23 avril 2017

Hubert Félix Thiéfaine : Entre 3 grammes et 5 heures du matin

de Jean-Charles Chapuzet

C'est par le biais du polar que Jean-Charles Chapuzet a choisi d'autopsier l'oeuvre et la vie d'HFT.

Le commissaire Stanislas Bronski et son lieutenant Joseph Destouches sont chargés de retrouver, mort ou vif, un poète jurassien, Monsieur Hubert Félix Thiéfaine. Ce dernier a enlevé une sirène qui répond au joli nom de Lorelei.

Reste à maîtriser l'environnement du coupable ; ce n'est pas gagné.

De Paris à Arbois, en passant par Hong-Kong et la Toscane, croisant Jean-Louis Foulquier, Paul Personne, Lautréamont, Malcom Lowry, Jim Morrison ou Léo Ferré, les deux enquêteurs s'embourbent dans un univers bien particulier, empreint de liberté, de mysticisme, d'alcool, de gentillesse et d'antidépresseurs ; bref, des idées noires et du vin jaune, tout HFT.

Vont-ils atteindre leur proie, à moins que ce périple leur soit fatal ?...

Éditions du BELVÉDÈRE

Posté par elleon à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 août 2014

Les pavés de l'enfer

de Dominique Ponchardier

les paves de l'enfer

« Si j'ai eu pendant quelques années le pistolet facile, je ne m'y suis jamais laissé aller avec allégresse, sauf dans l'atmosphère du débarquement. Pourtant, jusqu'à la fin de 1942, à part l'enfantillage des tracts et d'épisodiques sabotages, le plus gros de mon travail, le plus important, une fois les évasions à grande échelle terminées, ce fut le pistolaccio. »

Dominique Ponchardier, considéré par la Gestapo comme un très dangereux terroriste toujours armé et qu'il fallait abattre à tout prix, raconte dans ce récit ce que fut la véritable clandestinité, celle des gens de l'ombre, des bonshommes de la première heure.

Des scènes étonnantes, dramatiques, impossibles à résumer : l'exécution au couteau du traître Durand, le meurtre de la prostituée qui «vendait» les agents alliés, le suicide imposé au Saint-Cyrien lâche, voilà ce que vous réserve cette oeuvre exceptionnelle.

Éditions J'AI LU

Posté par elleon à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2014

Violette Nozières. La fille aux poisons

de Véronique Chalmet

violette nozieresPas de demi-mesure. On maudit Violette Nozières ou on l'adore. Il faut se prononcer là-dessus, donner son sentiment, quitter les sentiers battus de la morale pour définir d'autres critières, comprendre ou condamner, se rattraper à quelques convictions, respecter le geste destructeur de l'ange vengeur ou lyncher l'immonde empoisonneuse. 

Le poison intrigue aussi. Du venin dans les veines de Violette, l'élixir de mort dans le verre de son géniteur. Un trépas convulsif, un passage vers l'au-delà envapé dans des délires obscènes.

Le cadavre du père retrouvé à poil baignant dans le sang et la lie de son corps. La mère enveloppée dans ses voiles de veuve noire, prête à mordre sa propre chair, à faire couper la tête de sa fille pour qu'elle se taise à jamais. 

Cette biographie romanesque donne la parole à Violette Nozières, gamine blessée au destin d'exception, prostituée du Quartier latin et égérie surréaliste à la personnalité troublante, à la fois meurtrière et victime, dans le Paris décadent et chaotique des années folles.

Éditions FLAMMARION

Posté par Krri à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 janvier 2012

Bison ravi et le Scorpion rouge

de François Darnaudet

bison raviLe bouquiniste Julien Gras doit se procurer deux livres introuvables de Boris Vian et de Jean Forton.

Raretés littéraires ou projets morts-nés des éditions du Scorpion ?

Julien Gras mène une double enquête littéraire dans le triangle Bordeaux-Paris-Eus.

Éditions MARE NOSTRUM

Posté par elleon à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 août 2011

Moi, Fatty

de Jerry Stahl

moi fattyRoscoe Arbuckle, dit Fatty, premier acteur comique à faire fortune et à passer derrière la caméra, contemporain de Chaplin, ami de Keaton, figure emblématique des débuts d'Hollywood, fut la plus adulée des vedettes du muet avant de connaître une déchéance aussi terrible qu'injuste.

C'est cette histoire hors du commun, véritable roman noir, que nous raconte Jerry Stahl. Les premiers pas de "l'Usine à rêves", la naissance du star system, l'avarice des producteurs, l'argent, la démesure, le voyeurisme des médias, tel est le décor baroque dans lequel évolue l'homme qui ne supporta jamais son sobriquet de "Fatty". Même à l'apogée de sa carrière, il trimballe ses kilos et son mal de vivre, à la recherche d'une compréhension qu'il ne trouvera que rarement.

Sa descente aux enfers sera vertigineuse : accusé à tort de viol et de meurtre, héros malgré lui d'un procès retentissant, alcoolique et toxicomane, il sera banni par l'Amérique puritaine, par les mêmes voix qui l'avaient porté aux nues.

Éditions RIVAGES


Roman autant que biographie, Moi, Fatty est un livre habité, dans lequel la voix de Jerry Stahl et celle d'Arbuckle se mêlent en une confession pudique et cruelle, poignante et parfois drôle, à l'image du génie comique qu'était "Fatty".  En un mot, profondément humaine.


Posté par elleon à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 août 2011

Le sang est plus épais que l'eau

de Denis Humbert

le sang est plus epais que l'encreJim, journaliste sportif, ancien espoir du football taclé en pleine gloire, croise presque par hasard les routes que suivit autrefois Ernest Hemingway.

Peu à peu fasciné par le personnage, il se lance sur les traces de celui qui va devenir son mentor. D'une corrida à Salamanque à un match de boxe à Cuba, des daiquiris avalés sur le Malecôn aux pintes de whisky ingurgitées dans tous les Harry's Bar du monde, de la pêche au gros à l'affaire des premiers manuscrits disparus, c'est un portrait en creux de l'auteur de Pour qui sonne le glas qui s'esquisse.

Double du narrateur, meurtri, cynique et désabusé comme pouvait l'être son modèle, Jim nous offre, à l'issue d'une véritable course-poursuite posthume, une réplique moderne du grand écrivain, de ce chef-d'oeuvre que fut, de son vivant, Ernest Hemingway.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2011

Dans le quartier des agités

de Jacques Côté

dans_le_quartierParis, juillet 1889…À vingt-sept ans, Georges Villeneuve a terminé ses études en médecine. Désireux de se spécialiser en médecine légale des aliénés, il quitte le Québec pour se rendre à Paris où il aura la chance d’étudier avec les plus grands aliénistes de l’époque, Valentin Magnan à l’asile Sainte-Anne et Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière.

Le jeune Montréalais en profitera aussi pour assister aux cours réputés de Brouardel, à la morgue de Paris, et pour suivre une formation avec Mégnin, le pionnier de l’entomologie judiciaire.

Mais dès la première journée du Congrès International de Médecine mentale de Paris, qui se tient à l’asile Sainte-Anne, Villeneuve est témoin de l’admission dramatique d’un patient atteint d’une sévère intoxication à l’absinthe.

Quand Magnan apprend que la police croit ce malade dangereux et veut s’en emparer pour l’accuser de meurtre – ce serait le fameux « coupeur de nattes » dont la presse parle tant depuis des mois –, il demande à son jeune élève de veiller sur lui, mais aussi de mener sa propre enquête.

Or, les recherches de Villeneuve l’amènent très vite sur une tout autre piste, celle d’un étrange dandy au passé trouble et qui entretenait de bien curieuses accointances avec son patient…

Éditions ALIRE

-

starPrix Arthur-Ellis (2011)

Posté par elleon à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 avril 2011

Jean S.

de Alain Absire

jean s

Le 8 septembre 1979 à Paris, deux motards découvrent le corps de Jean Seberg enroulé dans un plaid au fond d’une voiture. La jolie Patricia d’"À bout de souffle", l’égérie de la Nouvelle Vague, est morte depuis dix jours.

On connaît la légende : à dix-sept ans, Jean, à peine débarquée de son Middle West natal, est choisie parmi dix-huit mille candidates pour jouer le rôle de Jeanne d’Arc dans un film d’Otto Preminger. Mais cette fulgurante notoriété est aussi le début d’une lente descente aux enfers.

Au fil des années, ses amours chaotiques, son engagement aux côtés des Black Panthers, la haine implacable que lui voue le FBI, sa lutte contre l’alcoolisme et l’abus de neuroleptiques entament sa raison. Un séjour de trop en hôpital psychiatrique achève de la détruire.

Éditions LE LIVRE DE POCHE

 

Édition originale: Éd. Fayard (2004)

Posté par Krri à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2011

Occupe-toi d'Arletty !

de Jean-Pierre de Lucovich

occupe_toi1942. Qui envoie des petits cercueils et des lettres de menaces à Arletty ? La résistance ? La vedette d’Hôtel du Nord vit une histoire d’amour avec un officier allemand, et ne s’en cache pas.

Est-ce lui qui est visé ? Appelé à son secours, Jérôme Dracéna, un ancien flic de la Crim devenu déctective privé, va enquêter dans le Paris de l’Occupation et découvrir que les auteurs des menaces ne sont pas ceux qu’il croyait.

Des boîtes de Pigalle au "Fouquet’s" en passant par le fameux "One Two Two" et les cocktails du "gratin" de la collaboration, Jérôme fait des rencontres à haut risque: Henri Lafont, le chef de la Gestapo française de la rue Lauriston à l’amitié encombrante, la belle comtesse Tchernycheff, une aventurière vénéneuse, Lionel de Wiet, faux marquis et vrai trafiquant de haut vol...  

Armé de son charme insolent et de son goût pour la boxe française, Jérôme Dracéna parviendra-t-il à neutraliser le tueur qui menace Arletty et son officier allemand ?  Atmosphère, atmosphère...

Éditions PLON

-

etoile Prix Arsène Lupin (2012)

Posté par Krri à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 avril 2011

Tu t'appelleras Sophie

de Sarah Frydman

tu_t_appelleras_sophie"La chanteuse m'apparaissait ainsi qu'une personnification de mon rêve. Avec quelque chose en plus. Comme la chair et les os d'une vaporeuse démone ", écrivait Chateaubriand après avoir assisté à une représentation de l'Armide de Gluck où chantait Sophie de Saint-Huberty.

Cantatrice célèbre et adulée à la fin du XVIIIe siècle pour sa liberté de jeu qui révolutionnait l'art lyrique, Sophie de Saint-Huberty possédait d'autres talents d'aventurière qui en ont fait un personnage-clé dans les tumultes de la Révolution et de l'émigration.

Ayant épousé fort jeune un proche du prince de Rohan, libertin, joueur et sans scrupule, elle épouse plus tard et secrètement le comte d'Antraigues, redoutable intriguant au service du comte de Provence, qui l'entraîne malgré elle en exil, à Lausanne, Venise puis Londres.

C'est là qu'en juillet 1812 un juge reçoit en pleine nuit une femme aux abois, qui lui confie qu'on va l'assassiner.

Éditions ALBIN MICHEL

~~~

De "La Saga des Médicis" à celle des " Moissons mortes" , Sarah Frydman met tout son talent de romancière à retracer des destins singuliers et exemplaires, entiers et passionnés, emportés dans la spirale de l'Histoire et luttant pour leur liberté.  Sophie de Saint-Huberty est de ces êtres de feu qui ne désarment jamais.

~~~


Posté par elleon à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :