24 mars 2011

La manière douce

de Frédéric H. Fajardie Une ville maritime du Nord en pleine décomposition, à l'aube de l'an 2000, où s'opposent néofascistes et immigrés alliés aux démocrates. Le capitaine de la Police secrète, Thomas Sheshoon, y fait son entrée au volant d'un vieux 4x4. Il est en civil. Il est seul. Il doit nettoyer la ville en moins de soixante-douze heures et la restituer à la République chancelante. Il estime ses chances de survie à une sur cinq. Un pari plutôt désespéré. Éditions LA TABLE RONDE Roman noir et politique-fiction,... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2011

Jeunes femmes rouges toujours plus belles

de Frédéric H. Fajardie J'avais vingt ans. J'étais gauchiste et il y eut Mai 68. Ma révolution fut celle de la piétaille, des obscurs militants. Nous nous battions pour une barricade, un coin de rue. La police nous tabassait à l'écart des journalistes. Les livres commémoratifs ne parlent jamais de nous. C'est pour réparer cette injustice que j'ai écrit ce roman où il est question d'amour, de joie de vivre, de mort et d'un long exil de vingt ans. Freddy et Teddy, les héros de Jeunes femmes rouges toujours plus belles,... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2011

Des lendemains enchanteurs

de Frédéric H. Fajardie 1948. Une petite ville du Nord perdue dans la grisaille et tenue d'une main de fer par Prigent, le représentant local du parti communiste.Au milieu des luttes sociales d'une extrême âpreté et dans le climat de désillusion de l'après-guerre, une jeune fille, Béatrice, portant le fardeau du suicide de son ami Wetzinsky, trahi par le Parti, tente d'échapper à la convoitise de Prigent.Renvoyée de son travail, mise en quarantaine par la ville entière, isolée, il ne lui reste plus qu'un allié : son chien Tanz,... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2011

Au bord de la mer blanche

de Frédéric H. Fajardie Trois hommes pataugent lourdement dans la boue grise et froide. Et tous les trois sont morts. Il y a Fabian Treschkow, sanglé dans un uniforme d'officier prussien. Il a été abattu en 1919, en matant l'insurrection des ouvriers de Berlin. Il y a le Flamand, on ne l'appelle pas autrement, il porte une barbe rousse, et une toque d'astrakhan, c'est une sorte de militaire plus dépenaillé, il est tombé en 1967, à Louvain, pendant une émeute.  Il y a enfin Thomas Siener, suicidé le sixième jour de novembre, en... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2011

Sous le regard des élégantes

de Frédéric H. Fajardie 1967. À l'époque, le « Secret Défense » fonctionnait encore, si bien que vous ignorez tout de cette fantastique histoire. J'étais jeune et riche, « Cravache d'Or » et crack-jockey des courses d'obstacles. Une vie de rêve. Et puis je l'ai vu, un matin : un grand cheval appelé « Hard to beat ». En une seconde, j'ai compris deux choses : primo, que ce cheval serait le plus grand champion de tous les temps... secundo, que les ennuis allaient commencer. Entre les... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2011

Reines dans la ville

de Frédéric H. Fajardie Elles sont deux, jeunes et belles, mini-jupes et longues jambes, œillades charmeuses et sillages parfumés mais, problème, elles ne sont pas exactement des filles... et même franchement des garçons !Belle cinquantaine, éducation bourgeoise, il est presque un gentleman mais, avec un passé de mercenaire et un présent de braqueur, c'est un déclassé. Voilà une rencontre qui fera des étincelles !Côté flics, il y a les fascistes courants, qui dégueulent nos drag-queens et rêvent de filer leurs bas noirs et... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2011

Adieu Alice, adieu Sweetheart

de Frédéric H. Fajardie Vingt nouvelles, vingt histoires de gens comme les autres, ou presque comme les autres : il s'en faut de si peu, d'un trop de misère, d'une nationalité malencontreuse... Les vingt nouvelles balancent sur une vaste gamme, des larmes au rire, du noir au rose, du XVIIIe siècle à nos jours, du désespoir à l'optimisme tonique, mais le bouquet est presque toujours de la tonalité des paradis perdus. De la couleur des illusions, de la tendresse aussi, souvent. Que Frédéric H. Fajardie choisisse de croquer notre... [Lire la suite]
Posté par elleon à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2011

Ciao, Bella, ciao !

de Frédéric H. Fajardie Un regard, et c'est l'amour fou entre Ivan, fils de bourgeois pétainistes, et Paola, fille de résistants communistes. Il ne suffit pas de se trouver, il faut se mériter. Dans le bel été 1944 qui s'achève dans les flonflons des bals populaires, le jeune homme s'engage dans l'armée du général de Lattre de Tassigny, à la poursuite des troupes nazies.  L'école de la guerre sera moins douce que l'éducation sentimentale et il faudra attendre un matin neigeux de l'hiver 1945, toutes illusions perdues, pour que... [Lire la suite]
Posté par elleon à 05:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2011

Le Mur, Le Kabyle et le marin

de Antonin Varenne Nous ouvrons le livre et nous atterrissons abruptement sur un ring de boxe, où un flic, visiblement obsédé de boxe, va affronter un tout jeune homme de vingt ans, lui qui vogue dans la bonne quarantaine. Les coups pleuvent, mais Le Mur, surnom du flic qui sait encaisser directs, uppercuts et autres droites sans broncher va miraculeusement gagner le match. Mais à quel prix. Dans les vestiaires, alors qu'il tente de reprendre ses esprits avec l'aide de son soigneur, un personnage plutôt louche, Le Pakistanais, va... [Lire la suite]
Posté par elleon à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2011

Dans la nuit Mozambique - Et autres récits

de Pascal Gaudé C'est par la traque puis la vengeance d'un fugitif que débute ce recueil de récits, et c'est dans l'énigme d'un meurtre inexpliqué qu'il se referme. Comme si une part de la vérité du monde - la plus inhumaine, celle qui stigmatise l'histoire intime ou collective - devait à jamais défier notre raison. De toutes époques et de tous lieux, les personnages de ce livre ont cette expérience en partage, qu'ils assument dans la proximité de la mort. Désespérés ou lucides, ils revisitent leurs illusions, admettent leurs fautes... [Lire la suite]
Posté par elleon à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :