04 août 2011

Le goût des couleurs

de Pierre Sérisier

le gout des couleurs" Au milieu de l'hiver 1943, il fit si froid que l'on ne vit bientôt plus aucun oiseau perché à la cime des arbres au bord de la rivière. Les hêtres et les ormes, les peupliers centenaires se dressaient en rangs serrés. La noirceur de ces squelettes immobiles et décharnés se détachait sur le ciel blanc de l'horizon. Ils se tenaient, tout près les uns des autres, au point que l'on eût dit que le gel les reliait ensemble par mille filaments de cristaux brillants. "

Mais il n'y a pas que les arbres qui grelottent ; les hommes aussi. C'est la guerre et, en contemplant le paysage désolé, Eugène, grand invalide de 1914, croit revoir ses compagnons de malheur noyés dans les tranchées...

Depuis son retour, il peint. Son inspiration ? Il la puise dans la boue de ses souvenirs avec comme unique thème récurrent la souffrance. La sienne et celle des autres. Lorsque cette folie croise l'égoïsme d'une femme et la démence d'un major de la Wehrmacht, une boîte de Pandore s'ouvre inexorablement et avale, tel le mythe, ses victimes - une à une.

Éditions DE L'AUBE


Le Goût des couleurs raconte cette terrible descente vers les profondeurs les plus reculées de l'âme humaine. Et nous renvoie impitoyablement à nous-mêmes : qui serions-nous si la guerre revenait ? Certes, le roman est bien noir ; mais les couleurs existent. Ce sont celles arborées, sans même le savoir, par les belles figures d'humanité qui le traversent - et nous sauvent.


Posté par elleon à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Harpo

de Pierre Sérisier

harpoHarpo, ermite hagard et sans boussole, s’est réfugié sous cette voûte suintante, sans doute l’ancien tunnel d’un train.

Harpo n’a besoin de rien et ne cherche rien. Harpo fuit son passé et contourne son avenir. Il se débarrasse de ses souvenirs et avec eux des remords qui hantent le cœur des hommes.

 Barman, son double à la surface de la Terre, est celui qui trace la voie. Au hasard d’un jeu télévisé, «Un Toit pour Cent Mois», il impose à Harpo son destin.  Harpo doit partir et marcher, de ville en ville, de motel en motel. Il ne sait pas où mais il doit y aller, accepter son errance et respecter les Règles du Jeu.

Un long parcours initiatique l’attend...  Car ici-bas, la vie est parfois plus effroyable que la mort.

Éditions JIGAL


Pierre Sérisier franchit une étape déterminante avec ce roman noir d’une très grande sensibilité qui ne laissera personne indifférent.


Posté par elleon à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ainsi soient-elles

de Pierre Sérisier

ainsi soient elles" Ce n'est qu'en apercevant le premier éclair que je saisis mon erreur. Je sens une brûlure me traverser le ventre et s'enfuir par mes reins. Putain, je suis à genoux. Je me rattrape aux marches de l'escalier comme si je voulais m'asseoir. La différence c'est que j'essaie de me relever mais je n'y parviens pas. Je vois une rigole rouge qui dévale le trottoir et disparaît dans le caniveau. Je redresse la tête juste à temps pour découvrir le deuxième éclair qui me traverse l'œil gauche.

Après c'est l'obscurité complète. "

Éditions JIGAL


Pierre Sérisier nous assène onze portraits impitoyables, véritable chronique au vitriol des blessures de l'âme.


Posté par elleon à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2011

C'est quoi la philo ?

de René Merle

c quoi la philoSes ennemis le surnomment le « PPE », le Présumé Philosophe et Écrivain. Et des ennemis, Abailard en a.

Plus qu’il ne croit, car à l’occasion d’un festival littéraire sur la Côte d’Azur ses anciens amis, qui ne lui veulent pas que du bien, remontent à la surface. Ex-agitateur politique révolutionnaire devenu simple agitateur mondain et philosophe autoproclamé, Abailard, star des médias et des intellos, aura-t-il assez de cran pour s’opposer au « Légume » ? 

Ses compagnons d’armes revenus de sa jeunesse - la pulpeuse Reparata et le dur des durs Tchoco - vont tour à tour l’aider et le perdre dans une drôle d’enquête sur son propre passé. À base de marrons et d’aubergines...

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD

Posté par elleon à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le nombril du monde

de René Merle

le nombril du mondeQuand Didier Achard, l’auteur de B.D. bien connu, “descend” sur la Côte enterrer un frère assassiné, il ne se doute pas que cette étrange affaire de famille, qu’il croit limitée au milieu rugbystique local, ou au milieu tout court, va durement le ramener vers son fantasme de jeunesse : Rapa Nui, l’île de Pâques, encore appelée Te Pito o te Henua, “le nombril du monde”, par ceux qui en parlent la langue.

Ou encore Rapa Nui, une île appartenant désormais au Chili, à mi-chemin entre le continent sud-américain, ce Chili martyrisé il y a trente ans, et Tahiti en rupture de nucléaire...

Un microcosme qui, à sa façon, dit la vérité du monde d’aujourd’hui. Étrange et brutal voyage, réel ou virtuel, où Achard perd un frère, mais gagne peut-être une raison de vivre...

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD

Posté par elleon à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Gentil n'a qu'un oeil

de René Merle

gentil n'a qu'un oeilUn inclassable et violent roman initiatique. Le destin d'un jeune Bas-Alpin, brisé par la conquête de l'Algérie, et son périple de missionnaire rouge à la fin de l'été 1850.

À travers Provence, Vivarais, Dauphiné, Lyonnais et Forez, une dépaysante aventure au ras du sol, dans les péripéties de l'engagement, les avatars du mysticisme (l'Apparition de la Salette) et les inattendus quiproquos de l'Histoire.

Éditions de LA COURTINE

Posté par elleon à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 août 2011

Boulette

de Max Obione

bouletteEh la grosse ! Qu'est-ce que t'as à me regarder ? Bouge ton gros cul...

Tais-toi, le père ! Je suis Boulette, un homme est venu, un bougnoule comme tu dis. Il m'a prise dans ses bras. La mer est devant nous, il m'emmènera. Là-bas.

- You... arab ?

- No, Kurd !

- Vous êtes Kurde ?

- Yes, Kurd of Iraq. Crève, vieux pourri, et adieu ! La mer nous emporte, tu vois ?

Éditions ATELIER IN8

Posté par elleon à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'ironie du short

de Max Obione

l'ironie du shortDans le mille! 18 impacts! 18 nouvelles atteignant toutes le cœur de la cible noire…

Décidément Max Obione n'y va pas de main morte. Main alerte au demeurant pour vous trousser une histoire en quelques pages d'une noirceur étincelante. Maniant tour à tour grand style et écriture canaille, ce conteur sulfureux est un dangereux récidiviste. Il a déjà commis Balistique du désir ayant fait de nombreuses victimes.

Tour à tour, cocasses, féroces, tendres, crues, nostalgiques, déjantées…, les histoires de Max Obione vous entraînent entre autres sur les traces d'un flic planqué dans la tête d'un assassin, d'un rat qui parle, d’un short blanc, de Blanche Neige et ses 10 nains, du bobo de tante Misty…, etc. 

Éditions KRAKOEN


Plaisir de lecture noire, chauffé à blanc ! Mortel !


Posté par elleon à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Balistique du désir

de Max Obione

balistique du desirÀ travers une galerie de personnages singuliers, Max Obione nous parle d'un monde amer et violent. Un monde où Eros et Thanatos font mauvais ménage.

En écrivant ces histoires, noires à souhait, âpres, dérangeantes, sensuelles ou teintées d'humour, on pressent que leur auteur est tarabusté par la question du mal.  On assiste à cet énigmatique passage à l'acte, à la transgression suprême – sordide, crapuleuse ou libératrice. On entend les monologues intérieurs dont le rythme évolue subtilement, de l'extrême cruauté à la délicatesse la plus exquise. Les voix des personnages s'insinuent dans l'esprit du lecteur soudain pris de vertige à se découvrir dans la peau d'un héros vénéneux.

Cette écriture sollicite tous les sens, se renouvelle à chaque histoire, pour faire de chacune un artefact aux éclats obscurs. La pyrotechnie narrative que met en œuvre Max Obione reflète son obsédante fascination pour la littérature.

Éditions KRAKOEN

Posté par elleon à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scarelife

de Max Obione

scare lifeLibéré sur paroles après avoir purgé dix ans de pénitencier, Mosley J. Varell coule des jours ternes dans un coin reculé du Montana. Il vivote en écrivant des scénarios de dessins-animés. Gougou le kangourou, c'est lui.

Astreint à pondre des histoires à décerveler les mômes, on vient cependant de lui commander le scénario d’un biopic sur le romancier David Goodis. Un matin, il reçoit une lettre postée de Louisiane. Il a reconnu l'écriture, c'est celle de son père qu'il hait depuis toujours. Mais pourquoi Varell décide-t-il de partir le retrouver ?

Ayant la phobie de l'avion, il entame une grande diagonale routière. La fatalité, un temps en sommeil, l'entraînera à ponctuer son périple de meurtres comme autant de cailloux blancs que Le Nain, un détective teigneux lancé à ses trousses, saura ramasser…

Éditions KRAKOEN

Posté par elleon à 05:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :