16 septembre 2011

Voir Genève et mourir

de Madeleine Coudray

voir geneve et mourir- On grossit peut-être le danger, dit l'homme, pendant que la voiture ouvre son chemin dans la nuit.

- Non, dit la femme, on ne le grossit pas. Nos ennemis sont devenus très puissants, il va forcément y avoir un coup de torchon, et nous sommes aux premières loges...

...Un peu plus tard, Aldo commence un long voyage nocturne dans sa R 12. Parti de Normandie, ses escales rigoureusement fixées, il doit traverser la France, franchir la frontière dans le Jura, puis descendre sur Genève finir sa mission...

Mais le plan de ce voyage sera bouleversé par des rencontres, imprévues ou imprévisibles, dramatiques ou cocasses, et, parmi elles, des rencontres majeures, l'Amour, la Mort...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Une femme d'ombre

de Madeleine Coudray

une femme d'ombre"... Elle est restée longtemps méditative devant ses cartes étalées.

- Tu as un jeu singulier ... Une femme... et même deux ... Je ne sais pas s'il y en a une ou deux... Tantôt une, tantôt deux ... Elles te feront beaucoup de bien et tu leur feras beaucoup de mal ..."

Qui est "la femme d'ombre" ?

La vedette comblée qu'entoure un halo de mystère ou la justicière invisible et omnisciente ?

Entre les deux, Stéphane, mené un soir par son coeur, ses instincts ou le diable, ou les trois à la fois, Stéphane s'apercevra que la "Damnation de Faust" peut être également la sienne...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ruptures

de Madeleine Coudray

rupturesAux commandes du "187", Chanthomme. Un de ces mécaniciens dont les Chefs d'État viennent serrer la main à l'arrivée.

Chanthomme fait Paris-Gare de Lyon-Lyon-Perrache et retour depuis dix-neuf ans. C'est dire qu'il connaît le parcours. II a fait une carrière sur roulement à billes; une baraka extraordinaire: jamais un pépin. C'est devenu un proverbe sur la ligne: "verni comme Chanthomme". Les ruptures d'attelage, les pannes d'allumage, les essieux qui chauffent, l'imprévu sur la voie, c'est toujours pour les autres. Lui, il passe et, à l'heure pile, il fait en gare son entrée majestueuse en tirant ses vingt wagons.

Pourtant, Chanthomme est parti, ce soir, avec une boule de plomb au creux de l'estomac. Les blagues des copains l'ont cependant fait rire. : "Ho ! Chanthomme,... on annonce de la neige au kilomètre 260. T'as tes skis ?... T'as mis tes pneus à clous ?".

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rien que la haine

de Madeleine Coudray

rien que la haineQuinze ans... quinze ans de solitude et d'abandon, rayé du monde des vivants par la plus terrible des condamnations...

Et puis, au bout de ces quinze ans, l'homme qu'on croyait englouti à jamais refait surface. Il veut comprendre. II veut régler ses comptes...

Et le minable a pris, en quinze ans, en même temps l'envergure d'une vedette de la télé et celle d'un oiseau de proie...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Requiem pour un pantin

de Madeleine Coudray

requiem pour un pantin "Ce qu'il y a de réconfortant, quand on a fait une bêtise, c'est la certitude qu'elle est irréparable".

Trogadec Arvorig-Yves a sauté le pas... Une véritable mue. Et il se retourne un instant vers cette peau vide qu'il laisse derrière lui, puis il s'élance, revêtu de probité candide, vers une vie nouvelle...

Dans cette ville inconnue que dominent les ruines tragiques d'un château cathare, quel destin l'attend ? Quels souvenirs éteints vont se lever, les siens ou ceux d'un autre ?

Et la femme qui l'a choisi a-t-elle croisé sa route pour le sauver ou pour le perdre ?

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Maître, vous avez la parole !

de Madeleine Coudray

maitre vous avez la paroleDelphine Rouzier est accusée de meurtre sur la personne de son mari. Son défenseur, Maître Valquier, malgré son talent, est incertain de l'issue du procès.

La victime, un homme qui a tout réussi, mordait la vie à pleines dents, ses conquêtes féminines ne se comptaient plus, alors que de notoriété publique, son épouse l'adorait.

Maître Valquier pense: "C'est la plus grosse partie que j'aie jamais jouée... Quand le Président dira : Maître, vous avez la parole !, je n'aurai qu'une poignée de minutes pour sauver la coupable et la mettre hors d'atteinte."

Et le procès a lieu, riche en rebondissements, jusqu'au coup de théâtre final.

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le vol noir des corbeaux

de Madeleine Coudray

le vol noir des corbeauxUn village du Berry à l'époque de la Libération est le théâtre d'un drame de la Résistance.

Qui a dénoncé Ie Réseau ? La suspicion, la haine et la vengeance que le temps ne parvient pas à désarmer font accéder ce roman au niveau de la grande tragédie.

L'auteur s'est même offert le luxe d'un double suspense. Le dénouement est comme toujours imprévisible.

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le serpent dans la ville

de Madeleine Coudray

le serpent dans la villeIl faisait bon vivre à Orgemont, calme petite ville rose et dorée, jusqu'à ce qu'un corbeau s'y éveille, comme dans le film de Clouzot...

Alors, les drames secrets s'accumulent...

 "Beau tableau de chasse", dit quelqu'un, "une femme, un enfant, un commandant..." et ce n'est pas fini... L'anonymographe est toujours, parait-il, un refoulé, un infirme, un impuissant, un vaincu de la vie...

À Orgemont, comme ailleurs, on a le choix: est-ce le forban retraité, l'homme de loi véreux, la vieille fille ratée, le professeur frustré ? ou quelqu'un d'autre ?...

Alors Mirault le portier, Gilles l'avocat, Foulques le professeur, Tardenois le policier, et Saint Roch le journaliste, que lie depuis le lycée, une de ces amitiés indestructibles qui comptent parmi les richesses de la vie, tous, d'un même coeur, vont prendre en chasse le corbeau...

Mais à quel gibier cette chasse les mènera-t-elle ?...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le rallye de la Toussaint

de Madeleine Coudray

le rallyeII y a des gens assez pervertis pour naître en province, s'y trouver bien, et, circonstance aggravante, y enseigner les Lettres. Mais quand on a vraiment beaucoup lu, - et beaucoup fait lire aux autres, - que se passe-t-il ? Des personnages demandent à naître à leur tour, et à venir raconter eux - mêmes leur histoire ... leur histoire où nous reconnaîtrons peut-être, au passage, tel fantasme perdu, tel démon soumis, tel rêve avorté ...

- Éric, je suis ... un...

D'un geste, l'un des inconnus arrête le haut-parleur.

- Passez la main, Boisvert... "Heureusement, pense celui-ci, le travail est fait et bien fait. "

– Je vais vous dire, Éric, je suis un a...

Nous n'entendrons pas le reste de la phrase, mais nous le devinerons plus tard, quand s'éteindra le fracas d'une explosion.
Nous comprendrons alors qu'en commençant une telle phrase, celui qui parlait se condamnait lui-même à mort. " Secret professionnel "...

Et, quand la poussière sera retombée, lentement, à mi-chemin du rêve et de la réalité, se reformera l'image tremblante d'une femme... Est-elle morte ? Est-elle vivante ?

A-t-elle jamais existé ailleurs que dans l'imagination de celui qui l'a aimée ?...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le château de la mer

de Madeleine Coudray

le chateau de la mer"Et la mer efface sur le sable, les pas des amants désunis..." Ainsi chante Prévert sur musique de Kosma. Douleur amère des échecs et des ruptures, splendeur des recommencements...

Lucia, Julien, Clairette vont vivre, pour leur compte, le drame des amours mortes et des amours vivantes, dans le cadre séduisant d'une résidence marine. Et la mort, bien entendu, est au rendez-vous, alors que personne ne l'attend.

"Son pied heurte quelque chose, quelque chose de lourd et de mou... Il manque de s'étaler et il jure. La minuterie, clignotante, est là, sous sa main... II allume et il voit... C'est le cadavre de... Il saigne encore..."

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]