22 février 2020

Les adieux de Brodie

de Gordon Ferris

Glasgow, 1947. Sir Fraser Gibson, membre influent de "l'establishment" et directeur de la "Scottish Linen Bank", la plus grosse banque de dépôt d'Écosse, a été enlevé.

Lady Gibson charge Douglas Brodie de remettre la rançon et de lui ramener son mari. Victime d'un coup monté, Brodie est assommé et reprend ses esprits à côté du cadavre du banquier. La police débarque aussitôt, et voilà notre reporter accusé de meurtre et bon pour la potence.

C'est alors que les services secrets britanniques, qui soupçonnaient depuis un moment Sir Fraser de détourner des fonds, entrent dans la danse. Si l'on apprend qu'une des banques les plus puissantes du Royaume-Uni a émis trop de billets, de surcroît avec la complicité de plusieurs hauts dirigeants, la confiance internationale risque de s'effondrer.

Déjà, à Washington, on s'inquiète de la santé de la Livre Sterling, et cela peut avoir de graves conséquences sur les prêts américains annoncés dans le cadre du plan Marshall.

Éditions du SEUIL

~~~

Gordon Ferris conduit habilement l'intrigue vers un dénouement dramatique, à coups de rebondissements spectaculaires.

~~~

Posté par elleon à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


La filière écossaise

de Gordon Ferris

Lors de l'impitoyable hiver 1947, dans un contexte de grande pénurie, la communauté juive de Garnethill est perturbée par plusieurs vols de bijoux.

Douglas Brodie, flic avant la guerre, ex-officier qui a servi d'interprète en Allemagne à la fin des hostilités et désormais reporter à la "Glasgow Gazette", est chargé d'enquêter par son vieil ami le tailleur Isaac Feldmann.

Ses investigations le lancent sur une piste extrêmement sensible : une "route des rats" ou filière d'exfiltration de criminels nazis, qui, au lieu de passer par l'Autriche et l'Espagne afin de gagner l'Amérique du Sud, part de Hambourg, avec Glasgow pour étape et les États-Unis pour destination finale.

Brodie, envoyé en mission dans le port hanséatique afin d'y interroger des criminels de guerre dans le cadre de leur procès, en profite pour identifier les passeurs.

De retour en Écosse, il découvre que le réseau bénéficie de complicités en haut lieu...

Éditions du SEUIL

~~~

Si la critique britannique a qualifié Ferris de "nouveau Ian Rankin", "La Filière écossaise" fait davantage penser à Philip Kerr.

~~~

Posté par elleon à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les justiciers de Glasgow

de Gordon Ferris

Douglas Brodie, ex-flic, sous-off tout juste démobilisé - on est en 1946 -, vient d'être embauché comme reporter à la "Gazette". Glasgow connaît un été torride. Les salles de rédaction enfumées, les pubs remplis de chômeurs, la pauvreté rampante dans les quartiers populaires et les petits malins qui préparent leur fortune en tablant sur la reconstruction du pays sont la toile de fond de ce noir atmosphérique.

Des justiciers masqués infligent à leur manière, brutale et spectaculaire, un châtiment selon eux bien mérité à des criminels qui sont passés - police incapable ou système corrompu ? - entre les mailles du filet judiciaire. Ils s'autoproclament "marshals de Glasgow", ont l'accent des Highlands et justifient leurs actions en envoyant aux journaux des épîtres enflammées et agrémentées de citations des Evangiles.

Quand un inconnu aborde Brodie pour lui demander de l'aider à défendre un compagnon de route, ancien soldat condamné à cinq ans de prison pour effraction dans la maison d'un notable, le journaliste pressé de faire ses preuves sent qu'il tient un scoop.

Mais alors qu'il hésite à s'engager dans un combat trouble, il apprend que le détenu s'est pendu dans sa cellule, ce qui le convainc d'enquêter... Peu à peu se dessine une toile de corruption et de collusion d'intérêts en haut lieu qui va déboucher sur un inévitable scandale.

Éditions du SEUIL

~~~

" Un nouveau maître du tartan noir, avec une jolie touche d'ambiguïté morale. " "Sunday Express"

~~~

Posté par elleon à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 février 2020

Les filles maléfiques

de Didier Fohr

Les filles maléfiques par FohrDeux adolescentes ont "massacré" grave une de leur copine.

Mathieu Launay, journaliste fait-diversier, enquête.

Rivalité d'ados ? Perversion d'adultes ? Qui manipule qui et pourquoi dans cette petite ville de province où des émules du satanisme sont débordés par plus exaltés qu'eux.

Éditions TERRITOIRES TÉMOINS

~~~

Didier Fohr met à nouveau en scène Mathieu Launay, son vague à l'âme, ses amours contrariées et le commissaire Berche, déjà présents dans son premier roman "Une secte et quelques monstres".

~~~

Posté par elleon à 06:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

L'Ogresse met le feu

de Didier Fohr

L'Ogresse met le feu" L'article est difficile à écrire. Qui a mis le feu ? Qui avait intérêt à le faire?  Pour quoi le PDG ne porte-t-il pas plainte ? Pour quoi tant de jeunes gens licensiés à peine embauchés ? Pourquoi tant de témoignages sur la boulimie sexuelle de Brigitte Duris, la comptable ? "

Mathieu Launay, journaliste fait-diversier, mène l'enquête et découvre qu'il y a des femmes qu'il vaudrait mieux ne jamais rencontrer.

Brigitte Duris, dite l'ogresse, est de celles-là. Nymphomane, mythomane et terriblement séductrice, elle ne fait qu'une bouchée des hommes et des femmes qu'elle abuse.

Pourtant, certains ne lui en veulent même pas.

Éditions TERRITOIRES TÉMOINS

Posté par elleon à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


11 janvier 2020

Dura Lex

de Bruce DeSilva

Bruce DeSilva - Dura Lex.À la fin des années 1980, Kwame Diggs, le plus jeune tueur en série de l'histoire, a sauvagement assassiné deux femmes et trois petites filles avec des couteaux de cuisine avant même d'être en âge de conduire. Lors de son arrestation, il y a dix-huit ans, le Code pénal de Rhode Island prévoyait que tout délinquant juvénile, quel que soit son crime, soit libéré à vingt et un ans. Il devrait donc être sorti de prison depuis des années mais il est toujours derrière les barreaux, à cause de condamnations supplémentaires pour possession de drogue et agression de deux gardiens.

Le fait que ces accusations soient montées de toutes pièces est un secret de Polichinelle, mais ça ne gêne personne, et surtout pas Mulligan, qui avait enquêté pour le "Dispatch" à l'époque des faits et qui redoute d'autres meurtres si le tueur est remis en liberté.

La direction du journal, en revanche, n'est pas du même avis : si l'administration n'est pas inquiétée pour ce coup monté contre un tueur, elle pourra se permettre le même type d'agissements avec n'importe qui.
Peut-on prendre des libertés avec la loi au nom de la sécurité ? C'est autour de ce dilemme éthique que le journal, et l'opinion, se déchirent.

Mulligan, de son côté, reprend ses investigations et se lance dans une course contre la montre pour maintenir le criminel en détention. Parce que si le meurtrier est relâché, partisans du droit et défenseurs de l'éthique risquent de se retrouver dans le même camp : celui des proies.

Éditions ACTES SUD

Posté par elleon à 04:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 janvier 2020

Les Invisibles - Une enquête en Corse

de Antoine Albertini

Antoine Albertini - Les invisibles - Une enquête en Corse."Le 16 novembre 2009, un homme était abattu sur une route de campagne déserte dans la Plaine orientale de la Corse. Je l'avais rencontré une semaine auparavant à l'occasion d'un documentaire sur les filières d'immigration clandestine. Il s'appelait El Hassan M'Sarhati. Il m'avait raconté comment un passeur l'avait acheminé dans l'île, comment il avait travaillé pour des patrons inhumains, comment il se retrouvait à cette époque sans ressource, sans travail, les mains fracturées.
Ce jour-là, j'ai fait mon métier, je l'ai convaincu de parler. Il a accepté en m'avertissant : Si je parle, ils vont me mettre en balle dans la tête. C'est ce qui est arrivé. "

La justice n'a jamais su qui étaient ces ils. Les assassins n'ont jamais été retrouvés.

Antoine Albertini a voulu reconstituer le parcours de cet homme exécuté dans le dos, d'une balle de fusil de chasse. Il a enquêté. Visité les mobils homes où vivent des milliers de déracinés, serfs des temps modernes, qui récoltent le raisin, les kiwis, les clémentines dans les champs corses. Il a rencontré des immigrés clandestins, des avocats, des gendarmes, des vignerons.

À travers le destin tragique d'El Hassan, Antoine Albertini révèle le sort de milliers d'hommes dont on ne parle jamais, il décrit une économie, une société, un monde caché. Lorsque le rosé bu par les touristes sur une plage de Porto-Vecchio a un arrière-goût de sueur d'esclaves.

Éditions J.C LATTÈS

Posté par elleon à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La femme sans tête

de Antoine Albertini

Santa Lucia, Cap Corse, 8 août 1988. Au fond d'un caveau familial, le corps décapité d'une femme est retrouvé. Très vite, le major Serrier, surnommé « L'Enquêteur numéro un » au sein de la Brigade de recherches, retrouve son identité ; il s'agit de Gabrielle Nicolet, disparue en août 1979 alors qu'elle se trouvait en vacances en Corse avec son fils de huit ans.
Que leur est-il arrivé ? Pourquoi, après avoir massacré le corps de cette jeune femme, l'assassin lui a-t-il arraché la tête ? Où est le petit Yann ? Dix ans après leur disparition, Serrier est parti sur leurs traces.

De filatures en planques nocturnes, de la plage de Santa Lucia aux trottoirs parisiens, cette affaire a plongé Serrier dans la folie.

Antoine Albertini rouvre le dossier. Une enquête où rancunes familiales, silences et combines locales s'entrecroisent pour brouiller la vérité.

Éditions GRASSET

~~~

La Femme sans tête est le premier roman d'Antoine Albertini, journaliste en Corse. Un roman double, voire triple, qui convoque trois personnages : Gabrielle Nicolet, le major Serrier et un anonyme qu'on suppose être Albertini lui-même, qu'on distingue des deux autres car il pense en italique. Ce mélange donne au roman une profondeur narrative élégante, au sens où l'histoire épouvantable racontée là respecte minutieusement les personnalités propres à chacun des «héros». La femme sans tête est un fait divers réel comme il peut s'en passer partout, y compris dans son dénouement déconcertant. Et pourtant...  Béatrice Vallaeys - "Libération" du 25 avril 2013

~~~

Posté par elleon à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 décembre 2019

Miroir obscur

de Ivan Zinberg

Ivan Zinberg - Miroir obscur.Au coeur des beaux quartiers de Los Angeles, le corps d'un gynécologue est retrouvé criblé de balles, le chiffre 1 gravé sur le front.

Premier meurtre d'une longue série.

Quand le tueur s'en prend aussi à des célébrités, les médias se déchaînent. Le paparazzi Michael Singer se voit impliqué dans l'affaire - suspecté, même. Sa carte de visite, telle une signature, est découverte près des victimes.

Quel but poursuit le tueur ? Et pourquoi cherche-t-il à le mettre en cause ?

Bien décidé à faire justice lui-même, le journaliste, épaulé par une ancienne policière, se lance aux trousses de l'assassin.

Éditions CRITIC

Posté par elleon à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2019

Panique à l'Évêché

de Pascal Tissier

Pascal Tissier - Panique à l'évêché.La criminalité ne cessant d'augmenter à Marseille, le ministère de l'Intérieur décide de frapper un grand coup.

César Campana, nouvellement nommé divisionnaire, accepte de quitter le 36 Quai des Orfèvres pour rejoindre l'Évêché, le commissariat central de la cité phocéenne.

Pendant qu'à Paris les menaces d'attentats sèment une véritable psychose, les jurés ayant rendu un verdict implacable dans un procès d'assises à Aix-en-Provence sont assassinés les uns après les autres.

Il faut d'urgence arrêter l'hécatombe. Quel lien peut-il y avoir entre ces deux affaires ?

Paola Beltramo, journaliste dans un quotidien provençal, est la première à mettre le doigt sur l'origine probable de ces agressions. Elle devient une cible à abattre.

Éditions DE BORÉE

Posté par elleon à 04:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,