19 août 2018

Le repentir

de Patrick Weiller

Patrick Weiller - Le repentir.Un marchand de tableaux anciens, ex-psychiatre, achète dans une vente de Stockholm une Bacchanale qu'il croit être de Nicolas Poussin.

Mais un conservateur du Louvre lui apprend qu'il existe déjà un original identique et que son tableau ne peut donc être qu'une copie. Cependant le nettoyage de l'oeuvre fait apparaître un repentir donnant à penser qu'elle est authentique.

Les deux spécialistes français de Poussin vont avoir des avis divergents sur le problème.

Découragé, le marchand finira, hélas, par solder son tableau à un grand couturier, juste avant qu'il ne soit enfin reconnu comme autographe.

Cette intrigue est racontée par un narrateur (qui rapporte la vie du marchand de tableaux à la troisième personne) que son alter ego ne cesse de le décevoir. Mais le lecteur saisit assez rapidement que les deux personnages n'en font qu'un et que ce dédoublement n'est qu'un artifice qu'a choisi l'auteur pour de se moquer de son personnage comme le ferait un humoriste. D'autant que le narrateur s'intéresse également à Marianne, la compagne du marchand de tableau, et finit par s'y attacher, ce qui entraîne quelques considérations sur la nature admirable des hystériques (dont Marilyn Monroe) et débouche sur un dénouement amoureux inattendu.

Éditions COHEN & COHEN

Posté par elleon à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Peindre n'est pas tuer

de Marie Devois

Marie Devois - Peindre n'est pas tuer.Max, condamné à trois ans d'emprisonnement pour une série de cambriolages, quitte la maison d'arrêt du Val d'Oise avec pour tout bagage un sac rempli de cahiers et une farouche envie de commencer une nouvelle vie.

Pendant sa détention, il a obtenu le premier prix d'une exposition de peinture organisée par la Pénitentiaire. Le succès remporté par son Portrait de Jeanne Hébuterne, inspiré d'une toile d'Amedeo Modigliani, va lui souffler l'idée d'une activité plus lucrative que le travail qu'on lui offre afin de prouver qu'il peut reprendre place dans la société.

Parce que rien ne s'efface, parce qu'il sait qu'il ne retrouvera jamais plus son rang, il expérimente dès sa sortie le mode de réinsertion inédit et tout aussi original que rentable qu'il s'est inventé tout en travaillant comme homme d'entretien avec son ex codétenu Robert dans un immeuble parisien.

Le système fonctionne sans heurts jusqu'au jour où Max reçoit l'étrange message posthume d'un criminel surnommé en son temps "Le boucher du Val d'Oise".

Hasard ou coïncidence, le courrier lui parvient au moment où paraît un surprenant article de presse rapportant l'histoire du legs d'une toile inestimable à un héritier dont personne ne trouve trace. Intrigué par un détail commun aux deux écrits, Max va parvenir à faire rouvrir un dossier vieux de quarante ans.

Max et Robert, deux hommes issus de milieux sociaux très différents, tous les deux malmenés par la vie, rapprochés par leur condition de sortants de prison, vont nous entraîner jusque dans le Paris des années 1920, à la recherche d'indices qui permettront d'élucider une affaire qui ne l'avait jamais vraiment été.

Éditions COHEN & COHEN

Posté par elleon à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2018

Mortel Caravage

de Renée Bonneau

Renée Bonneau - Mortel Caravage.Berlin, 1941-1945.

Les nazis ont entrepris "l'aryanisation des biens juifs", et leurs chefs, Goering le premier, raflent pour leur propre compte les oeuvres d'art, pillant les collections privées avant d'envoyer leurs propriétaires vers les camps de la mort.

Un SS, qu'animent à la fois la cupidité et une ancienne rancune, exige du galeriste Mathias Wengel qu'il lui remette les plus belles pièces de sa collection, en promettant de lui éviter, ainsi qu'à sa fille Judith, la déportation. Mais une fois en possession des tableaux, il livre le galeriste à la Gestapo.

Judith lui a échappé, ainsi que la copie, peut-être de la main du Caravage, de son célèbre tableau Judith décapitant Holopherne.

Pendant trois ans, dans Berlin que les bombes alliées transforment peu à peu en amas de ruines, le SS traque la jeune fille, de caves d'immeubles en abris publics, jusqu'à une tour de défense aérienne où a été mise à l'abri au début de la guerre une partie des collections du Musée de Berlin.

L'armée russe vient d'entrer dans la ville, et deux incendies d'origine criminelle éclatent dans le bunker, où les deux ennemis se retrouvent face à face...

Éditions NOUVEAU MONDE

Posté par elleon à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Meurtres chez Sir Alfred

de Renée Bonneau

Renée Bonneau - Meurtres chez Sir Alfred.Comme chaque année, le Festival du film britannique de Dinard dont Alfred Hitchcock est le patron, réunit producteurs, metteurs en scène, acteurs célèbres, français et britanniques, pour quatre jours intenses de projection, au terme desquels sera décernée au vainqueur le "Hitchcock d'or".

Mais c'est un film parallèle au Festival qui se déroule dans la ville, avec chaque jour une victime nouvelle : scénariste écrasé sous un manège, assureuse précipitée d'une tour, productrice égorgée dans la douche d'un établissement thermal, metteur en scène jeté du haut d'une falaise...

Les organisateurs sont effrayés des risques qui pèsent sur leurs invités, d'autant que la police n'arrive pas à comprendre les mobiles de l'assassin ni ce qui relie entre eux ces crimes atroces.

S'agirait-il d'un vagabond fou, comme le laissent penser ces objets ridicules dont il décore quotidiennement la statue du Maître ? Ou d'un assoiffé de vengeance, qu'il faut identifier au plus vite avant qu'il n'achève spectaculairement le scénario sanglant qu'il a élaboré ?

Mais tout s'éclaire enfin : déchiffré, le mortel rébus a livré son secret, sous les bons auspices de Sir Alfred.

Éditions COHEN & COHEN

Posté par elleon à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2018

Comptine mortelle

de Anthony Horowitz

Alan Conway écrit des romans policiers. C’est un auteur à succès, ce qui n’est pas pour déplaire à son éditrice, Susan Reynolds.

Depuis des années qu’elle travaille avec lui, elle n’a pas de raison de se plaindre : chacun de ses livres se retrouve sur les listes de best-sellers. Les lecteurs adorent le détective Atticus Pünd, personnage central des romans de Conway, et ils raffolent de ses enquêtes dans la campagne anglaise des années 1950. Ils achètent, et Susan Reynolds sourit.

Et son sourire s’étire à la lecture du nouveau manuscrit de son auteur fétiche. Rien de très original ou de très inhabituel : des meurtres, des suspects. La recette classique, efficace. Racoleur et bien ficelé, ce texte a tout pour plaire lui aussi au plus grand nombre.

Mais les trois derniers chapitres et le dénouement de l’enquête manquent, ce qui a le don d’agacer l’éditrice qui s’empresse de les réclamer. Les obtenir cependant, se révèle être une tâche bien compliquée, surtout lorsqu’elle apprend la mort de l’auteur qui, en mettant fin à sa vie, menace celle de sa maison d’édition...  

Éditions DU MASQUE

~~~

Roman dans le roman, Comptine mortelle est un bel hommage à Agathe Christie et au roman d’énigme. Anthony Horowitz maîtrise les codes du genre et les transgresse pour notre plus grand plaisir.

~~~

Posté par elleon à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 avril 2018

L'Affaire Céline ou les Cendres au Crique-à-la-Roche

de Jean Louis Fleury

Jean-Louis Fleury - L'affaire Céline - Ou Cendres au Crique-à-la-Roche.Deux jours après un passage remarqué à l'émission Tout le monde en parle, René Kahn, professeur à la Sorbonne et spécialiste de l'œuvre du célèbre auteur Louis-Ferdinand Céline, a trouvé la mort au Crique-à-la-Roche, à une quinzaine de kilomètres de Ripon, dans l'Outaouais.

De fait, c'est dans les restes calcinés d'une voiture volée au village que le cadavre de celui qui cherchait des preuves de l'accointance de Céline avec l'extrême-droite québécoise pendant la Seconde Guerre mondiale a été formellement identifié.

Que s'est-il donc passé pour que le professeur Kahn périsse de manière aussi tragique ?

C'est Aglaé Boisjoli, docteure en Psychologie et capitaine aux Projets spéciaux de la Sûreté du Québec, qui a été chargée de l'enquête. Mais ce qu'elle croyait être un banal – quoique sordide – meurtre se transforme rapidement en une troublante affaire ayant des ramifications politiques, et dont la moindre des révélations n'est pas l'identité du mystérieux personnage aperçu près de la voiture incendiée.

Or, si Aglaé a été surprise par ses découvertes, c'est l'indignation qui l'a submergée quand ses supérieurs lui ont mis des bâtons dans les roues afin d'étouffer l'affaire. C'est pourquoi elle leur a transmis une lettre de démission… qui a été refusée ! Choquée par ce refus, Aglaé a rédigé un rapport afin de justifier sa décision.

Ce rapport, qui relate l'enquête point par point et avec preuves à l'appui, vous le tenez en main, et sachez que personne n'y est épargné, surtout pas les supérieurs d'Aglaé Boisjoli ! L'écrivain maudit est venu au Québec et on trouve des traces de son passage dans différents faits divers.

Éditions ALIRE

~~~

À partir de ces éléments historiques, l'auteur a imaginé un lien entre l'écrivain et un truand. Céline était un antisémite notoire, le confronter dans cette fiction aux services secrets israeliens d'aujourd'hui n'a pas été compliqué. Un rapport d'enquête passionnant et non moins réaliste !

~~~

Posté par elleon à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 avril 2018

Mort d'un faussaire

de Conor Fitzgerald

Conor Fitzgerald - Mort d'un faussaire.Henry Treacy, Irlandais ivrogne et peintre faussaire de talent, est découvert mort dans le quartier romain de Trastevere.

Peut-être a-t-il fait une chute, mais peut-être aussi n'est-il que la dernière victime d'un mystérieux agresseur d'étrangers qui sévit dans les environs. ?

Alec Blume et sa collègue Caterina Mattiola découvrent bientôt que Treacy possédait chez lui plusieurs toiles de maître. Des faux, bien sûr, ce qui pourrait le lier à la pègre.

Farinelli, colonel des carabiniers obèse et spécialiste de la fraude aux oeuvres d'art, veut pour sa part mettre la main sur de mystérieux cahiers que Treacy aurait laissés, dans lesquels il retrace son expérience de faussaire, livre tous les codes, trucs et astuces du marché de l'art – surtout souterrain –, et explique comment lui et Farinelli ont escroqué la Mafia.

Mais ces cahiers cachent un autre secret, bien plus important pour la grande Histoire de l'Art...

Éditions RIVAGES/THRILLER

Posté par elleon à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 février 2018

Bob Dylan et le rôdeur de minuit

de Michel Embareck

Dès la sortie de son premier album, Bob Dylan peut compter sur un soutien de poids au sein de sa maison de disques : celui du chanteur Johnny Cash, alors au faîte de sa carrière, qui voit en lui le continuateur d’une folk music en péril.

Devenus amis, les deux hommes entament une correspondance. En marge d’une décennie tragique – celle de la guerre du Vietnam, des assassinats de JFK et Martin Luther King –, ces lettres suivent la vie chaotique de deux monstres sacrés de la culture populaire, reflétant leurs coups de génie… et leurs coups de blues.

De Nashville à Saigon et de Newport à Paris, on suit les compères chez les "moonshiners", ces fabricants d’alcool clandestin. On assiste au mythique concert de Cash à la prison de Folsom, en 1968. Et l’on croise une Marilyn Monroe défoncée à la benzédrine, un Richard Nixon gravement offensé, un Alice Cooper superbe et généreux, un Kris Kristofferson en homme de ménage dans les studios Columbia.

En filigrane, Michel Embareck et son double – le vieil animateur de radio connu sous le nom de « Rôdeur de minuit » – revisitent avec verve l’histoire américaine, de la lutte sanglante pour les droits civiques jusqu’à l’élection d’Obama.

Éditions L'ARCHIPEL

Posté par elleon à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juin 2017

Noirs dessins

de Jean-Paul Brighelli

Brême, avril 2000. Vladimir Poliakov, 90 ans, transporte  une lourde valise. Sans prêter attention aux gouttes  de pluie, le vieil homme se dirige vers le musée dont il a  griffonné l’adresse sur un bout de papier : Am Wall 207. 

Arrivé à la "Kunsthalle", il est reçu par la conservatrice  en chef, à qui il dévoile ses chefs-d’oeuvre : des dessins de Durer, des esquisses de Rembrandt, des aquarelles de Rubens… Une collection inestimable ! 

Comment cet ancien commandant de l’Armée Rouge a-t-il  pu mettre la main sur ces oeuvres spoliées aux juifs par les  nazis durant la Seconde Guerre mondiale ?  Et pourquoi, tant d’années après, les morts s’accumulent-ils encore sur  la piste de ce trésor oublié ?

Ioulia Kovalenko, journaliste  indépendante, ne vient-elle pas d’être torturée à mort pour  prix de sa curiosité ? 

C’est dans cette nasse pleine de fric et de sang que va  tomber à son tour Pierre Loutrel, respectable professeur  d’histoire de l’Art, contacté par un agent américain pour mettre la main sur la totalité de cette fabuleuse collection… 

Mais les tueurs ukrainiens ne sont pas des poètes…

Éditions L'ARCHIPEL

Posté par elleon à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2017

Gauguin mort ou vif

de Marie Devois

Marie Devois - Gauguin mort ou vif.Construite avec la précision d'un mécanisme d'horlogerie, la machination ourdie pour piéger les protagonistes d'un conte aussi barbare qu'énigmatique va entraîner Paul Magnin, commandant de police au commissariat de Quimper, dans une enquête déroutante.

Quel fil rouge existe-t-il entre une disparition de cadavre au Pouldu et des oies blanches semées comme autant de petits cailloux dans un musée ? Entre un fait divers à Pont-Aven et un voyage initiatique aux Iles Marquises ? Entre un plateau de jeu abandonné sur une grève et les secrets d'une femme ?

Deux êtres de chair vont s'affronter dans un duel sans merci sur fond de toiles de maître jusqu'à ce que jaillisse la vérité. Celle du "Koké d'Hiva Oa" (Gauguin) ? Ou celle d'un monde que n'ont pas encore quitté les démons du passé ?

Éditions COHEN & COHEN

~~~

Ce roman noir est inspiré par la figure de Paul Gauguin, personnage unique et multiple, peintre de génie mais mari infidèle, n'ayant eu pour tout bagage que son profond désir de retrouver l'homme primitif.

~~~

Posté par elleon à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,