20 janvier 2020

La maison des vérités

de Guillaume Morrissette

9782894556634Un Amiral se réveille dans une maison inconnue, entouré d’étrangers. Sa mémoire lui jouant un tour, il n’a aucune idée de l’endroit où il se trouve. Interrogeant ses compagnons d’infortune, tous différents les uns des autres et n’ayant en apparence aucun point commun, il tente de comprendre et, surtout, de s’échapper de ce lieu d’où il est tenu prisonnier.

De fil en aiguille, de confidences en révélations étonnantes, de morts soudaines en rédemptions inattendues, l’Amiral finira par nouer les ficelles de cet étrange casse-tête.

Mais combien de vies seront sacrifiées avant qu’il soit trop tard ?

Existe-t-il un tribunal plus haut que celui de notre propre conscience ?

Éditions GUY SAINT-JEAN

Posté par elleon à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 janvier 2020

Éclats de bulles

de Pierre Brocchi

Couverture Éclats de bullesUn vase se brise. une voix connue surgit des bulles incluses dans le verre. C'est la sienne.

"Tue-le !" Mots libérés de leurs carcans, mots soufflés, mots impossibles : elle est morte !

"Tue-le !". Unique message porté par les éclats cristallins.

Le dernier de sa femme décédée, souffleur à la verrerie de Biot.

Car la vengeance reste encore, avec le temps, la forme la plus sûre de la justice.

Éditions AMJELE

Posté par elleon à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2020

Akhänguetnö et sa bande - Tonton, la momie et Seth et Ra

de Samuel Sutra

Samuel Sutra - Akhänguetno et sa bande - (Tonton, la momie, et Seth et Ra).Il y a deux-mille cinq-cents ans, la vallée d’Uroch a vu s’éteindre l’un des plus puissants pharaons de la quatrième dynastie : Akhänguetno. Bien au chaud dans son tombeau, couché sur un colossal matelas d’or, le grand homme était prêt pour son voyage dans l’au-delà, bien décidé à n’emmerder personne.

Mais si un égyptologue nous lit, qu’il lève le doigt : Tonton voudrait bien savoir comment ce pharaon a fait pour se retrouver enterré dans son parc, près de son plan d’eau.

Éditions TERRICIAË

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 janvier 2020

Le côté sombre de la loge

de Henri Weigel

Louis s'enfonce d'une cinquantaine de mètres dans une des allées et stoppe la Renault. Il fait très froid cette nuit de janvier et il neige légèrement. Louis a emporté la bêche et la pelle des outils de jardinage de l'immeuble. Il a aussi dans sa Juvaquatre une pelle-pioche américaine. Il allume la torche Wonder de chantier qu'il a trouvée dans sa loge, cette sorte de boîte métallique surmontée d'une grosse poignée pivotante avec un gros phare rond. Il marche une vingtaine de mètres dans le bois en faisant craquer des branchages. Puis il s'arrête, et pose la lampe en orientant le rayon vers la place qu'il a choisie. Il écarte les branches mortes, racle avec la bêche la couche d'humus et de feuilles pourries qui revêtent la terre meuble et creuse rapidement une fosse de 1,80 mètre de long, 80 cm de large. Le sol n'est pas dur dans cette partie du bois. Quand le tas de terre dégagé atteint la hauteur de son visage, il estime que le trou est profond d'un mètre. C'est suffisamment haut pour qu'aucun animal ne puisse creuser jusqu'au corps enfoui. Puis il retourne vers Juliette restée assise dans la voiture, transie de froid. Louis reprend le paletot de coco de Jeanne et l'emporte jusqu'au trou. Cette fois, Juliette le suit en tenant la lampe. Louis dénoue ta corde qui maintient le tapis et le déroute, puis il dépose te corps de la vieille dame au fond de la fosse. Enfin, aidé de Juliette, ils le recouvrent de terre en la tassant du mieux qu'ils peuvent. Puis ils disposent sur la surface creusée les feuilles mortes et l'humus. Personne ne peut à première vue se douter que la terre a été remuée à cet emplacement. La neige tombe maintenant abondamment et d'ici une ou deux heures, toute trace de leur passage aura disparu.

LES ÉDITIONS DU NET

Posté par elleon à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'ombre de mon ennemi

de Henri Weigel

Vincent est brutalement tiré de son sommeil par une inquiétante odeur âcre et prégnante alors qu'une lumière intense et mobile éclaire le jardin. D'un bond, il s'extrait du lit et regarde par la fenêtre. Quelque chose brûle juste en dessous, et le feu éclaire jusqu'au fond de la pelouse, vers la haie. Il secoue Marion qui dort profondément, en lui disant : « Il y a quelque chose d'étrange dehors, je vais voir ! » Mais quand il ouvre la porte de la chambre, la pièce est envahie d'une épaisse fumée noire et irritante. En regardant vers le bas de l'escalier, il distingue, au travers du rideau de fumée, le feu puissant qui a embrasé le rez-de-chaussée. Maintenant, Marion est collée contre lui, épouvantée. Il lui crie : « Vite, il faut sortir par le balcon de la chambre d'Émilie ! » Celle-ci se trouve au bout du couloir, à l'opposé de l'escalier embrasé. Son balcon donne sur la toiture du garage de la maison voisine. Rapidement, Vincent enveloppe sa fille dans une couverture pendant que Marion referme la porte de la chambre puis ouvre la porte-fenêtre. Il y a moins d'un mètre entre le bout du balcon et le faîte du garage de la maison voisine. Marion enjambe la balustrade et prend pied sur la toiture. Vincent soulève Émilie qui s'est réveillée, se demandant ce qu'il peut bien se passer, puis il la descend lentement jusqu'aux bras de sa maman. Ensuite, il les rejoint en enjambant à son tour la balustrade. Ils ont échappé à la mort, cette fois. . .

Des phénomènes étranges et angoissants vont survenir, sans que Vincent en comprenne le sens.

LES ÉDITIONS DU NET

Posté par elleon à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 janvier 2020

Le garçon qui voyait des démons

de Carolyn Jess-Cooke

Carolyn Jess-Cooke - Le garçon qui voyait des démons.Alex, dix ans, adore les toasts aux oignons et se balancer sur les pieds de sa chaise. Il a pour meilleur ami Ruen, un démon âgé de 9 000 ans, grand amateur de Mozart, de ping-pong et de pain perdu. 

Lorsque, après une nouvelle tentative de suicide de sa mère, Alex commence à se montrer violent, il est suivi par le Dr Anya Molokova, une psychiatre. Mère d'une petite fille schizophrène, Anya connaît bien ce genre de comportement et essaie de convaincre le garçon que Ruen n'existe que dans son imagination.

Pourtant, face à d'étranges coïncidences, elle est prise de doutes : Alex est-il réellement victime d'hallucinations ? 

Éditions J.C LATTÈS

~~~

Aussi intelligent que captivant, Le garçon qui voyait des démons entretient le suspense de la première à la dernière page en posant la question de la frontière entre réalité et imaginaire.

~~~

Posté par elleon à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2020

La femme sans tête

de Antoine Albertini

Santa Lucia, Cap Corse, 8 août 1988. Au fond d'un caveau familial, le corps décapité d'une femme est retrouvé. Très vite, le major Serrier, surnommé « L'Enquêteur numéro un » au sein de la Brigade de recherches, retrouve son identité ; il s'agit de Gabrielle Nicolet, disparue en août 1979 alors qu'elle se trouvait en vacances en Corse avec son fils de huit ans.
Que leur est-il arrivé ? Pourquoi, après avoir massacré le corps de cette jeune femme, l'assassin lui a-t-il arraché la tête ? Où est le petit Yann ? Dix ans après leur disparition, Serrier est parti sur leurs traces.

De filatures en planques nocturnes, de la plage de Santa Lucia aux trottoirs parisiens, cette affaire a plongé Serrier dans la folie.

Antoine Albertini rouvre le dossier. Une enquête où rancunes familiales, silences et combines locales s'entrecroisent pour brouiller la vérité.

Éditions GRASSET

~~~

La Femme sans tête est le premier roman d'Antoine Albertini, journaliste en Corse. Un roman double, voire triple, qui convoque trois personnages : Gabrielle Nicolet, le major Serrier et un anonyme qu'on suppose être Albertini lui-même, qu'on distingue des deux autres car il pense en italique. Ce mélange donne au roman une profondeur narrative élégante, au sens où l'histoire épouvantable racontée là respecte minutieusement les personnalités propres à chacun des «héros». La femme sans tête est un fait divers réel comme il peut s'en passer partout, y compris dans son dénouement déconcertant. Et pourtant...  Béatrice Vallaeys - "Libération" du 25 avril 2013

~~~

Posté par elleon à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 décembre 2019

Désordre

de Penny Hancock

Penny Hancock - Désordre.Ceci n'est pas l'histoire d'une petite fille qui disparaît. C'est l'histoire d'une petite fille qui réapparaît…

Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l'étranger et que leur fille Kit est partie à l'université, son existence lui pèse.

Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d'une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie. À l'heure du bilan, elle réalise en effet que son adolescence a été le seul moment vraiment heureux de son existence, celui où les émois et les sentiments ont été les plus forts et les plus purs.

Aussi, lorsque Jez, 15 ans, le neveu d'une de ses amies, Helen, vient frapper à sa porte pour emprunter un disque, Sonia, prise d'une pulsion inexplicable, décide de ne plus le laisser partir. Elle se met alors à nourrir une étrange et inquiétante obsession pour la jeunesse de Jez, qu'elle tient séquestré.

Lorsque Helen signale la disparition du jeune garçon à la police, une enquête minutieuse commence, qui ne tarde pas à s'orienter vers un suspect inattendu.

Éditions SONATINE

~~~

À travers ce récit conjuguant les voix de Sonia et d'Helen, Penny Hancock nous offre un portrait magnifique de deux femmes à un carrefour de leur vie, aux prises avec leurs peurs et leurs faiblesses, leurs secrets et leurs solitudes. Surtout, elle nous donne un roman où règne une tension extrême, une terrifiante histoire de folie, cruellement humaine, qui culmine dans un suspense infernal, digne du légendaire "Misery", de Stephen King.

~~~

Posté par elleon à 05:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2019

Comme une lettre à la poste

de Corinne Champougny

Comme une lettre à la poste : polarLa vie nous réserve parfois de sacrées surprises...

Ce remplacement de factrice dans ce petit village perdu de Corrèze commençait bien, entre des autochtones plutôt pittoresques et un farniente bienvenu par ces temps de canicule.

Oui, tout allait bien pour notre héroïne... jusqu’au premier meurtre.

À ce moment-là, il est déjà trop tard et plus rien ni personne ne pourrait arrêter le cours des choses.

Oui, Saint-Robert-l’Églantier était un petit village paisible, mais cet été-là, tout bascula...

Éditions du BORD DU LOT

Posté par elleon à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Meurtres aux tisons, Noël au violon

de Corinne Champougny

Noël, ses sapins, sa neige, ses confiseries, ses cadavres. Pas de trêve pour le fameux commissaire Rondeau qui va devoir démêler les fils d'une double enquête plus obscure que jamais.

Elle mènera de la Bibliothèque Municipale de Brive à Tulle en passant par Juillac.

Proverbes alambiqués, indigestion de tourtous, tempête de neige, rien ne lui sera épargné. Heureusement, Cédric, notre jeune flic curieux, se lancera une nouvelle fois sur la piste du criminel.

Heureusement aussi cette enquête permettra de faire de bien curieuse rencontre.

Éditions CORINNE CHAMPOUGNY

~~~

 Ce roman, parodie de roman policier, est la suite de Les Petits vieux se ramassent à la pelle . Il poursuit donc dans la même veine, mêlant intrigue policière et humour décalé, le tout servi par une écriture alerte.

~~~

Posté par elleon à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,