27 juillet 2011

Sharon Tate ne verra pas Altamont

de Marc Villard

sharon tateMercredi 2 juillet 1969 : Brian Jones est découvert noyé dans la piscine de Cotchford Farm, son manoir du Sussex (Angleterre).

Samedi 9 août 1969 : Sharon Tate est assassinée à Los Angeles par des membres de la Famille, organisation criminelle dirigée par Charles Manson.

Vendredi 5 décembre 1969 : Pendant le concert des Rolling Stones au festival d'Altamont, près de San Francisco, un jeune spectateur noir est poignardé par un membre des Hell's Angels.

Prenant comme points de repère ces faits divers qui marquèrent l'année 1969, Marc Villard a écrit un formidable roman où l'on entend sonner le glas des espérances du peuple hippie.

Éditions BIRO

-

Réédition: Éd. Cohen & Cohen (2014)

Posté par elleon à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Quand la ville mord

de Marc Villard

quand la ville mordRue de Steinkerque. Le boulevard s’affole, la lumière guette les maraudeurs. Sara, masquée, se rencogne. Devant le Panama, un mareyeur en tablier bleu marine propose ses huîtres en s’ébrouant. Le froid transperce son ciré. Elle se faufile derrière lui, dans la porte à battants qui claque sans discontinuer.

À dix mètres, Omar, Brigitte, deux porte-flingues et une pute de service se bâfrent à l’aise en ricanant du côté de la miniscène où se succèdent les ersatz d’Aznavour, Goldman et Cabrel.

La foule la terrorise. Elle se décide enfin, rentre la tête dans sa parka et, le pas sûr, gagne le fond de salle et les toilettes pour dames, contigües à de désuettes cabines téléphoniques. Dans les toilettes, elle retire son vêtement, glisse son tournevis dans sa manche de pull et s’occupe à se laver les mains, à feuilleter l’annuaire du téléphone.

En cinq minutes, elle fait partie des meubles.

Éditions LA BRANCHE

Posté par elleon à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pigalle

de Marc Villard

pigallePIGALLE : La cité Véron, l'Elysée Montmartre, le billard de la place de Clichy, le square d'Anvers, la moleskine rouge des sièges de bars, les hôtesses accueillantes des clubs privés et bien d'autres lieux signent en profondeur la légende d'un quartier mythique.

L'illustrateur américain Miles Hyman, et l'écrivain Marc Villard, à travers une histoire qui pourrait figurer à la page " faits divers " d'un quotidien, dressent le décor entre chien et loup des errances d'un flic sur le " Sunset boulevard " parigot.

Éditions EDEN PRODUCTIONS

Posté par elleon à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Django

de Marc Villard

djangoPaname, les années 50, les salles de billard et les boites à jazz, le boss et ses trafics foireux dans l'arrière-boutique, puis Marcus, l'homme à tout faire, qui connaît la musique...

Sauf celle de Django... S'il n'y avait pas eu la guitare de Django, Marcus n'aurait jamais joué de sa corde à piano. Les tueurs versent parfois des larmes : " Lover Man ! ".

Éditions ATELIER IN8

Posté par elleon à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les portes de la nuit

de Marc Villard & Cyrille Derouineau

les portes de la nuitLe béton s'empile, la ville nouvelle naît à la vie. Voilà le décor.

Dans nos cités, trouver l'humain n'est pas chose facile, mais au-delà de l'esthétique high-teck, des hommes et des femmes, des enfants s'aiment, se quittent et, parfois s'entretuent.

Éditions EDEN PRODUCTIONS


Cyrille Derouineau a su capter la nuit ouatée de la banlieue et Marc Villard a donné corps aux fantasmes des sociologues du parpaing.


Posté par elleon à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Gangsta rap

de Marc Villard

gangsta rapNaples, Barbès ou Barcelone, c’est toujours la même folie qui agite les hommes. Bons pour l’asile, pas pour la taule.

Le rap ravage la banlieue, la mafia gangrène l’Italie et la France n’a jamais été une terre d’asile.

Huit nouvelles traversées par la violence et la mort.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bonjour, je suis ton nouvel ami

de Marc Villard

bonjourUn personnage que l'on devine n'être ni tout à fait l'auteur ni tout à fait un autre se livre au périlleux exercice de l'autoportrait.

Normalement déprimé, parfois cynique, quelquefois pitoyable – par exemple dans ses pathétiques vraies-fausses tentatives de suicides – l'homme, Marc Villard, nous entraîne dans son quotidien de père de famille mangeur de Prozac, dans les couloirs de son entreprise (près du distributeur de sucreries), sur ses lieux de vacances…

Vingt-neuf nouvelles comme autant de joyaux qui, finalement, nous racontent aussi nos vies, nos émois, nos doutes, nos lâchetés et nos compromissions. Des textes sensibles, drôles, cruels, acérés, subtils. Et quel style…

Éditions L'ATALANTE


Formidable ! Ce recueil de nouvelles est tout simplement splendide, comme l'étaient déjà chez le même éditeur J'aurais voulu être un type bien et  Un jour je serai latin lover.

Ce troisième tome dans la même veine d'autodérision est aussi fort que les deux précédents. Économe en mots qu'il cisèle et choisit à merveille, désespérément drôle dans sa façon de mettre en scène ces petits riens qui font l'essentiel, Marc Villard est sans doute le meilleur auteur de nouvelles français. Une réputation qu'on lui concède volontiers dans le milieu du polar mais qu'il n'a pas encore auprès du grand public, ce qui est profondément injuste au regard de l'immense talent dont il fait preuve. À lire séance tenante.   Bruno Ménard (Amazon.fr)


Posté par elleon à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bird

de Marc Villard

birdUne descente sensible et jazzy dans le monde de la nuit à la recherche d’un SDF par une bénévole du SAMU. Un meurtre a eu lieu...

Cécile est secouriste au Samu social. Elle vit à Paris et travaille la nuit auprès des sans-abri. À ses quatorze ans, son père, un musicien de Jazz sur le déclin, disparaît. Élevée par sa grand-mère qui lui apprend que celui-ci est décédé en Espagne, Cécile grandit dans le manque et le souvenir de ce père absent. Mais sur son lit de mort, la grand-mère lui révèle que son père vit toujours, et qu’il erre depuis dix ans dans les rues de Paris.

Ayant perdu son identité pour un bout de trottoir et l’illusion de liberté, celui-ci parvient à gagner quelques pièces en jouant des morceaux de Jazz dans le métro. Cécile pense que son activité au Samu social lui permettra de le retrouver, et va ainsi, au fil des nuits, à sa recherche, avec l’espoir de le découvrir au milieu des SDF. Une nuit, un meurtre se produit qui les implique tous les deux…

Éditions JOËLLE LOSFELD


Dans la pure tradition des romans de MarcVillard, Bird emmène le lecteur dans les rues d’un Paris lugubre, où, dans la noirceur de la nuit, se côtoient les putes, les trafiquants, les junkies de toutes sortes, les sans-logis et plus généralement la misère humaine avec tout ce qu’elle comporte de violence et de désespoir.

C’est un regard sur le Paris nocturne distillé dans une narration polyphonique et une intrigue maîtrisée et entraînante, qui, sur fond de Jazz, rendent la lecture de ce texte à la fois intense et fluide.


Posté par elleon à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ballon mort

de Marc Villard

ballon mortStéphane Miller travaille comme enquêteur pour une compagnie d’assurances.

Un jour, on l’envoie flairer sur la disparition de François Bertolini, célèbre footballeur sur le déclin (34 ans) qui fait encore les beaux jours du club local. Le goleador laisse derrière lui une femme, un enfant autiste… et surtout une impressionnante prime d’assurances.

Or, Miller a autrefois bien connu Bertolini. Il part donc pour sa ville natale et sa banlieue, en compagnie de son fils Freddy, un dingue de télé et de ciné.

Et ce qu’ils vont découvrir n’est pas joli-joli…

Éditions LE CASTOR ASTRAL

Édition originale: Gallimard (1984)


Mais ce qui fait la force singulière de ce récit, c’est le ton. Selon Jean-Pierre Énard, « Villard se montre champion dans le genre balade de cafés tristes en cinoches minables. Les rapports de Miller et de son gamin sonnent toujours juste, et on se laisse prendre à l’atmosphère un peu poisseuse de ce polar. »

 À l’évidence, Marc Villard s’est investi à titre personnel dans ce roman, ce qui confère un caractère autobiographique masqué à cette intrigue. Ce livre est aussi à lire comme la nostalgie des années d’enfance où l’on se rêve étoile des verts terrains balisés de lignes blanches, avec le spleen des impers à la Bogart.


Posté par elleon à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au pied du mur

de Marc Villard

au pied du murAutour du squatt, les Pharaons brûlent leur vie par les deux bouts. Un homme épuisé, derrière le parloir d'une prison, trouve le moyen d'en finir avec sa meurtrière épouse. Derrière ses drums, Johnny calcule pour la dernière fois le fric qu'il ne pourra pas restituer à Muller. Un rescapé des combats libertaires accroche, sur la porte vitrée d'un supermarché, le regard de son double, abruti par l'échec.

Quant au sensationnel, il est assuré par Elvis Presley qui, sur l'atoll de Langa, renaît de ses cendres, un pic à glace au bout du poing.

Quatorze portraits au noir, quatorze visages effarés hantant le continent perdu d'une génération.

Éditions NEO

Posté par elleon à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :