01 mars 2012

La fête du siècle

de Niccolò Ammaniti

la fete du siecle

À l'occasion de la plus décadente fête du siècle, organisée par un magnat de l'immobilier, un écrivain narcissique en mal d'inspiration, bloqué depuis trois ans au chapitre deux de son nouveau roman, va croiser le chemin d'une minable secte satanique, baptisée « Les Enragés d'Abaddon » et décidée à sacrifier une chanteuse pop pour s'ériger sur l'autel de la célébrité.

 Au programme de la fête : un triple safari avec chasse au lion, au renard et au tigre, ou est convié tout ce que Rome peut compter en VIP. Chirurgiens plastique, acteurs, mannequins, avant-centres, journalistes s'y rendent, leur ego en bandoulière.

 Mais très vite la fable prend des allures apocalyptiques, et plus aucun des personnages n'est à la place ou il devrait être.

Éditions ROBERT LAFFONT

~~~~

 Dans cette comédie sociale grinçante, qui n'est pas seulement un récit hilarant, mais également un portrait de l'Italie contemporaine loin de ses clichés touristiques, Ammaniti nous dévoile l'autre face cachée de Rome, vérolée de superficialité et de vulgarité, ou le grotesque de la médiatisation est stigmatisé comme l'un des nouveaux maux du XXIe siècle

~~~

«Encore une fois, s'il en était besoin, Ammaniti confirme qu'il est l'un des rares véritables romanciers de l'Italie d'aujourd'hui. »  "Pulp Libri"

~~~~

Posté par elleon à 04:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 février 2012

Eden

de Alain Claret

edenLes hommes du cartel de Sinaola sont entrés dans Paris. Implacables, inhumains, ils viennent s'emparer du marché français de la drogue et récupérer les milliards confiés pour blanchiment à des financiers qui veulent leur faire croire aujourd'hui que leur argent s'est volatilisé.

Les hommes mais aussi les femmes: Juana, fille d'un sénateur milliardaire et d'une paysanne indienne illettrée et Madeleine, son amante, son double, une française que Juana a sauvée d'un douloureux suicide. Elles veulent Eden, l'homme de paille qui investissait cet argent.

Tandis que les membres du cartel mettent la ville à feu et à sang pour installer leurs réseaux et que les Français tétanisés contemplent à la télévision le spectacle effrayant de leurs banlieues dévastées, les deux femmes poursuivent un autre but : se venger du monde dans lequel elles sont nées.

Leurs méthodes seront pires que celles des tueurs et des assassins et Eden, incapable de comprendre de quoi est fait son ennemi, sera l'enjeu de ce combat vertigineux que se livrent de toute éternité les hommes et les femmes, l'argent et le pouvoir.

Éditions ROBERT LAFFONT

Posté par elleon à 04:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 février 2012

Le second fils

de Jonathan Rabb

le second filsÀ la veille des Jeux olympiques de 1936, la capitale du Reich est en effervescence. Renvoyé de la Police criminelle en raison de ses origines juives, Hoffner, part à la recherche de son fils Georg, envoyé dans la péninsule ibérique couvrir les « contre-jeux ».

Tandis qu'il traverse une Espagne à feu et à sang, Sascha, son aîné continue à Berlin son abominable ascension.

Dans cette répétition générale du grand conflit à venir, l'innocence sera la première victime.

Éditions 10/18


Jonathan Rabb signe la trilogie virtuose d'une Europe au bord du gouffre.


Posté par elleon à 05:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2012

Cartons

de Pascal Garnier

cartonsTout commence par un déménagement – cette « catastrophe naturelle »: Brice, illustrateur de livres pour la jeunesse et compagnon de la dive bouteille, quitte son appartement lyonnais pour une grande maison plutôt isolée à la campagne. Il a choisi l’endroit avec son épouse journaliste d’ailleurs partie quelque part en Égypte.

Esseulé, sans nouvelles d'Emma, Brice s’abandonne peu à peu au désespoir en squatteur de son propre logis, ne sortant plus guère du garage où sont entassés les cartons qu’il éventre au petit bonheur. Les évocations d’Emma, l’attente d’un appel qui ne vient pas, et la rencontre de Blanche, une étrange femme-elfe sans âge, sorte de spectre de l’enlisement provincial, ponctuent cette dégringolade dans l’enfer des cartons.

Tout se précipite bientôt et le roman d’atmosphère vire au roman noir. En maître absolu du genre, Pascal Garnier nous réserve une grave, terrible surprise, qu’on soupçonne et refuse longtemps, comme s’il avait écrit ces pages intenses depuis l’au-delà routinier de la vie : rien d’autre qu’une histoire de cartons par où tout commence et tout s’achèvera.

Éditions ZULMA

~~~

Roman inédit, roman posthume, Cartons est un de ces chefs-d’œuvre sur le pouce dont il détenait la recette comme personne : il y faut du style, de celui qui emporte le lecteur sans crier gare, un humour d’ébène et ce goût immodéré pour les drames humains.

~~~

Posté par elleon à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 février 2012

Contrebandiers

de Marc Boulet

contrebandiers"Je suis un monstre. Je suis un assassin. Peut-être avez-vous entendu parler de mes crimes ? Toutefois, mon nom, Marc B., ne vous dit sans doute rien, puisque la police n'a jamais réussi à nous identifier, mes complices et moi..."

Au départ, simple caméraman pour films pornos, Marc B., un Français expatrié à Hong Kong, ne tarde pas à se lancer dans la contrebande. L'Asie en plein boom offre tant d'opportunités !

De Chine en Inde en passant par la Thaïlande, Marc B. se laisse happer par la moiteur corruptrice de l'Extrême-Orient...

Éditions RIVAGES

~~~

Roman d'aventures et manuel du parfait trafiquant, par l'auteur de Dans la peau d'un Chinois et  Dans la peau d'un Intouchable.

~~~

Posté par elleon à 04:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17 février 2012

Les clients du Central Hôtel

de André Héléna

les clients du central hotelPerpignan, 1944: les Alliés ont débarqué en Normandie et en Provence, les Allemands tiennent encore la ville mais se préparent au départ.

Au Central Hôtel, véritable microcosme de la France de l'Occupation, des clients pas tout à fait comme les autres, résistants en planque, collabos, gestapistes, agents secrets, traîtres, truands, putes à la redresse, se préparent, les uns, à des lendemains qui chantent, les autres, à l'aube blafarde des pelotons d'exécution.

La Libération ne se fait pas seulement au son des flonflons ou du musette, mais aussi dans le fracas des balles et les hurlements des victimes. Et les résistants de la dernière heure comptent aussi dans leurs rangs d'ex-collabos qui se refont une vertu en épurant leurs anciens copains.

Une vision cynique désabusée, noire comme le sang d'une période souvent présentée comme idyllique. L'auteur casse les tabous, balaie les clichés et se fiche du politiquement correct et de l'historiquement vrai pour écrire romanesquement une authentique page de notre histoire trouble. N'en déplaise aux hypocrites, aux menteurs, aux farceurs et aux salauds de tout bord. -Jean-Pierre Deloux -

Éditions E-DITE

-

Édition originale: Éd. S.E.P.E. (1959)

Posté par elleon à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le goût du sang

de André Héléna

le gout du sangL'action commence quelques jours après le débarquement des alliés sur les côtes normandes. Jacques Vallon a dix-neuf ans. Il tue pour le plaisir, et aussi pour régler des comptes avec lui-même.

Massacre de paysans, fermes incendiées. L'épuration est un excellent prétexte pour Vallon. Elle lui permet d'assouvir sa haine et surtout de faire couler le sang. Dans ce climat trouble où il découvre le crime et les femmes, la folie meurtrière se déchaîne.

Février 1945, la débâcle des soldats allemands a laissé Vallon dérouté. L'euphorie de la Libération n'est plus qu'un souvenir. Le rêve est mort. Pris dans la tourmente de ses propres actes, Vallon perpétue son périple criminel, jusqu'à la fin inévitable.

Le Goût du sang est un des meilleurs romans d'André Héléna.

Éditions E-DITE

-

Édition originale: Éd. Vinay et Champs fleuris (1953)

Posté par elleon à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le festival des macchabées

de André Héléna

le festival des macchabesDans ce roman mené sur les chapeaux de roues, on découvre les nouvelles aventures de Maurice, le truand de Pigalle, et de Bams, le marlou catalan, dans la France de Vichy.

Résistants involontaires mais déterminés à aller jusqu'au bout de leur engagement accidentel, les deux hommes incarnent la révolte absolue face au désordre établi. Cette farandole canaille du bal des vermines ou la mort nazie sarabande avec l'adipeuse collaboration est devenue Danse de mort...

Macabre, grotesque, l'oeuvre d'Héléna n'a rien perdu de son actualité historique et humaine. La corruption et le vice sont inexorablement liés à la politique et au pouvoir. On croyait le savoir depuis toujours, on l'avait oublié, et c'est un écrivain désormais immortel qui nous rappelle que la mort et l'ignominie sont toujours au rendez-vous de l'Histoire.

Avertissement d'autant plus fort qu'André Héléna, maître du roman noir français, renoue avec la verve rabelaisienne et l'ironie populaire.

Éditions 10/18

-

Édition originale: Éd. La Grenade (1951)

Posté par elleon à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le baiser à la veuve

de André Héléna

le baiser a la veuve"Inutile de chercher à fuir, de griffer les parois lisses du tunnel, de crier au secours: pour André Héléna, la fin vaut les moyens, son récit court vers son terme sanglant à la vitesse du désespoir qui, comme chacun sait, vaut deux fois celle de la lumière". Gérard Mordillat

Éditions DE FANVAL

-

Édition originale: Éd. Vinay et Champs Fleuris (1953)

Posté par elleon à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'aurai ta peau

de André Héléna

Petit employé dans la petite succursale de banque d'une petite ville de banlieue, le héros de ce roman ne se distingue en rien de la foule innombrable des anonymes dont on fait les soldats inconnus. Une vie grise dans un univers gris, tissée d'humiliations quotidiennes et de regrets de plus en plus flous.

Mais au fond de cet océan de médiocrité sociale et de misère morale sommeille un mépris de l'ordre établi qui, lorsqu'il va se réveiller, transformera cet homme rompu à des années de soumission en ange exterminateur. Le gris vire alors au noir le plus absolu pour s'achever dans une sanglante apocalypse.

Soutenu par un récit d'une rare densité, ce pur thriller était resté le chef-d'oeuvre inconnu d'André Héléna, et sans doute le plus radicalement nihiliste. Le dernier mot du héros, qui est aussi celui du roman lui-même, est merde. Merde à la vie, merde à l'humanité...

Éditions E-DITE

-

Édition originale: Éd. Bel-Air (1965)

Posté par elleon à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]