15 mars 2011

Éclipse partielle

de Lesley Glaister

eclipseJennifer est au fond d'un cachot, emprisonnée pour crime de sang... Sur le bruit sec du petit volet refermé par la surveillante, elle se souvient et commence le récit d'un certain Noël.

En Écosse, cette année-là, Jennifer est conquise par Tom, un séduisant musicien de jazz, marié et père de famille. Et en contrepoint de sa passion, elle imagine l'histoire de son ancêtre Peggy, condamnée pour vol et emmenée en Australie sur un bateau de forçats.

Si les récits qui rappellent le souvenir de sa grand-mère, de Tom et des autres personnages sont autant de facettes de son histoire de jeune fille, seul le destin inventé de Peggy fait écho à la banalité et à la monstruosité de son amour, de son acte criminel et de son être même.

L'histoire de Peggy s'invente avec la sienne sur les murs obscurs du cachot: sur le souvenir de ses mains noircies après un incendie; sur un ciel noir d'éclipse solaire...

Éditions LA DÉCOUVERTE

~~~

Lesley Glaister écrit sur une faille d'amour, au plus juste désarroi d'une jeune femme, qui sortira un jour de sa prison pour renaître.  S'appelait-elle Jennifer ou Peggy ?

~~~


Posté par elleon à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Blue

de Lesley Glaister

bluePersonne n'a revu Patrick Mount depuis sa mystérieuse disparition en 1965.

De lui subsistent les portraits peints par Constance Benson, sa compagne, et le souvenir qu'elle garde de leur amour singulier.

Patrick lui aurait aussi laissé une recette du bonheur...

C'est du moins ce que croit Tony, jeune homme inquiet et inquiétant, prêt à tout pour s'en emparer.

Éditions LIANA LEVI

~~~~

Les amoureux de Lesley Glaister retrouveront sa finesse, sa sensualité, sa puissance d’évocation. Les autres, prisonniers d’un suspense digne des meilleurs polars, ne resteront pas insensibles à cette étrange histoire d’amour… L'éditeur

~~~

«Lesley Glaister a un vrai talent pour sonder les bons et les mauvais recoins de l'âme, explorer les infimes vibrations des sentiments et traquer les prémices de la tragédie.»   "Le Monde"

~~~~


Posté par elleon à 05:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2011

Luna Caliente

de Mempo Giardinelli

luna_calienteSur les rives du fleuve Parana, au nord de l'Argentine, dans l'atmosphère tendue de la dictature militaire, il fait une chaleur accablante et la pleine lune trouble Ramiro presque autant que l'attitude de la fille de son ami, une lolita de quatorze ans qui teste ses charmes sur lui. Puis tout dérape...

Prisonnier de ses mensonges, Ramiro dérive dans le meurtre et la violence et part en cavale poursuivi par une nymphette insatiable.

Éditions MÉTAILIÉ

-

Édition originale sous le titre Lune ardente: Éd. Messinger (1987)

~~~

C'est une de ces nuits où tout bascule dans la démence, où on répond à l'appel du monstre qu'on a laissé grandir en soi.   "Sud Ouest Dimanche"

~~~


Posté par elleon à 04:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le dixième cercle

de Mempo Giardinelli

le_dixieme_cercle"J'ai toujours su que ce que je faisais était horrible, mais je l'ai fait. Une fois lancé sur cette corniche de l'enfer comme une boule de bowling qui prend vitesse et force en glissant, je ne me suis plus arrêté. Le nombre de quilles que j'allais renverser n'avait plus d'importance. Tout ce qui comptait, c'était de rouler ".

Une atmosphère irrespirable, perverse et totalement noire, une spirale obsessionnelle, érotique et meurtrière, sur fond de fuite hallucinante à travers le Nord de l'Argentine. Des amants diaboliques inventent le dixième cercle de l'Enfer.

Éditions MÉTAILIÉ

Posté par elleon à 04:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2011

Il n'est jamais trop tard pour Ithaque

de Christian Soleil

ithaqueAlcoolique, écarté par les siens, persona non grata au mariage de sa fille, Florian est au bout du rouleau et ne maintient plus les morceaux épars d’une existence qui part à vau-l’eau. Alors, comme il n’y arrive tout simplement plus, autant en finir définitivement et déserter ce monde…

Résolu, ce commercial prend donc la route… direction le village de son enfance où, après une première sortie de route qui a vu la mort se dérober à lui, il grimpe au sommet du château d’eau d’où il fait le grand saut… Un plongeon dans le vide, tout droit dans son passé, accompagné de celle qu’il n’a peut-être jamais tout à fait compris : sa mère.

Éditions PUBLIBOOK/SOCIÉTE DES ÉCRIVAINS


À travers une enfance qui se reconstitue, c’est un double portrait, en miroir, que compose Christian Soleil. Celui d’un fils et de sa mère. Celui d’un enfant qui a cru qu’il devait évoluer dans l’ombre du père et d’une femme qui, dans la France d’après-guerre, a affronté seule son statut de divorcée.

De l’un à l’autre, d’un être dont la vie ne tient plus qu’à un fil à un fantôme qui fait ressurgir un passé scellé, le romancier livre une oeuvre puissante sur la filiation, la rédemption et la maternité.


Posté par elleon à 04:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


09 mars 2011

Les vacances d'un serial killer

de Nadine Monfils

les_vacancesComme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues.Quant à la mémé, véritable Calamity Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane.

Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s'enfuit. Furieux, Alfonse s'arrête dans un snack pour s'enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer, s'amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes.

La famille Destrooper reprend finalement la route. À l'arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l'écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri.

Les vacances en enfer ne font que commencer...

Éditions BELFOND


 Une comédie décapante, teintée d'humour noir et d'un zeste de poésie, un hymne à la Belgique.

Posté par elleon à 04:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Nécropolis 1209

 de Santiago Gamboa

necropolisAu sortir d'une longue maladie, un jeune écrivain est invité à un congrès de biographes dans un hôtel de luxe à Jérusalem, métaphore de la ville assiégée par la guerre et sur le point de succomber.

Dans ce moderne Décaméron, les vies extraordinaires des participants laissent perplexe le héros de ce tour de force littéraire et stylistique. Il y croise le libraire bibliophile Edgar Miret Supervielle, la star italienne du cinéma porno Sabina Vedovelli, l'entrepreneur colombien Moisés Kaplan, l'éditeur Ebenezer Lottmann, et surtout José Maturana, ex-forçat, ex-drogué, ex-pasteur évangélique, éclairé par la littérature, qui dans la langue puissante des rues les plus sordides raconte l'itinéraire de son sauveur, le charismatique messie latino de Miami.

Quelque temps après sa communication, José Maturana est retrouvé mort dans sa chambre, tout semble indiquer un suicide, mais des doutes surgissent: qui était-il vraiment ?

Éditions MÉTAILIÉ

~~~

Ce roman débordant d'énergie explore les différentes versions d'une même histoire, qui varie sans cesse, et nous incite à écouter, souvent avec stupéfaction, les récits surprenants des autres protagonistes de cette histoire. Amour, jalousie, trahison, vengeance, amitié, tous veulent témoigner avant la fin du monde.

Il a reçu, à l'unanimité du jury, le premier "Prix La Otra Orilla", décerné à Bogotá en 2009.

~~~


Posté par elleon à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2011

Des rats et des hommes

de Tito Topin

des_rats_et_des_hommes" Tu sais quoi, Kubitschek ? T'as beau porter le smoking pour faire croire que t'appartiens au beau monde, t'es qu'un rat.

Chez les rats, il y a ceux qu'ont les yeux noirs, et il y a ceux qu'ont les yeux rouges et ils ont beau être de la même race, ils ont des comptes à régler entre eux... Et toi, t'es pareil. tu veux faire la guerre à un autre rat et vous allez vous battre à mort partout, dans les égouts, dans les ordures, dans le moindre trou de cette putain de ville qu'est devenue une immense décharge, vous allez vous entre-tuer et il n'y aura aucun survivant, ni dans le camp des perdants, ni dans le camp des gagnants."

Éditions RIVAGES


Roman pessimiste et inspiré, à l'écriture nerveuse et aux dialogues enlevés, Des rats et des hommesse situe dans la droite ligne de Parfois je me sens comme un enfant sans mère.


Posté par elleon à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hors contrat

de Christian Blanchard

horscontratStéphane Cosner est un tueur à gages en fin de carrière. Son dernier contrat se termine en bavure. Entre alcool et remords, il sombre peu à peu dans la dépression. Un matin, il se réveille, revolver en main, au milieu de plusieurs cadavres.

Mais qui sont ces petits truands qu’il ne se souvient même pas avoir liquidés ? Livré pieds et poings liés à leur chef, il doit subir interrogatoires et tortures. Avant qu’on ne lui permette de s’enfuir…

Accompagné d’Émilie, une étrange enfant qui le suit comme une ombre, il entreprend de fuir ses tortionnaires et la police. Et voilà qu’en pleine cavale, il apprend que l’homme qui faisait l’objet de son dernier contrat est toujours vivant. Qui manipule Cosner ?

Pour le comprendre, il se réfugie auprès de son ex-femme, en Normandie. Mais comment se faire admettre par celle qu’il a abandonnée deux ans plus tôt et qui ignore tout de ses activités ? D’autant que celle-là ne tarde pas à être arrêtée pour faits de terrorisme… La cavale reprend.

Stéphane Cosner devra bientôt faire face à une réalité où se mêlent prostitution et promesse d’un monde meilleur, aide humanitaire et trafics. Et rendre compte à l’étrange Émilie…

Éditions du BARBU

~~~

De la Bretagne à Port-au-Prince, en Haïti,  Christian Blanchard brosse le noir portrait d’un être en quête de son libre arbitre.

~~~


Posté par elleon à 06:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2011

Une femme nommée Golda

de Michael Avallone

une_femme_nomme_golda

En 1902, dans sa ville natale de Kiev, la petite Golda Mabovitch manque de périr lors d'un pogrom... et ces images de haine et de terreur seront encore présentes à son esprit bien des années plus tard, alors qu'une vie heureuse s'offre à elle aux États-Unis où ses parents ont émigré.

En 1921, elle entend l'appel de la Terre promise, de la Palestine: elle part, pour militer, se battre s'il le faut. Commence alors pour elle une étonnante carrière, non pas d'ambition mais de passion pour ce peuple hébreu qui veut recréer son identité.

Durant un quart de siècle, de guerres en affrontements diplomatiques, d'échecs en espérances, Golda Meir, ministre des Affaires étrangères puis Premier ministre, incarnera Israël avec un courage et une obstination indomptables.

Éditions J'AI LU

-

Édition originale: Éd. Belfond (1982)

Posté par Krri à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,