Un voyou parisien, devenu résistant malgré lui à la suite d'un crime passionnel, mène sa guerre personnelle face à l'autorité, aux polices françaises et allemandes, à la Milice et aux troupes nazies. Feuilletons, romans d'aventures, BD endiablées, sérials comico-héroïques, chroniques tragiques d'une époque, petite histoire des Français, Les salauds ont la vie dure et sa suite, Le Festival des... [Lire la suite]
Posté par elleon à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2012

Les héros s'en foutent

de André Héléna Jean Jérôme, fraîchement sorti de la prison de Clairvaux, perd tous ses espoirs de liberté quand il rencontre Benoît Auguste, ancien taulard tortionnaire, qu’il abat et dont il prend l’identité. Il se lance alors dans une course éperdue pour fuir, et flics, et truands. Éditions FLORENT MASSOT Édition originale: Le Faucon Noir (1951) Roman noir à l'ambiance très sombre, aux multiples rebondissements, Les héros s'en foutent est typique des années 50, mais bénéficie d'une écriture plus soignée que ce qui se... [Lire la suite]
Posté par elleon à 02:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2012

Les flics ont toujours raison

de André Héléna Premier roman publié en 1949 (le premier écrit étant le Bon Dieu s'en fout, en 1945), par World Press, dans la collection Nuits Noires, les Flics ont toujours raison s'avère plus classique que l'œuvre précédente. L'argument est simple: un pauvre bougre, tombé pour cambriolage, cherche vainement à se réinsérer dans la société. Trois mois de recherches infructueuses se passent alors après sa sortie de prison. Infructueuses car son statut d'ancien détenu le rend interdit de séjour dans la capitale et la région... [Lire la suite]
Posté par elleon à 02:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2012

Les crabes

de André Héléna Inédit ! Ce dernier roman noir écrit par André Héléna révèle une facette inattendue de son talent.   L'un des premiers, il s'intéresse à la délinquance en col blanc, à l'argent sale, à son blanchiment et au secret bancaire. Notables et truands sur le retour s'entre-déchirent et se massacrent comme dans un panier de crabes, au terme d'un récit diabolique où le paradis fiscal devient un véritable enfer.   Des avenues impeccablement glacées de Genève aux impasses gluantes de vice de Pigalle ou aux quais... [Lire la suite]
Posté par elleon à 02:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2012

Trash circus

de Joseph Incardona Frédéric Haltier travaille dans l'univers schizophrène de la télé réalité. Version trash. Argent, sexe, drogue, cynisme... Mais ce jeune homme moderne entretient également une passion secrète pour les rassemblements hooligans, leur violence et leur sauvagerie. Tout irait pour le mieux dans cette existence soigneusement compartimentée si Haltier n'avait la malencontreuse idée de mélanger travail et plaisir. Éditions PARIGRAMME
Posté par elleon à 05:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2012

Le garde-barrière

de Andrea Camilleri La petite ville de Vigàta, en 1942-43. Nino, garde-barrière de son état et Minica, son épouse, filent des jours heureux dans leur maisonnette au bord de la voie ferrée. La guerre qui gronde autour d'eux et le fascisme aux abois, mais toujours virulent, ne les empêchent pas de rêver d'un enfant et, pourquoi pas, de gagner à la loterie. Cependant tout bascule lorsque Nino et son copain Totò, qui arrondissent leurs fins de mois grâce à de petits concerts dans le salon du barbier, décident de contourner la censure... [Lire la suite]
Posté par elleon à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :