30 septembre 2008

Pierre qui brûle

de Donald Westlake

pierre_qui_brule

Un génie, Dortmunder.  Le génie de la "planification".  Il vous "planifie" un braquage à la perfection.  Sauf lorsqu'il a voulu braquer l'Émeraude Magique. 

Cinq fois qu'il a dû s'y reprendre, avec ses petits camarades, cinq fois qu'il a dû inventer des astuces délirantes pour pouvoir s'en emparer.  Et chaque fois elle lui échappait. 

À vous dégoûter d'être malhonnête...

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1971)

etoile Prix Mystère de la critique (1972)

Posté par Krri à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


28 septembre 2008

Voleurs à la douzaine

de Donald Westlake

voleurs_a_la_douzaine

Il y a deux possibilités; on connaît déjà John Dortmunder et on sait qu'avec lui, le cambriolage relève d'une alchimie particulière dont il détient le secret; défis pharaoniques (à l'impossible Dortmunder est tenu), plans rocambolesques (le plus compliqué sera le mieux), équipiers ingénieux (mais gaffeurs), action audacieuse (et souvent inadaptée à la situation) et résultats grandioses (parfois très éloignés des objectifs de départ).

Ou bien on ne le connaît pas encore, et ces onze nouvelles seront une parfaite introduction à "l'esprit Dortmunder", mélange de non-sens inspiré, de panache absurde et de comédie burlesque.

Derrière Dortmunder, il y a le génial Donald Westlake et son sens du rythme, son imagination, son ironie élégamment moqueuse, en un mot son style. Avec en prime, une surprise finale : un voleur peut en cacher un autre.

Éditions RIVAGES

~~~

Ces nouvelles dont le protagoniste est le fameux Dortmunder ont été écrites entre 1981 et 2004 .

Sept d'entre elles publiées dans le magazine "Playboy", les autres dans " The New York Times Magazine " , "The Mysterious Bookshop" et "The Armchair Detective". Une dernière, "Fugue for frelons" a été publiée pour la première fois dans "Thieves dozen" en 2004 .  thrillingdetective.

 

~~~


Posté par Krri à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Personne n'est parfait

de Donald Westlake

personne_n_est_parfait

Le célèbre avocat J. Radcliffe Stonewiler vient de tirer Dortmunder d'un mauvais pas. Mais, comme le fait judicieusement observer May, sa fidèle compagne : "qu'est-ce que ça va te coûter ? "

C'est alors que Dortmunder se souvient de ce petit bristol que l'avocat lui a glissé dans les mains à la fin de l'audience. La carte d'un certain Arnold Chauncey qu'il était censé appeler. De toute façon, pas le temps de se poser des questions: le téléphone sonne, Stonewiler est au bout du fil, Chauncey attend la visite de Dortmunder.

Pourquoi au fait ? Pour commettre un vol, bien sûr. Mais un vol bidon, et pour cela, il faut un voleur honnête. Dortmunder a le profil. C'est le reste qui ne suit pas. Personne n'est parfait.

Éditions RIVAGES

~~~

Les Éditions Rivages poursuivent avec Personne n'est parfait ("La joyeuse magouille", Gallimard - 1978) , la réédition de l'oeuvre de Westlake, dans des traductions revues et complétées, qui rendent justice à l'humour et au style du créateur de Dortmunder.

~~~


Posté par Krri à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Pourquoi moi ?

de Donald Westlake

pourquoi_moi

Cambriolant par pure routine une petite bijouterie, Dortmunder empoche un maigre butin, dont une grosse bague ornée d'une pierre rouge manifestement fausse.

Hélas, il a volé sans le savoir le plus gros rubis du monde, le brasier de Byzance, que les Etats-Unis devaient remettre à la Turquie. Police, FBI, truands, services secrets se déchaînent aussitôt, et le malheureux Dortmunder n'a plus qu'une seule idée : se débarrasser de cette maudite pierre.

Mais il s'est passé la bague au doigt et ne peut plus la retirer ! Décidément, Dortmunder n'a pas de chance : il va devoir passer par pertes et profits le plus beau casse de sa vie.

Éditions RIVAGES

-

Édition originale sous le titre "Ça n'arrive qu'à moi" : Éd. Gallimard (1984)

Posté par Krri à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les sentiers du désastre

de Donald Westlake

les_sentiers_de_desastre

"Paria !"  Voilà un mot que Monroe Hall voudrait voir disparaître du vocabulaire. Est-ce sa faute à lui s'il est né riche et qu'il n'a pas résisté à empocher l'argent de ses actionnaires, les poussant au désespoir ou à la colère ? Est-ce sa faute encore s'il a pu échapper à la justice et transformer l'ensemble de ses biens en une fondation, dont il est le désintéressé gérant ?

Et pourquoi son professeur de musculation lui en veut-il d'avoir signalé aux impôts les sommes qu'il lui a versées en liquide ? Cela justifie-t-il qu'on l'appelle un "paria", et qu'il n'arrive plus à avoir de vie mondaine parce qu'aucun employé de maison ne veut travailler pour lui ?

Le destin est trop cruel. Jusqu'au jour où, comme par miracle, son agence lui envoie un merveilleux groupe de serviteurs : un majordome, un chauffeur, un secrétaire, un garde du corps. Seulement voilà : Monroe Hall ne sait pas que le véritable nom de son majordome est John Dortmunder et que lui et ses amis ont l'intention de vider sa grande demeure de sa magnifique collection de voitures anciennes.

Mais Dortmunder n'imagine pas combien de gens haïssent Monroe Hall. Lorsque ce dernier disparaît sans laisser de trace, la police fait son apparition. Et comme tout amateur de romans policiers le sait, dans ce genre d'histoire le principal suspect est toujours le majordome...

Éditions RIVAGES

~~~

Dortmunder est de retour, et ses aventures sont plus que jamais inénarrables. La presse américaine a souligné que, avec ce personnage, Donald Westlake a quasiment inventé un nouveau genre littéraire. La "Dortmundermania" est à son apogée dans ce nouveau chef-d'œuvre.

 

~~~

Posté par Krri à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Motus et bouche cousue

de Donald Westlake

motus_et_bouche_cousue

Détenu au "Manhattan Correctional Center", Francis Xavier Meehan goûte pour la première fois aux joies des prisons fédérales.

Ce qu'on lui reproche peut paraître mineur: après tout, il n'a fait que braquer un camion censé contenir du matériel informatique en provenance du Mexique. Comment pouvait-il savoir que ce camion transportait en fait des plis recommandés ?

Lorsqu'on lui refuse une libération sous caution, Meehan se dit que, décidément, la malchance le poursuit. Jusqu'au jour où il est convoqué au parloir pour y rencontrer son avocat. Dès qu'il aperçoit le dénommé Jeffords avec sa veste sport à carreaux gris et verts, il sait que le type est un imposteur : aucun avocat ne s'habillerait de la sorte.

Pourtant le marché que Jeffords, propose est beaucoup plus alléchant qu'il n'y paraît. Meehan sera - entièrement blanchi à condition qu'il dérobe une cassette vidéo compromettante pour le président en exercice, si compromettante qu'elle lui coûtera avec certitude sa réélection. Francis est d'accord, à condition qu'il puisse profiter du cambriolage pour cambrioler, puisque c'est tout de même son métier.

C'est ainsi qu'il réunit une équipe de professionnels - pas question d'embaucher des amateurs et de risquer un nouveau Watergate - en vue de préparer le coup.

Éditions RIVAGES

~~~

Même quand il ne met pas en scène John Dortmunder, notre cambrioleur préféré, Donald Westlake sait s'y prendre pour nous donner envie, l'espace d'un roman, de nous ranger du mauvais côté de la loi. Les aventures tragi-comiques de Francis Xavier Meehan sont un prétexte à l'exercice de sa verve satirique qui prend pour cible le système électoral et les politiciens américains. Dans les cas graves, mieux vaut rire que pleurer, et cela, Westlake le fait à la perfection.

~~~


Posté par Krri à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Jimmy the kid

de Donald Westlake

jimmy_the_kid

Parce qu'il est un esprit ouvert toujours dispose à se faire expliquer son métier et à s'améliorer, Dortmunder accepte la proposition d'Andy Kelp de kidnapper un enfant en suivant une méthode décrite dans un roman de Richard Stark.

Le livre n'est peut-être pas un chef-d'œuvre, toutefois, l'intrigue est efficace.

Dortmunder et ses amis enlèvent donc Jimmy Harrington, le fils âgé de douze ans d'un avocat de Wall Street, alors qu'il se rendait chez son psychiatre. Mais le petit Jimmy est intelligent, beaucoup plus futé à vrai dire que ses ravisseurs, et c'est lui qui va rapidement prendre les choses en main et gérer son propre enlèvement !

Éditions RIVAGES

-

Édition originale sous le titre "V'là aut'chose !" : Éd. Gallimard (1976)

~~~

Westlake se livre ici à un ping-pong subtil avec son double Richard Stark et n'hésite pas à réunir ses deux champions: le redoutable Parker et le calamiteux Dortmunder. À relire dans une traduction complétée et révisée.

~~~


Posté par Krri à 16:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Mauvaises nouvelles

de Donald Westlake

mauvaises_nouvelles

John Dortmunder, l'homme qui a donné un nouveau sens au mot récidiviste, est là, toujours aussi entreprenant, inoxydable, pitoyable.

Cette fois, il est en quête d'un Indien mort depuis longtemps, et néanmoins kidnappé. Tout a commencé sur Internet, par la faute de son ami Andy Kelp qui a fait la connaissance virtuelle, puis réelle, d'un maître manipulateur nommé Fitzroy Guilderpost et de ses associés, Irwin Gabel et Petite Plume. les trois acolytes ont fomenté un projet insensé et ils ont besoin de main d'œuvre.

C'est ainsi que Dortmunder se retrouve dans un cimetière de Long Island, muni d'une pelle, dans la boue jusqu'aux genoux. Et ce n'est pas une métaphore, plutôt un euphémisme. Serait-il en train de creuser sa tombe, ou celle du lecteur déjà mort de rire ?

Voilà, vous pensiez avoir un certain répit, mais Westlake en a décidé autrement : Dortmunder est de retour.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Au pire qu'est-ce qu'on risque ?

de Donald Westlake

au_pire_qu_est_ce_qu_on_risque

Surtout, ne contrariez pas Dortmunder. Même si vous êtes milliardaire. Surtout si vous êtes milliardaire.

Car Dortmunder a son propre code de l'honneur et Max Fairbanks est juste allé un peu trop loin. Son crime ? Interrompre Dortmunder en plein cambriolage, ce qui est déjà grave en soi. Mais avoir l'audace de lui voler sa bague porte-bonheur et ce, sous le nez de la police, c'est TROP !

Le tout-puissant Max Fairbanks ne sait pas qu'il vient de se faire un ennemi. N'ayant certes pas l'intention de se laisser arrêter par deux vulgaires flics, Dortmunder leur fausse compagnie grâce à la fermeture Éclair de sa braguette (on est ingénieux ou on ne l'est pas), puis il rassemble ses troupes. Un objectif : les somptueuses résidences du milliardaire, de Manhattan à Las Vegas.

Méthodiquement, l'une après l'autre, elles seront mises à sac par Dortmunder et compagnie pour retrouver la fameuse bague. Au fait, elle n'est même pas en or, cette bague, et les petites pierres qui brillent dessus ne sont pas des diamants.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Smoke

de Donald Westlake

smoke

Freddie Noon n'est pas un criminel endurci. Il se définirait plutôt comme "semi-tendre". Alors quand il choisit de cambrioler le laboratoire Loomis-Heimhocker, il envisage une petite effraction tranquille. Ce que Freddie ne sait pas, c'est que ce laboratoire est financé par les industriels du tabac et que si l'on y effectue des recherches sur le cancer, en aucun cas elles ne doivent aboutir à la conclusion que fumer pourrait provoquer des maladies graves.

Pour se garder de tomber par hasard (on ne sait jamais) sur des résultats gênants, les deux médecins qui dirigent le labo se sont intéressés au traitement du mélanome, et ils sont en passe de réussir ; ils ont mis au point deux formules qui ne demandent qu'un cobaye pour être testées. Freddie ne pouvait mieux tomber. Il y aura cependant des conséquences imprévues : il devient invisible, ce qui, même dans son métier, présente quelques inconvénients.

Essayez donc de vous raser quand vous n'apercevez pas votre visage. Essayez de vous faire (bien) voir de votre femme. Comme le dit Freddie, "être un homme invisible, c'est un job plutôt solitaire".

Éditions RIVAGES

~~~

Westlake improvise brillamment sur le thème classique de l'invisibilité. Il en profite pour railler les travers de l'Amérique où l'antitabagisme prend des formes assez intolérantes et il prouve avec ce roman plein d'humour qu'il a toujours autant de souffle. Lire Westlake nuit gravement à la morosité.

~~~

Posté par Krri à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,