22 mai 2012

Une mort comme rivière

de François Lévesque

Unemortcommeriviere2010... Francis a maintenant la jeune trentaine. Grâce à son esprit fertile et à sa passion pour le cinéma, il est devenu un scénariste très en demande. Cette profession lui convient bien, car il préfère nettement imaginer la vie de personnages fictifs plutôt que de repenser à la sienne, dont les débuts ont été si difficiles.

Le décès de sa tante Lucie l'oblige cependant à renouer avec son passé quand, de retour à Saint-Clo pour assister aux funérailles, Francis découvre, en lisant des carnets rédigés par sa tante, le lourd secret qui est à l'origine des malheurs de sa famille. 

Et, pour la première fois de son existence, il se prend à croire à la possibilité d'exorciser pour de bon les horreurs de son passé. 

Or, pendant qu'il cherche la façon de réaliser son plan sans alerter quiconque, voilà que la petite ville est secouée par une mort suspecte et que la police s'intéresse à lui. Francis est inquiet: doit-il recommencer à douter de ses perceptions ? 

Pourtant, depuis les terribles événements qui ont marqué son arrivée à Montréal, en 1995, il a réussi à contrôler sa "maladie", non ?

Éditions ALIRE

Posté par Krri à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2012

Achevez Cendrillon

de Mario Absentès

achevez cendrillon

« Mourir baron et baronne dans un château, quelle ironie. On devrait achever les Cendrillon à la naissance. »

Harcèlement moral. Quand le baron Laude-Bugatti s'éteint, il laisse à la tête de sa fortune la jolie Olivia Le Fanu. Celle-là même dont on retrouvera le corps décomposé dans une forêt de Chaux ou de Sologne.

Éditions VAUVENARGUES

Posté par elleon à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Castor Paradiso

de Mario Absentès

castor paradiso

Début mai 1988, Samiah Chérifi, une madone berbère en rupture de ban, fait une apparition tonitruante dans le faubourg populaire de Battant à Besançon.

Elle y fait la connaissance d'une faune vivace et pathétique qui survit tant bien que mal aux affres de la rénovation urbaine, tandis qu'un quarteron de petits malins en profite pour se remplir les poches.

Peu de temps après l'attentat qui détruit un cinéma local lors de la projection de "La Dernière Tentation du Christ" de Martin Scorsese, la fauteuse de troubles disparaît aussi étrangement qu'elle est apparue...

Éditions TIGIBUS

~~~

Plus qu'un polar, Mario Absentès nous propose ici, sur fond de polémiques et de faits divers réels, un roman d'atmosphère plein de verve et d'émotion, une eau-forte aux résonances plus engagées qu'il n'y parait.

~~~

Posté par elleon à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mort à la mère

de Mario Absentès

mort a la mere

MATRICIDE.

Monique G., 58 ans, est transportée d'urgence à l'hôpital de Besançon (Doubs).

Diagnostic : fractures multiples des membres et de la face, traumatisme crânien et autres lésions internes.

L'arme présumée : deux poings humains.

On soupçonne son fils, Pierre G., 40 ans.

Éditions VAUVENARGUES

~~~

Véritable homme-orchestre de l'écriture, Mario Absentès reconstitue avec minutie les 24 heures qui précèdent le crime clans un village de Haute-Saône aux mœurs bien étranges.

~~~

Posté par elleon à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

J'aurai ta peau, Saxo

de Mario Absentès

j'aurai ta peau

Danse à main armée.

Tonin S., dit Tonin le Tombeur, ancien saxophoniste du groupe de bal "Les Stompers", est retrouvé égorgé en plein champ dans la banlieue d'Albi (Tarn). Il en a eu des femmes au temps de sa gloire. Dont Pauline.

Cette dernière se rappelle à son bon souvenir.

Est-ce pour danser un dernier slow ou bien pour attiser la jalousie de son Cathare de mari ?

Éditions VAUVENARGUES

Posté par elleon à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


La nuit, le jour et toutes les autres nuits

de Michel Audiard

la nuit le jour

Au cours d'une nuit d'errance dans les rues de Paris, entre Montsouris, Pigalle et Montparnasse, Michel Audiard invoque ses fantômes et ses souvenirs.

Requiem, complainte ou rêverie hallucinée, La Nuit, le jour et toutes les autres nuits ressuscite un Paris populaire marqué dans sa chair par les années noires de l'Occupation. On y croise Quenotte, fille d'un « charbon, vins, liqueurs » de la rue Saint-Jacques, tondue le dernier jour d'août 1944, et Myrette, la prostituée aux yeux couleur d'huître. On y retrouve la grosse Sophie Clodomir, ancienne championne de basket et joueuse de banjo, ou encore l'inénarrable Pamela de Sweerte, la femme du monde « aurifiée, emperlousée, sertie, damasquinée », dont le narrateur guette les fabuleuses apparitions.

Une dérive de noctambule inspiré, avec la drôlerie et la verve irrésistibles du dialoguiste des "Barbouzes" et des "Tontons flingueurs".

Éditions DENOËL

Posté par elleon à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2012

Coupable ?

de David Hosp

coupableUne femme officier de police est laissée pour morte dans une ruelle, une balle fichée dans la colonne vertébrale. À son réveil, elle parvient à identifier son agresseur: un immigré salvadorien soupçonné d'accointances avec l'un des gangs les plus dangereux d'Amérique du Sud.

L'homme est condamné dans la foulée sur la foi des empreintes digitales découvertes sur l'arme du crime et jeté en prison.

Quinze ans plus tard, des irrégularités sont apparues dans la procédure, ce qui n'a pas échappé au "New england Innocence Project", une association qui tente d'obtenir la révision de procès bouclés à la va-vite.

Et voilà Scott Finn, jeune loup du barreau, missionné pour réparer ce qui a tout l'air d'une erreur judiciaire: relevé des empreintes falsifié, témoignages douteux, tentatives d'intimidation... Mais dans cette quête de la vérité, il va être amené à découvrir que la notion d'innocence peut s'avérer toute relative.

Éditions FIRST

Posté par Krri à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Pour la cause

de David Hosp

pour la causeBoston, 1990. Tandis que les festivités de la Saint-Patrick battent son plein, treize toiles de maîtres disparaissent du musée Gardner, fleuron de la ville. Treize chefs d'oeuvre parmi lesquels un Rembrandt, un Vermeer, un Manet s'évanouissent tout bonnement dans la nature.

Vingt ans plus tard, malgré une récompense de cinq millions de dollars offerte à quiconque permettrait de faire avancer l'enquête et malgré la participation plus qu'active du FBI, le mystère reste entier et les toiles introuvables.

Du moins jusqu'à ce que Scott Finn, avocat, se retrouve mêlé à l'affaire.

Chargé de la défense d'un petit malfrat, Devon Malley, il va rapidement découvrir que derrière le plus gros casse de toute l'histoire de l'art se cachent non pas des amateurs éclairés mais des hommes sans scrupules décidés à financer leur guerilla armée par tous les moyens...

Éditions FIRST


Un roman noir inspiré du plus gros casse d'oeuvres d'art jamais réalisé et jamais résolu.


Posté par Krri à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2012

Le vin des rebelles

de Gérard Alle

le vin des revelles

Enfin libéré de sa lignée de "salopards", Lancelot reprend le rade de son vieux pote Armand. Tout autour, le corps social souffre, sous les coups de boutoir du parti de l'ordre.

Lancelot et d'autres rescapés, avec ou sans papiers, construisent autour du bistrot une belle utopie viticole et jubilatoire. Mais quand l'étau se referme, ne risquent-ils pas d'être écrasés comme tous les rebelles.

Éditions COOP BREIZH

~~~

Écrite bien avant "l'affaire de Tarnac- Julien Coupat", cette aventure n'est pas sans rappeler les nouveaux modes de contestation-répression à l'oeuvre dans notre société.

~~~

Posté par elleon à 03:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mai 2012

La cavale de Billy Micklehurst

de Tim Willocks

la cavale"C'était l’hiver, un hiver mordant de février, et je n'avais pas revu Billy depuis des mois, quand je tombai sur lui un soir à Shudehill. Il avait les cheveux en bataille, pas rasé, sans chaussettes malgré la froidure de la nuit et tremblant de la tête aux pieds, accroché à un réverbère dans une flaque de lumière jaune, et en pleurs. Il me vit approcher et se tordit pour libérer une main, en une invite désespérée. “Rouquin, cria Billy. Rouquin ! La partie est finie pour Billy ! La rumeur se répand ! Ils sont après moi !” Il marqua une pause, chuinta et de la bave jaillit de ses lèvres :“Je les ai sur le dos !”."
 
Clochard errant, alcoolique, Billy "souffre" d'hallucinations : des démons le tourmentent, attendant de lui qu'ils les libèrent. Habitantes d'un cimetière mystérieux, ces créatures démoniaques logent en réalité dans les méandres cérébraux de Billy et conduiront cette "épave indestructible" au suicide.
 
Éditions ALLIA

Le lecteur assiste au montage d'un court-métrage, il plonge à la fois dans l'atmosphère du récit fantastique – plans larges, espaces énigmatiques, ténébreux – tout comme il frôle la surface des choses, se confronte à la réalité la plus concrète tant Tim Willocks sait décrire non seulement un personnage mais aussi un homme, yeux enfoncés, gencives ravagées, dents cassées, costume à fines rayures maculé.

Fort de sa profession de psychiatre, Tim Willocks évoque sous une forme littéraire le problème de l'alexithymie, difficulté à verbaliser ses émotions et ses douleurs, liée à des symptômes psychosomatiques. Ce faisant, il place la littérature au niveau de la misère humaine, l'écrivain, comme la mission dont Billy Micklehurst se croit chargé, est un passeur d’âmes.

Posté par elleon à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,