26 mars 2016

Ce qu'il nous faut, c'est un mort

de Hervé Commère

ce qu'il nous faut

Trois garçons pleins d'avenir roulent à flanc de falaise. C'est la nuit du 12 juillet 1998, celle d'"I will survive". Ce que la chanson ne dit pas, c'est à quel prix.

Les Ateliers Cybelle emploient la quasi-totalité des femmes de Vrainville, Normandie. Ils sont le poumon économique de la région depuis presque cent ans, l'excellence en matière de sous-vêtements féminins, une légende – et surtout, une famille. Mais le temps du rachat par un fonds d'investissement est venu, effaçant les idéaux de Gaston Lecourt, un bâtisseur aux idées larges et au coeur pur dont la deuxième génération d'héritiers s'apprête à faire un lointain souvenir. La vente de l'usine aura lieu dans l'indifférence générale.

Tout le monde s'en fout. Alors ce qu'il faudrait, c'est un mort.

De la corniche aux heures funestes de Vrainville, vingt ans se sont écoulés. Le temps d'un pacte, d'un amour, des illusions, ou le temps de fixer les destinées auxquelles personne n'échappe.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 mars 2016

De force

de Karine Giébel

de force

« Le temps de l'impunité est révolu. Le temps des souffrances est venu. »

Elle ne m'aimait pas.

Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force.

Mais on n'aime pas ainsi.

Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour.

Je ne garderai rien, c'est décidé. À part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai.
De mère indigne. Et de père inconnu.

Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée.

Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche.
Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Écrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés.

Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite. La haine. Voilà l'héritage qu'elle me laisse.

Éditions BELFOND

Posté par elleon à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'enfer est au bout de la nuit

de Malcolm Mackay

l-enfer-est-au-bout-de-la-nuit

(Éd. Liana Levi - 2016)

Depuis que Jamieson, chef d’une des plus importantes mafias de Glasgow, est en prison, son territoire est l’objet de toutes les convoitises. Il a chargé Nate Colgan, le plus respecté des cogneurs de la ville, de veiller à la sécurité de l’organisation et de garder un œil sur un malfrat anglais fraîchement débarqué qui semble vouloir se tailler une part du gâteau.

Quand un dealer de Jamieson est assassiné, les soupçons se portent sur le nouveau venu et l’organisation lui déclare la guerre. Mais avec le patron derrière les barreaux, tout peut arriver. Et Nate Colgan sent que quelque chose se trame...

D’autant que cette garce de Zara Cope est de retour en ville. Dans quel but ? Revoir la fille qu’elle a eue avec lui ? Récupérer son argent ?

Colgan ne peut pas lui faire confiance: toxique, trop jolie, et beaucoup plus dangereuse qu’il n’y paraît. Le seul à penser la même chose que lui est Fisher, un flic opiniâtre qui fourre son nez partout. Pas vraiment rassurant...

Posté par elleon à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2016

Il reste la poussière

de Sandrine Collette

il reste la poussiere

Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés.

C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder mais qui l'a dévorée de l'intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais.

Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d'une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence.

Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux.

Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu'il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d'affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d'immenses domaines, la révolte est impossible.

Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l'étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ?

Éditions DENOËL

~~~

Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d'un petit garçon qui a gardé son humanité.

~~~

Posté par elleon à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2016

Retour à Marseille

de Gérard Bon

gerard bon

"Nous coulerons de plus en plus sans toucher le fond." Une phrase empruntée à Leonardo Sciascia, le chroniqueur angoissé de l'Italie des années soixante dix.

En se revendiquant de l'auteur de " Il Contesto ", Gérard Bon annonce la couleur : certes, Marseille n'est pas la Sicile et l'État en France est sans doute moins gangrené que son voisin transalpin, mais des passerelles existent. Dans ce roman noir il se livre à un exercice de mise en abîme passionnant.

Un journaliste reçoit la commande d'un éditeur: il doit se rendre à Marseille et revenir sur la tuerie du Bar de la Poste qui a défrayé la chronique il y a des années auparavant. Revenant dans un Marseille contemporain, il va mener une enquête complexe et pleine de surprises...

Inspiré de "L'affaire du Bar du Téléphone", règlement de comptes au cours duquel dix personnes ont été tuées dans un bar du quartier du Canet dans le 14e arrondissement de Marseille, affaire largement reprise par les médias nationaux et qui contribua à entretenir la "mauvaise réputation" de Marseille, le livre de Gérard Bon au-delà de l'intrigue policière (qui a commandité ce massacre ? S'agit-t'il d'un complot fomenté par des barbouzes ou des membres du SAC ?) donne à réfléchir sur les rapports que nous entretenons avec cette ville que nous voyons sous le spectre de la violence antique qui la déchire parfois.

Éditions LA MANUFACTURE DE LIVRES

Posté par elleon à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 mars 2016

Morphine Monojet

de Thierry Marignac

morphine

(Éd. Du Rocher - 2016)

Al et Fernand, âgés d'une vingtaine d'années à la fin 1979, partent en expédition crépusculaire dans le Belleville promis à la destruction de ces années-là, qui regorge d'héroïne.

L'afflux de drogue, les opérations de nettoyage policières et, conjointement, de promotion immobilière donnent à leur dérive une couleur de fin d'un monde. Ce soir-là, ils vont sans trop y croire dans un bouge de Belleville demander du crédit à un trafiquant tunisien auprès de qui ils sont déjà lourdement endettés. Mais, sans solution, ils tentent le coup.

C'est le fils perdu qui est chargé de la négociation, le plus apte au marchandage, et celui dont le physique est le plus oriental. L'affaire se passe mal, mais Fernand retrouve dans le bouge une belle camée mélancolique à qui il a l'heur de plaire, qui se révèle avoir de l'argent et être la fille de l'attaché culturel d'une ambassade du Maghreb.

Le trafiquant, voyant toutes les possibilités de tirer profit plus tard de la situation, leur fournit la drogue et les laisse partir. La fille emmène le trio chez elle. Au fil des pages, la prime jeunesse des personnages s'envolera. Chacun aura vu la mort, la désunion, le danger.

Posté par elleon à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2016

Il est des morts qu'il faut qu'on tue

de Roger Martin

il est des morts

(Éd. Le Cherche Midi - 2016)

À la fin du XIXe siècle... En ce temps-là, Paris est une guerre civile. En ce temps-là, on invente le terme "racisme", l'expression "socialisme national" et le slogan "La France aux Français". Les scandales fleurissent. Les attentats anarchistes se multiplient. Les nationalistes préparent un coup d'Etat. La République vacille. Bientôt l'affaire Dreyfus cristallisera toutes les passions. Romain Delorme est jeune et audacieux.

Son mentor, l'ex-préfet de police Andrieux, un deus ex machina proche de Clemenceau, a fait de lui son agent au coeur du mouvement antisémite. Romain est devenu l'ami du marquis de Morès, redoutable duelliste, de ses gardes du corps, les terribles bouchers de la Villette, de Jules Guérin - dont le journal L'Antijuif et l'épisode du fort Chabrol immortaliseront le nom -, et d'Edouard Drumont, l'auteur de La France juive qui, dans les colonnes de La Libre Parole, exalte la haine des Juifs.

Il devra feindre, ruser, prendre des risques inouïs avant d'être mêlé à une affaire insensée autant qu'incroyable, l'assassinat d'Emile Zola, et de découvrir le secret de ses propres origines.

~~~

De la Commune de Paris à la Libération, un roman noir historique à la documentation impressionnante. Palpitant.

~~~

Posté par elleon à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2016

Que la mort vienne sur moi

de J. David Osborne

que la mort vienne sur moi

(Éd. Rivages - 2016)

Arlo et Sepp Clancy vivent dans une petite ville de l’Oklahoma.

Arlo est marié, travaille dans un magasin et rêve à une vie meilleure que l’existence étriquée qu’il mène dans son mobile home.

Sepp vient de sortir de prison mais, lassé des boulots ingrats, il préfère se livrer au trafic de pilules sur Internet.

Lors d’une expédition de pêche au poisson-chat, les deux frères découvrent une tête humaine dans la vase, ils choisissent pourtant de ne rien dire à la police.

Dans la même ville, Danny Ames, videur dans un club, joue les gros bras pour un caïd local. Il est à la recherche de son frère qui a disparu. Sa trajectoire va croiser celle d’Arlo et Sepp Clancy.

Posté par elleon à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 février 2016

Un homme à terre

de Roger Smith

un homme a terre

Cela fait dix ans que l’homme d’affaires John Turner et son épouse Tanya ont quitté Johannesburg pour s’installer près de Tucson en Arizona. Ils ont une fille de neuf ans et le couple prospère grâce à un brevet d’aspirateur de piscine.

Le tableau paraît idyllique, mais ne l’est absolument pas: John, qui est tombé amoureux de son assistante, veut divorcer. Tanya, qui déteste et son mari et sa nouvelle vie américaine, refuse catégoriquement et menace de le faire chanter.

Le couple partage en effet un lourd secret: John a été complice d’enlèvement et de meurtre en Afrique du Sud et Tanya, qui sait tout de l’affaire, pourrait facilement le faire tomber. John, bien décidé à recouvrer sa liberté, tente alors d’utiliser les grands moyens pour arriver à ses fins.

Et tout semble lui sourire jusqu’au moment où les tueurs qu’il a embauchés commettent l’erreur qui change tragiquement la donne…

Éditions CALMANN-LÉVY

~~~

Dans ce roman noir d’une violence extrême, Roger Smith donne à voir les conséquences terrifiantes d’un désir inassouvi lorsque, véritable dieu vengeur, le hasard s’en mêle.

~~~

Posté par elleon à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2016

Un prisonnier modèle

de Paul Cleave

un prisonnier modele

Joe Middleton s’est tiré une balle dans la tête. Par malheur, il s’est raté et a atterri à l’hôpital, escorté par une horde de policiers qui se demandent déjà s’ils n’auraient pas mieux fait de l’achever discrètement. Peut-être en effet auraient-ils dû.

Un an plus tard, Joe est toujours derrière les barreaux d’un quartier de très haute sécurité, accusé d’une série de meurtres plus horribles les uns que les autres. En attendant son procès, qui doit s’ouvrir quelques jours plus tard, il s’apitoie sur les vicissitudes de sa vie de détenu et tente encore de se faire passer pour un simple d’esprit auprès des différents experts en psychiatrie.

Mais pour ceux qui connaissent mieux Joe sous le nom du Boucher de Christchurch, seule une mort rapide est souhaitable.

À commencer par son ex-complice qui compte bien le faire abattre avant son entrée au tribunal; Raphael, le père d’une de ses victimes, qui veut plus que tout au monde voir Joe payer ses crimes; ou encore Carl Schroder, l’ancien policier qui a arrêté le tueur en série…

Éditions SONATINE

Posté par elleon à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :