31 octobre 2011

Le peintre des batailles

de Arturo Pérez-Reverte

le peintre des bataillesDans une ancienne tour sur les bords de la Méditerranée, où il vit retiré du monde, Faulques, un ancien photographe de guerre, compose une grande fresque circulaire et tente de restituer ce que ni son œil ni son appareil n'ont jamais pu saisir : le paysage intemporel d'une bataille.

Au bout de ses pinceaux l'accompagne l'ombre d'une femme morte dix ans auparavant. Jusqu'au jour où surgit Ivo Markovic, un Croate qui a survécu à la guerre en Bosnie et dont la photo prise par Faulques a fait le tour du monde. Markovic est venu exiger le paiement d'une dette mortelle.

Entre ces deux personnages, l'un témoin, l'autre victime de l'horreur humaine, se noue alors un drame qui pose la question essentielle de la responsabilité. Quelle part ont-ils prise à l'engrenage infernal du désordre du monde ? Ne sont-ils que les jouets d'un chaos obéissant non pas au caprice des dieux, mais à une implacable géométrie à laquelle il serait vain de vouloir se soustraire et que la science et l'art peuvent, peut-être, permettre de comprendre ?

Jusqu'à quel point l'amour et la lucidité peuvent-ils aider à assumer le fait que nul n'est innocent ?

Éditions du SEUIL


Arturo Pérez-Reverte nous livre ici son roman le plus intense et le plus dérangeant, et sans doute la clé de toute son œuvre.


Posté par elleon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Le hussard

de Arturo Pérez-Reverte

le hussardAndalousie, 1808. Les troupes napoléoniennes entrées en Espagne viennent de subir un cuisant revers à Bailén. Joseph Bonaparte n'est pas encore sur le trône et la résistance des Espagnols à l'armée française s'organise.

Frédéric Glüntz, un jeune Alsacien, et son ami Michel de Bourmont, tous deux officiers du 4e régiment de hussards, rêvent de gloire et d'héroïsme. Ils sont là pour vaincre l'ennemi, certes, mais aussi pour propager au nom de l'Empereur les idées nouvelles issues de la Révolution française.

Persuadés d'apporter le progrès à un pays arriéré, vivant sous le joug de la monarchie et de l'Eglise, ils ne peuvent comprendre qu'en face d'eux se dressent une armée décidée à défendre son indépendance jusqu'au dernier soldat et un peuple prêt à mourir pour sa terre.

Alors, dans le feu de la bataille tant désirée, l'ivresse du sang et de la mort aura vite raison des idéaux des deux jeunes gens, et des honneurs tant attendus ne restera qu'un atroce voyage au bout de la nuit.

Éditions du SEUIL

Édition originale (1983)

Posté par elleon à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 octobre 2011

Mutins légitimes

de Jean Mazarin

mutins legitimeDans Sarajevo assiégé, Mustapha Nuvjak, l'un des héros de la résistance au nazisme, est abattu par un sniper. Mais pour Laïk, son petit fils, cette mort est suspecte et ressemble très vite à une vendetta rituelle venue d'un autre âge.
 
Obligé par la coutume de venger son grand-père, Laïk va devoir ensuite quitter sa ville natale pour se réfugier en France, à Villefranche-de-Rouergue où, en pleine occupation allemande, des événements tragiques se sont déroulés alors que ceux qui ont engendré cette vendetta y séjournaient sous la bannière de la division " Handschar "...
 
Mais en 1994, une menace bien plus tangible rôde autour de la ville, celle d'un tueur en série qui s'attaque aux jeunes femmes isolées... Le mélange de ces deux énigmes va vite devenir explosif !
 
Éditions NUITS BLANCHES

Une fois de plus Jean Mazarin va plonger une histoire criminelle classique dans la Grande Histoire en révélant ce que peu de gens connaissent, à savoir les événements tragiques qui se sont déroulés à Villefranche-de-Rouergue en septembre 1943.

Après avoir traité de la descente aux enfers d'une grande Bourgeoise, de l'abominable épopée des gestapistes français de la rue Lauriston, des relents du fascisme à Venise dans les années 50 , il s'attaque cette fois à la sanglante histoire de la division de Waffen-SS bosniaque, plus connue sous le nom de " Handschar "...

Posté par elleon à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 octobre 2011

Monsieur le Commandant

de Romain Slocombe

monaieur le commandant

Écrire pour tuer; la lettre assassine passe du symbole à la réalité... Les femmes et les enfants d'abord !

Écrivain et académicien dans le Paris de l'avant-guerre, Paul-Jean Husson s'est désormais retiré dans une petite ville de Normandie pour se consacrer à son oeuvre, émaillée d'un antisémitisme « patriotique ».

Lorsque la guerre éclate et que son fils Olivier rejoint la France libre, il prend en charge la protection de sa belle-fille, Ilse, une Allemande aux traits aryens et à la blondeur lumineuse. Sa beauté fait surgir en lui un éblouissement bientôt en contradiction avec toutes ses valeurs, car il découvre qu'Ilse est juive, sans toutefois parvenir à brider l'élan qui le consume.

Peu à peu, l'univers si confortable du grand écrivain pétainiste, modèle de bon bourgeois enkysté dans ses ambivalences, vacille. Les secrets de familles sortent comme autant de cadavres de leurs placards et à l'heure ou son existence torturée est percée à jour par une Occupation aux effets ontologiques imprévisibles, seule une lettre adressée au commandant de la Kreiskommandantur peut permettre à Husson de sauver la face.

Éditions NIL

~~~

C'est en salaud imaginaire que Romain Slocombe porte en lui une lettre jamais écrite, une lettre de délation ; il prouve ainsi que la part la plus vile de l'âme humaine ne trouve de meilleure place ou se révéler que dans le genre épistolaire.

~~~

Posté par elleon à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 septembre 2011

L'amazone de Prétoria

de Maurice Dekobra

l'amazone de pretoriaLa guerre du Transvaal a éclaté. Le jeune et beau lieutenant Mackenzie à Capetown reçoit l'ordre de courtiser Anicia Sandra, une séduisante Polonaise. Elle s'éprend de l'officier.

L'état-major anglais, pour mieux tromper les Boers, fait fictivement condamner Mackenzie en cour martiale; il désertera pour mieux informer ses frères d'armes, à Prétoria. Mais il est fiancé en Angleterre. La ravissante Patricia, bouleversée d'apprendre cette désertion, vient au Transvaal et y découvre les relations de son fiancé avec la belle Anicia.

 Le conflit des deux rivales, le drame de Mackenzie risquant la pendaison, font de ce roman riche en suspense une des oeuvres les plus passionnantes de l'auteur de « La madone des sleepings »

Éditions POCKET

Édition originale: Éd. Presses de la Cité (1963)

Posté par elleon à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 août 2011

Scoop

de Jean-Gérard Imbar

scoopUn voyeur, mais ce qu'il matait, c'étaient les lessives au napalm et les giclées de F.M., partout où on se bigornait dans le monde.

Un tueur, mais en guise de revolver, il se servait d'un appareil photo. Jusqu'au jour où il entra pour de bon dans la danse de mort car on lui avait fauché sa femme, on voulait lui massacrer son meilleur copain - qui n'était peut-être pas son meilleur copain - il était lui-même traqué, par des truands déguisés en soldats.

Bref, on était en train de lui voler toutes ses illusions. Et un photographe de presse, ça n'en a pas tellement.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2011

El Lobo

de Jacques Kaufmann

el loboAncien pilote de guerre en Irak, Roy Kruger a un grand défaut: il s'ennuie vite.

C'est à Buenos Aires, en Argentine, qu'il décide de s'installer et d'ouvrir un restaurant de fruits de mer. Une façon comme une autre de continuer à exercer sa passion du pilotage, puisqu'il va lui-même se fournir dans l'Atlantique, de l'autre côté de la Cordillère...

Un jour, Roy accepte d'emmener un aventurier dans son hydravion. Sans le savoir, il vient de tomber dans un piège redoutable, car ce Juan Piedra, une tête brûlée plus connue sous le surnom d'" El Lobo ", est un pilleur de tombes d'un genre particulier.

Ancien tortionnaire sous la dictature argentine, il se propose de profaner le mausolée d'Eva Peron, qui recèlerait rien moins qu'un fabuleux trésor nazi... El Lobo n'ignore qu'une chose: son pilote est certes un as de l'aviation, mais aussi un ex-agent des services spéciaux américains, bien décidé à ne pas le laisser faire...

Dans une Argentine en proie à la crise économique, où rôdent les fantômes du nazisme et de la dictature militaire, un duel sans merci se prépare...

Éditions L'ARCHIPEL

Posté par elleon à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2011

Macchabées Express

de Alain Wagneur

macchabe expressAncien flic, Jacques Camier, prof intérimaire dans les écoles catholiques, traîne ses guêtres, ses amitiés, son ennui et ses amours comme d'autres leur casier judiciaire.

Lorsque son vieux pote Dan Mercier, ex policier tombé pour affaire de mœurs reconverti dans le privé, lui demande de l'accompagner pour retrouver une romancière disparue, il accepte. Sans savoir dans quel guêpier il vient de tomber.

Les deux hommes partent à la recherche de la jeune femme mais enchaînent découvertes macabres et péripéties noires. Après plusieurs jours de marche où chacun révèle à l'autre ses failles, ses angoisses, ses espoirs, ils la retrouvent. En piteux état. Un état aussi peu reluisant que les pensées de Mercier qui, à mots couverts, revient sur ses souvenirs peu glorieux d'ancien combattant de la guerre d'Algérie.

Rebondissement: Mercier disparaît à son tour. Meurtre ? Fugue ? Enlèvement ?

Cherchant à savoir, Camier fréquente des mondes étranges, ceux de l'édition et des militaires nostalgiques, deux univers où tout le monde ment, zones d'ombre où les aveux se méritent. Avec, au bout du chemin, un aller simple dans le Macchabées Express.

Éditions FLAMMARION

Posté par elleon à 04:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 août 2011

Les damnés du vieux Port

de Maurice Gouiran

les damnes du vieux portEn 1940, Marseille est mise en coupe réglée par Sabiani et ses nervis à la solde des nazis. De nombreux Français d’alors se retrouvent bientôt engagés volontaires dans la SS, soldats damnés et derniers défenseurs d’Hitler dans un Berlin d’apocalypse.
 
Pourtant c’est aussi à Marseille la rebelle qu’éclosent les premiers bourgeons de la Résistance. Rodolphe, Anacleto, Calogero, Fernand et Milou voient alors leur groupe d’amis exploser. Les uns tiraillés par l’ordre et la haine, les autres préférant rejoindre la Résistance.
 
Mais quand 60 ans plus tard, un notaire madrilène contacte la Zize, poissonnière retraitée sur les hauteurs de l’Estaque, pour l’informer qu’elle hérite de son oncle Rodolphe qui vient de passer l’arme à gauche en terre ibérique... la consternation est grande... le tonton étant déjà mort en 1944 sous les balles ennemies...
 
Rodolphe aurait-il eu deux vies?  Et c’est encore Clovis Narigou qui va risquer la sienne, pour tenter de démêler les fils sanglants de l’Histoire...

Éditions JIGAL

~~~

Septième roman pour Maurice Gouiran qui croise ici le fer avec l’Histoire et ses travers. Il nous livre, caustique et audacieux, une fine analyse de l’errance de chacun dans cette Europe politiquement déstabilisée, qui contribuera à la folie de la guerre. À lire pour ne jamais oublier.

~~~


Posté par elleon à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Franco est mort jeudi

de Maurice Gouiran

franco est mort jeudiLe 20 novembre 1975, Franco meurt au petit matin à Madrid. Lorsqu’Élisa, réfugiée espagnole, apprend la nouvelle à la Manufacture des Tabacs de la Belle de Mai, c’est son passé, tragique et douloureux, qui ressurgit brutalement.

L’été 1936 à Madrid, l’hiver 1938 à Barcelone, la Retirada — cette longue cohorte de désespérés, cette horde de vaincus, de malades, de blessés fuyant l’Espagne et parqués sur la plage glaciale d’Argelès — la mystérieuse disparition de Ramon, son père, alors officier dans l’Armée Populaire Républicaine… Une foule d’images et de vieux fantômes submergent alors ses jours et ses nuits…

35 ans plus tard, Élisa n’est plus et l’Espagne met fébrilement à jour les charniers du Franquisme. C’est Manu, son fils, un looser, un peu voyou, un peu paumé, qui, en recevant d’Espagne une lettre destinée à sa mère, va permettre à ce terrible passé de remonter à la surface. Mais Manu n’aurait sans doute pas été bien loin si sa route n’avait croisé celle de Clovis Narigou…

Clovis, qui de Marseille à Madrid démêle l’écheveau et tente de percer les mystères entourant la famille espagnole de Manu. Clovis qui enquête, pare les coups et pénètre le Barcelone de la grande époque, celui de Dali et de Picasso… Clovis qui découvre, ahuri, le camp de Karaganda et les horreurs de la guerre civile…

Éditions JIGAL

~~~~

C’est cette fois du côté de l’Espagne et des Pyrénées que Maurice Gouiran va puiser la chair et le sang de son nouveau roman : l’Espagne de la guerre civile, l’Espagne de la dictature, l’Espagne de toutes les horreurs… Mais également les Pyrénées, donc la France, puisque c’est là, du côté d’Argelès, que vont s’échouer et mourir par centaines les réfugiés républicains en déroute.

Le décor est posé — terrible, inhumain, cruel —, mais Maurice Gouiran trouve l’art et la manière — le talent — de nous rendre ce récit émouvant et très attachant. Émouvant grâce aux hommes et aux femmes, qui habitent son roman, Élisa, Manu, Fabiola, Pedro, Luiza, Ramon et quelques autres… ce peuple d’anonymes, ces militants qui luttent pour leur survie, ces mômes hagards qui suivent le mouvement, ces femmes qui aiment, protégent et espèrent, ces hommes qui souffrent et tombent au combat…

Et si sous l’intrigue les mots sont si denses, c’est parce que ce sont ceux de l’Histoire. Maurice Gouiran nous offre encore une fois un roman à mettre entre toutes les mains, et surtout dans celles de nos enfants, parce que, comme à son habitude, sous ses atours d’écrivain remarqué de polars, il rend possible et accessible un éclairage salutaire sur cette terrible période.

~~~~


Posté par elleon à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,