21 février 2011

Tranchecaille

de Patrick Pécherot

tranchecailleChemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe. Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant.

Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple?

Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

Éditions GALLIMARD

etoile Prix 813 (2008)

Posté par elleon à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Soleil noir

de Patrick Pécherot

soleil_noirDans une ville à l'abandon, quatre hommes, éternels perdants, préparent l'attaque d'un fourgon blindé. Il y a Félix, éreinté par la vie, Simon, le truand sur le retour, Brandon, le rappeur autiste, et Zamponi, l'artisan lessivé. Ils jouent leur dernière carte. Leur plan ? Se fondre dans le décor. Ravaler au grand jour la maison d'un oncle défunt.

Mais la poisse les poursuit. La grève des convoyeurs les prend de vitesse. La presse s'en mêle, les curieux rappliquent, un restaurant déserté retrouve une jeunesse... Tandis que les braqueurs rongent leur frein, la ville renaît.

Les fantômes du passé entrent dans la danse, apportant avec eux une mémoire oubliée: un amour fou, une mystérieuse disparition et le sort tragique des émigrants polonais, expulsés de France dans les années trente.

Quand les fils du destin s'enchevêtrent, le bal des "pas-de-chance" est ouvert...

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Boulevard des branques

de Patrick Pécherot

boulevardJuin 1940, dans un Paris vidé par l'exode, Nestor, détective à l'agence Bohman, veille sur un psychiatre dépressif. Mais le métier d'ange gardien n'est pas une sinécure. Surtout en temps de guerre.

Comme des rats alléchés par la mort, une faune sinistre s'apprête à envahir la capitale : truands, nazis, collabos...

Quand l'or se mêle au plomb, la folie s'en donne à cour joie et brouille tous les repères. Existe-t-il un lien entre le suicide d'un savant, l'appel au secours d'un inconnu et les fantômes de la guerre d'Espagne ?

Quel secret un antifasciste allemand devenu aphasique peut-il détenir ? Pourquoi de faux policiers s'attachent-ils à ses pas ? Que cachent les hauts murs des asiles d'aliénés ? Pour le savoir, Nestor manquera de perdre la raison.

Cette année-là, c'était bien la dernière chose à faire.

Éditions GALLIMARD


La nouvelle enquête du privé " de chez Bohman " explore le Paris sombre de la collaboration naissante.


Posté par elleon à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Belleville Barcelone

de Patrick Pécherot

bellevilleRetrouver une fille de famille partie avec son soupirant, pour un privé, c'est de l'argent vite gagné. Mais quand les tourtereaux font leur nid sur une poudrière, c'est une autre paire de manche. Comment aurais-je pu prévoir que deux gentils amoureux me conduiraient sur le sentier de la guerre ?

Celle d'Espagne, pour commencer, un chemin drôlement fréquenté en ce printemps 38. Des fascistes italiens à leurs amis français, des admirateurs d'Hitler à ceux de Staline, ça se bousculait du côté de Belleville. Jusqu'aux anars, en route pour Barcelone.

Et au milieu de tout ça, un corps décapité, un croque-mort fakir, des fusils baladeurs, un bateau fantôme. Une vraie toile surréaliste. Ça tombait bien, André Breton était de la fête. Et moi, là-dedans, je ne savais plus si j'étais le chasseur ou le gibier.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les brouillards de la Butte

de Patrick Pécherot

les_brouillardsDans le Paris de 1926, il est difficile de survivre sans un sou en poche. L'armistice de 1918 n'est pas loin, et les traces de la guerre sont encore présentes.

Venu de Montpellier tenter sa chance à la capitale, Pipette en fait l'amère expérience. Laveur de bouteilles, collaborateur d'un journal à scandales, il multiplie les petits boulots. Le soir, il déclame des poèmes à Montmartre, il y croise la Goulue, André Breton et les surréalistes, les défenseurs de Sacco et Vanzetti...

La nuit venue, en compagnie d'une bande d'illégalistes, il cambriole les riches pour arrondir les fins de mois. Un coup, c'est un peu d'argent, un autre quelques lingots. Mais quand un coffre-fort s'ouvre sur une macabre découverte c'est une bien sombre histoire qui commence.

Éditions GALLIMARD

etoile Grand Prix de Littérature policière (2002)

Posté par elleon à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Terminus nuit

de Patrick Pécherot

terminusUne grève des transports, des attentats, un idiot en cavale, une môme perdue... Sale hiver. Je ne sais pas si c'est la neige, mais tout a dérapé. Et rien pour se raccrocher, pas même les souvenirs.

Je n'aurais jamais dû m'en mêler, mais depuis le temps que j'attendais le scoop, je pensais bien l'avoir trouvé. Faut dire, une bavure policière, quoi de mieux pour un journaliste qui touche le fond ? Sûr, j'allais me refaire.

Chaud devant, Thomas Mecker est de retour.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Tiuraï

de Patrick Pécherot

tituaiUn jeune Tahitien trouve la mort avec son frère handicapé le jour de la fête du 14 Juillet. Une émeute sanglante dévaste la prison de Papeete et la répression qui s'ensuit n'a rien à envier à certaines dictatures.

Loin de la métropole, la Polynésie et ses atolls n'ont plus grand-chose à voir avec les vahinés et les colliers de fleurs. Sous la mer bleue rôde une menace étouffée par le secret défense. Parce qu'il emprunte les chemins de traverse, le journaliste Thomas Mecker va côtoyer une réalité mortelle à plus d'un titre.

Ce n'est pas pour rien que le mot "tabou", comme Mururoa, est issu de ces îles...

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Vivre fatique

de Jean-Claude Izzo

vivre_fatigue"Théo n'était plus là, à côté d'elle. Mais sa place, dans le lit, était encore chaude"...

Ainsi s'évanouissent les marins... Et les rêves d'amour avec eux. Une fois de plus, l'espoir s'arrête au bout du quai... Une fois de trop pour Marion... Vivre fatigue.

Gianni le sait déjà. Aux prises avec deux skinheads et un berger allemand, cet ancien militant ouvrier doit réagir. Vite. Il ne peut compter que sur lui-même. Ou bien encaisser l'humiliation...

Est-ce vraiment cela, la vie? La question vaut pour Osman, victime du racisme ordinaire. Pour Gérard, l'ancien docker qui voit ses illusions sociales s'enfoncer dans les eaux noires du vieux port... Pour Aurore ou pour Giovanni, héros malgré eux de ces faits-divers au parfum de tragédie...

Éditions J'AI LU

Posté par elleon à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le soleil des mourants

de Jean-Claude Izzo

le_soleil_des_mourantsLorsque les pompiers évacuent le corps de Titi, son seul vrai copain de galère mort sous un banc de la station Ménilmontant, Rico décide de foutre le camp. De quitter Paris, pour le Sud. À mourir autant mourir au soleil.

Dans l'hiver glacial, Rico rumine l'échec de sa vie. Son divorce. Son fils, Julien, qu'il n'a plus le droit de voir. L'engrenage qui l'a jeté à la rue. Sur la route, Rico croisera Félix, qui " tape le ballon ", ne parle presque plus, a perdu la notion du temps. Et puis Mirjana, une jeune Bosniaque paumée, fauchée, prostituée pour survivre, dit-elle, puisqu'elle est déjà morte.

Et puis d'autres, eux aussi vaincus par la vie. À Marseille, il voudrait revoir Léa, le premier amour de Sa jeunesse. Qui a dit que l'espoir est au bout du chemin ?

Éditions FLAMMARION

Posté par elleon à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les marins perdus

de Jean-Claude Izzo

Izzo_marins_perdus_G"Marseille, ce matin-là, avait des couleurs de mer du Nord ". Loin, sur la digue du Large, oubliés, trois hommes survivent à bord de l'Aldébaran, un cargo dont l'armateur a fait faillite. Le capitaine libanais Abdul Aziz, le Grec Diamantis, son second, et le Turc Nedim, le radio. Tous trois espèrent sans plus y croire, la reprise de leur navire.

Au fil des jours, les trois hommes apprennent à se connaître, mieux qu'ils ne pouvaient le faire en mer. Ils partagent leurs souvenirs, puis leurs doutes et leurs peurs. Pourquoi ne sont-ils pas partis, comme le reste de l'équipage, pourquoi s'engluent-ils à bord de ce bateau qui rouille ?

Autour d'eux, la ville, Marseille. Ville d'exil. Ville métisse. Ville à leur image, pleine de souvenirs et sans avenir, mais avec la vie à fleur de peau. Ils y nouent des aventures, des rencontres, des amours avec des hommes, des femmes aussi perdus qu'eux.

Le drame se tisse, à leur insu. Une tragédie que ces trois hommes portent en eux, comme Marseille son histoire. Ils n'en déjoueront pas les pièges. Au contraire, ils en seront les acteurs.

Parce que - et sans doute le savaient-ils depuis le début - c'est dans le dénouement du tragique qu'ils sauront, enfin, qui ils sont.

Éditions FLAMMARION


Un roman noir et tendre, violent comme peut l'être la lumière en Méditerranée, inspiré de plusieurs histoires réelles dans divers ports de France.


Posté par elleon à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :