23 février 2011

Je ne suis pas d'ici

de Hugo Hamilton

je_ne_suis_pas_d_iciVid Cosic est un jeune Serbe de Belgrade, charpentier de métier, venu chercher un travail à Dublin. Dès son arrivée en Irlande il noue une amitié, très alcoolisée, avec un avocat, Kevin Concannon, à qui tout semble réussir, mais qui est résolu à taire le chaos familial dans lequel s’est déroulée son enfance.

Immigré doué pour l’espoir, un peu naïf, Vid Cosic croît en l’avenir de l’espèce humaine et ne songe qu’à faire le bien autour de lui. Cette amitié représente pour lui une chance d’appartenir à un nouveau peuple, mais elle sera la source de mille catastrophes, bagarre avec un électricien raciste, incendie de l’entrepôt où Vid travaille, colère plus qu’agressive de Kevin quand il apprend que Vid tente de le rapprocher de son père, un violent notoire.

Décidément la bonté et l’altruisme, quand c’est Vid qui les pratique, n’ont pour écho que haine et vengeance.

Éditions PHÉBUS

Posté par elleon à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 février 2011

Hurler à la lune

de Paco Ignacio Taibo II & Marc Behm

hurler_a_la_luneAyant appris que Marc Behm, qu'il adore et dont il a publié une partie de l'oeuvre en Espagne, avait écrit plusieurs nouvelles, mais pas suffisamment pour constituer un recueil, Paco Ignacio Taibo II s'est offert avec enthousiasme pour compléter ledit recueil. Ce que Marc Behm a volontiers accepté.

Voici donc des nouvelles qui sont le fruit de deux des voix les plus originales et les plus "anarchistes" du polar. Marc Behm y retrouve quelques-unes de ses héroïnes, Paco y ressucite le héros de Chandler, Philip Marlowe.

Une rencontre insolite, poétique et "décoiffante", à l'image des deux auteurs.

Éditions RIVAGES

Posté par elleon à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le trésor fantôme

de Paco Ignacio Taibo II

le_tresor_fantomeEn pleine intervention française au Mexique, entre 1862 et 1867, alors que la guerre civile fait rage entre les "chinacos", les combattants républicains, et les "imperiaux", des aventuriers de tous bords partent à la recherche d'un fabuleux trésor.

 Éditions RIVAGES


Roman historique qui retrace la désastreuse épopée de Maximilien de Habsbourg et la résistance de Benito Juarez, le "président errant" contraint à une fuite éperdue à travers son propre pays, Le Trésor fantôme est aussi un formidable roman d'aventures.

Y éclate une fois de plus le talent de Paco Taibo pour tisser la toile d'un récit haletant à partir d'histoires croisées et pour dresser une galerie de portraits mémorables : généraux poètes, tortionnaires sans scrupules, têtes brûlées sentimentales, zouaves égarés, curés boulimiques, apaches solitaires, personnages réels (Edouard Manet, Guillermo Prieto - le chroniqueur de la résistance mexicaine) et peones anonymes.

Ce récit, entre légende et histoire, a remporté le "Prix Planeta" en 1992.


Posté par elleon à 04:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le rendez-vous des héros

de Paco Ignacio Taibo II

le_rendez_vousNestor Roca fait partie des vaincus du Mouvement de 68 de Mexico ; cloué sur un lit d'hôpital, il prépare sa vengeance et une grande révolution populaire. Bien sûr, il est seul, mais il a des alliés fidèles et il leur donne rendez-vous.

Pas un ne manquera à l'appel : Athos, Porthos, Aramis et d'Artagnan, Sherlock Holmes (sans Watson), la Brigade légère, Winetou, les Tigres de Malaisie avec Sandokan, Wyatt Earp, les Mau-Mau, Doc Holliday... tous les héros de ses lectures.

Éditions RIVAGES

Édition originale: Métailié (1994)


Avec la même efficacité et le même talent que dans ses romans policiers, Paco Ignacio Taibo II écrit ici un roman sur la nostalgie, la colère, le désenchantement, la gloire et la fidélité à la lecture.


Posté par elleon à 04:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

À quatre mains

de Paco Ignacio Taibo II

a_4_mainsStan Laurel, Houdini, Pancho Villa, Léon Trotski, deux journalistes qui rêvent d'écrire un grand roman à quatre mains et qui pratiquent la religion du scoop, le directeur d'une officine de la CIA surnommée département de la merde, un trafiquant de cocaïne, un commandant sandiniste en danger, un vieux révolutionnaire bulgare, qui réécrit un classique de roman d'aventures, un vieil anarchiste espagnol qui est un génie des faux papiers, un acteur hollywoodien engagé dans les brigades internationales, l'ombre de Joseph Staline...

Ils sont tous dans À quatre mains, les pièces d'un gigantesque puzzle qui dessine peu à peu l'histoire des révolutions depuis le début du siècle et trace le portrait de ceux qui les ont faites et ont été trahis par elles...

Éditions RIVAGES

etoile Prix Hammett (1996)

Posté par elleon à 04:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Nous revenons comme des ombres

de Paco Ignacio Taibo II

nous_revenons_comme_des_ombresAu Mexique, en 1922, un Chinois anarchiste, un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, un avocat dont les meilleures clientes étaient des prostituées et un poète virtuose dans l'art du slogan publicitaire se retrouvaient au bar d'un hôtel pour jouer aux dominos. Paco lgnacio Taibo faisait son entrée dans le roman noir avec Ombre de l'ombre.

Voici de nouveau les mêmes personnages. Nous sommes en 1941. Le Chinois est en train de construire une route dans la jungle du Chiapas lorsqu'il tombe sur une vingtaine de nazis contre lesquels il part immédiatement en guerre ; tué par eux, il devient l'iguane.

Le journaliste est contacté par trois écrivains allemands et un rabbin ; ils lui expliquent que l'ascension de Hitler est le résultat d'une conspiration ésotérique. Le poète travaille comme agent secret pour le ministère de l'intérieur et déjoue les projets des sympathisants pronazis du gouvernement. Quant à l'avocat, réfugié dans un asile, il convoque ses anciens amis à une partie de poker avec Hemingway...

Éditions RIVAGES


Impossible de résumer une histoire où gravitent également Hitler (qui se pique à la caféine mexicaine), Otto Rahn, Hanussen, Graham Greene, Edgar Rice Burroughs, et que Taibo commente lui même en ces termes : «Le roman n'est pas là pour mettre de l'ordre dans le chaos. Le roman se fout de l'ordre. Le roman n'est pas né pour plaire aux amoureux de l'ordre. Il est là pour distraire par le vertige, pour mettre le bordel, pour en jouir, pour le remuer.»

On ne saurait mieux dire de ce livre foisonnant, placé sous la tutelle bienveillante d'Alexandre Dumas les héros sont quatre, comme les trois mousquetaires, et leurs retrouvailles ont lieu vingt ans après.


Posté par elleon à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ombre de l'ombre

de Paco Ignacio Taibo II

ombre_de_l_ombreMexique 1922. Un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, un avocat dont les meilleures clientes sont des prostituées, un poète virtuose dans l'art du slogan publicitaire et compagnon de Pancho Villa et un Chinois anarchiste et syndicaliste se retrouvent le soir au bar de l'hôtel Majestic pour jouer aux dominos.

L'assassinat d'un joueur de trombone, la défenestration d'un colonel de l'armée, des fusillades nocturnes, des chocolats empoisonnés, une belle et mystérieuse jeune femme vont entraîner les quatre amis loin de leurs chers dominos, au milieu d'un complot qui unit des colonels félons, des sénateurs américains et quelques compagnies pétrolières.

"Les conspirations sont une ombre - sans profil, sans objectifs clairs. Et nous, qui les poursuivons par à-coups, comme des enfants qui courent à l'aveuglette et trébuchent, sommes l'ombre de cette ombre."

Éditions RIVAGES

Réédition (2011)


"Ombre de l'ombre est un roman policier extraordinaire." (Ross Thomas)

~~~

"Quand Gabriel Garcia Marquez rencontre Raymond Chandler."   "Publisher's Weekly"


Posté par elleon à 04:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Baisers maudits

de Eric Halphen

baisers_mauditsQuand tu ne fréquentes que les petits bourges du VIIe, ton premier acte de révolte, ton premier acte d'adulte, c'est la fuite. Partir loin de la frime, des faux-semblants, des fêtes où on s'enfle le champagne des parents tout en les critiquant. La fuite, c'est tout essayer, la dope, la route, le premier mec que tu croises avec une belle gueule de baroudeur, il t'emballe comme il veut.

Je suis tombée sur un truand, un vrai de vrai, il me tapait dessus, il me prêtait à ses potes, j'adorais ça, ma vie était une chanson de Billie Holiday. Plutôt que de l'attendre comme une potiche quand il partait sur un coup, je l'ai accompagné. Après qu'il m'eut larguée, j'ai continué toute seule. Quand j'ai plongé, ça a été la jouissance suprême.

Delcroix est juge à Caen. Stimulé par son travail, comblé par une femme aimante, il peut croire que tout lui est facile et éternel. Jusqu'au jour où Elvire Romano entre dans son bureau, menottes aux poignets. Indifférente, d'une liberté d'esprit dévastatrice, la jeune femme va être la cause de quelques déboires...

Éditions BUCHET-CHASTEL


Mai 68. Mai 81. Baisers maudits, au ton faussement léger, dresse le portrait nostalgique d'une époque : celle où l'on croyait aux vertus de l'engagement. Éternel indécis, éternel enfant, le juge Delcroix ne perdra-t-il pas sa vie à force de ne pas la risquer?


Posté par elleon à 04:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bouillottes

de Eric Halphen

bouillottesLa douleur. Difficile d'en parler, de la douleur. De ce voile autoritaire qui vous enveloppe en douce, vous anéantit plus sûrement que le plus puissant des anesthésiants ; qui fait de vous un pantin désarticulé et languissant se prenant en permanence les pieds dans les fils troublés du destin.

Douleur de ma mère, massacrée autant par ces incapables de médecins que par le mal mystérieux qui la diminuait jour après jour, de moins en moins mère, elle était, de moins en moins femme à mesure qu'elle devenait patiente. Patiente. Drôle de mot. Pour ne pas dire passive. Consentante.

Douleur de mon père, impuissant et maladroit face au lancinant cataclysme. Douleur mienne, enfin. Moi. Dont Maud avait dit que je ne savais pas aimer. Elle a sans doute raison, Maud, mais est-ce parce qu'on ignore l'amour qu'on repousse pour autant le chagrin ? Question sans réponse.

A présent, il s'agit de me secouer. Quitter mon lit et ses bouillottes tentantes. Se laisser envahir par la haine, sorte de sorcière voluptueuse et irrésistible. Émerger de la confortable torpeur. Et agir. Seule cette idée me soutient maintenant. Pour qu'enfin s'inverse le cours de l'histoire et s'accomplisse ma mission, régler les comptes.

Engeance de la vengeance : j'en fais partie. Alors, en route. Sur ma moto, j'aspire l'asphalte à larges lampées libérées. Mais Dieu que c'est lourd un flingue.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 03:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2011

Tranchecaille

de Patrick Pécherot

tranchecailleChemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe. Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant.

Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple?

Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

Éditions GALLIMARD

etoile Prix 813 (2008)

Posté par elleon à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,