30 juillet 2015

Chinoiseries à Hanoï

de Nick Carter

chinoiserie a hanoi

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

- Halte !

La voix lui écorcha les oreilles avant qu'il voie le propriétaire. Il s'immobilisa et leva les mains pour montrer qu'elles étaient vides. Une silhouette en uniforme s'avança devant lui, une mitraillette appliquée sur le ventre. Des yeux bruns au regard glacé, un visage jaune, des cheveux blonds parsemés de gris et coupés en brosse, des bottes neuves, un uniforme neuf...

- Ne tirez pas !  dit vivement Nick en allemand. Je suis un ami, vous comprenez ?  Un ami de la Chine populaire.  Ami, répéta-t-il en chinois avec hésitation. Je suis le Dr Burgdorf et je viens voir Krutch.

Les yeux glacés du Chinois se posèrent sur lui avec mépris.

- Mains en l'air, ordonna-t-il en allemand. Vous voir Kruch. En marche.

Posté par Krri à 16:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Échec et mat à Rio

de Nick Carter

echec et mat a rio

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

"Un tissu de mensonges" déclara le séduisant Robert Millbank à  l'aérodrome de Galeao. Il n'était pas un richissime chevalier d'industrie: tout juste un citoyen en vacances... Disposant de beaucoup de temps en faveur de la jeune Madame Carla Langley, qui adorait enlever ses robes le long des baies désertes. Et de beaucoup de loisirs, de même, à dédier à Rosita Montez, qui avait un faible pour les leçons particulières de yoga.

Ainsi, il avait très peu de temps à consacrer à la sauvegarde de sa propre vie. 

Car Robert Millbank - on le découvrit soudain - n'était autre que Nick Carter.  Et les vacances à Rio se transformèrent tout à coup en un duel à mort - l'enjeu en étant la sécurité de l'Amérique - entre les responsables au sommet des deux grandes organisations mondiales et super secrètes de contre-espionnage...

Posté par Krri à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coupe au rasoir

de Nick Carter alias Manning Lee Stokes

coupe au rasoir

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

Nick se débattait au  milieu d'un affreux cauchemar. Il nageait avec effort au sein d'un gouffre noir et visqueux, dans une tentative désespérée pour rejoindre le monde des vivants.  Au prix d'un ultime effort, il parvint enfin à se hisser tout en haut...  Mais ce fut pour se trouver soudain face à face avec une épaisse cloison vitrée de teinte vert sombre. Il était pris ua piège, emprisonné par cette épaisse muraille verte, comme un poisson, un pauvre petit poisson perdu au milieu d'un gigantesque aquarium verdâtre !...

De l'autre côté, dans le monde des vivants, des silhouettes caricaturales, déformées par le verre grossissant, s'agitaient confusément... Mais il avait beau leur faire des signes, ouvrir la bouche pour hurler, sa voix se perdait en une sorte de sourd croassement, et personne ne faisait attention à lui...

Un homme se détacha soudain de ce ballet fantastique et marcha sur lui. La lame d'un rasoir brillait dans sa main...

Posté par Krri à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La clé du danger

de Nick Carter

la clé du danger

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

Ralph Benson a commis l'erreur de correspondre avec l'un de ses agents sans passer par la filière normale. Ce faisant, il a signé son arrêt de mort car les communistes chinois l'ont identifé. Un petit voyage dans une décapotable blanche avec une jolie fille fait disparaître son nom sur une fiche.

C'est Nick Carter qui est chargé de le remplacer comme cible. En regardant des bandes d'actualité représentant des réfugiés cubains débarquant aux États-Unis, Nick remarque un vieux bonhomme que l'on pousse dans un fauteuil roulant. Le gars l'étonne, il est trop tassé sur son siège, ses épaules sont trop larges, et ce rictus !

Mais oui !  C'est lui !  L'implacable cerveau de tout l'espionnage chinois, le monstre que rien n'arrête et dont le nom de code est Judas. 

Le pire ennemi de Nick Carter vient de débarquer aux États-Unis !  Mais il ne sait pas qu'on l'a remarqué !

Posté par Krri à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le château de l'espion

de Nick Carter alias Manning Lee Stokes

le chateau de l'espion

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

« Inutile de prolonger le suspense.  Vous lui rendrez service et me prouverez en même temps votre loyauté... »

Nick Carter entendit. Il abaissa son regard sur la jeune femme qu'il connaissait si bien et comprit ce qu'ils attendaient de lui. On l'avait formé à tuer sans remords. Et dans le double jeu qu'il menait le succès de la mission en cours primait sur une quelconque vie humaine.

Les yeux bleu d'ardoise de la jeune femme rencontrèrent le regard de Nick et le Maître-Tueur lui même y put lire une lueur d'espoir. La stratégie allait céder la place à la violence. 

Et celle-ci réclamerait plus d'une victime.

Posté par Krri à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les yeux du tigre

de Nick Carter alias Manning Lee Stokes

les yeux du tigre

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

Nick fronça les sourcils en contemplant la fille endormie. Perdait-il la main ? 

Bien sûr que non !  Il ne pouvait se le permettre sans le payer de sa vie dans la minute suivante. Il possédait son métier à la perfection et le savait. Il n'y avait dans cette pensée nulle vantardise, nulle fanfaronnade. Une simple et froide analyse de soi. Lorsqu'on avait travaillé pour l'AXE aussi longtemps que l'avait fait Nick Carter et qu'on y avait survécu, c'est qu'on avait atteint la perfection dans la profession.

Nick arpenta la petite chambre modeste. Il portait encore sa tenue de travail, usée et salie. Ainsi accoutré, aucun de ses collègues de l'AXE à Washington, ni même Hawk, ne l'aurait reconnu, mais dix minutes suffiraient pour changer son aspect. 

Il regarda la fille...

Posté par Krri à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le treizième espion

de Nick Carter

le 13e espion

(Éd. Presses de la Cité - 1966)

... Sonya ouvrit tout grand ses yeux. Il était splendide. Il avait un corps de danseur, mais plus musclé, la même grâce et plus de puissance, il avait l'allure d'un fauve et non d'un homme. Elle se mit à trembler, comme un jour de première, au "Bolchoï", avant son entrée en scène. 

Nick Carter l'entendit soupirer et marcha vers elle...

- Je croyais que tu voulais que nous soyons "camarades" ?

- C'était hier, dit-elle, aujourd'hui, il n'en est pas question...

Posté par Krri à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gare aux cigares

de Nick Carter

gare aux cigares

(Éd. Presses de la Cité - 1966)

L'embarcation, apparemment, avait été le théâtre d'un véritable carnage: tout y était passé, y compris le barbu. Il s'était farouchement défendu, mais en vain. L'odeur fade, qui se mêlait aux effluves de vieux poisson, s'exhalait du sang dont le pont était généreusement éclaboussé.

Hansard s'avança à contrecoeur. Il serait miraculeux que l'homme soit encore vivant; il y avait trop de sang, le bateau respirait la mort. Mais il prit sur lui de se baisser pour toucher le corps.

L'inconnu avait été lardé de coups de poignard.  Au bord de la nausée, Hansard dénombra plusieurs plaies au ventre, au dos, à la tête. La victime avait eu le temps de souffrir derrière la barbe le visage poisseux de sang n'était plus qu'un masque torturé. Des croûtes brunâtres s'écaillaient jusque sur l'index de la main tendue, comme s'il l'avait trempé dans le sang.

Hansard sursauta: oui, trempé dans le sang, comme un plume dans un encrier. Alors, peut-être avait-il écrit quelque chose ?

Posté par Krri à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

S.O.S. radiations

de Nick Carter

sos radiation

(Éd. Presses de la Cité - 1983)

Contamination: Un pétrolier japonais truffée de bombes. Caché à bord, un fût de matière hautement radioactive.  Il se dirige droit sur les États-Unis pour tout détruire.

Machination: Téléguidée par les Soviétiques. Parfaitement élaborée: ruiner le Japon, discréditer Israël, porter un coup irréparable aux États-Unis.

Action: Nick Carter tente le quitte ou double: arrêter le pétrolier dans sa course mortelle... ou sauter avec.

Posté par Krri à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La flamme du dragon

de Nick Carter alias Manning Lee Stokes

la flamme du dragon

(Éd. Presses de la Cité - 1967)

La situation ne pouvait être pire. Les communistes avaient bouclé la frontière si hermétiquement qu'une mouche n'aurait pu se faufiler. À Hong Kong, le sinistre Tiger Tong attendait patiemment, prêt à tuer le cinglé qui oserait se lancer au secours du Général.

Gravement blessé, incapable de marcher, ce Général était enfermé dans un temple tout proche qu'entouraient des milliers de soldats prêts à tout. 

Et le suave Fan Su qui pousse Nick Carter à franchir la frontière pour sauver le Général !

Posté par Krri à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]