26 mars 2011

Les visages écrasés

de Marin Ledun

les_visages_ecrasesQuand un médecin du travail se met à tuer ses patients pour leur éviter le suicide...

« Fascinée, je contemple de nouveau le semi-automatique. L’idée me traverse l’esprit de le retourner contre moi mais, encore une fois, Vincent n’est le problème. Il le sait, je le sais.

Le problème, ce sont ces fichues règles de travail qui changent toutes les semaines. La tension permanente suscitée par l’affichage des résultats de chaque salarié, les coups d’œil en biais, les suspicions, le doute permanent. La valse silencieuse des responsables d’équipes, toujours plus jeunes et plus inflexibles. L’infantilisation, les sucettes comme récompense, les avertissements comme punition, les objectifs inatteignables. Les larmes qui coulent pendant des heures, une fois seul, mêlées à une colère froide qui rend insensible à tout le reste. Les injonctions paradoxales, la folie des chiffres, les caméras de surveillance, la double écoute, le flicage, la confiance perdue. La peur et l’absence de mots pour la dire.

Le problème, c’est l’organisation du travail et ses extensions. Personne ne le sait mieux que moi. Vincent Fournier, 13 mars 2009, mort par balle après ingestion de sécobarbital, m’a tout raconté. C’est mon métier, je suis médecin du travail. Écouter, ausculter, vacciner, notifier, produire des statistiques. Mais aussi : soulager, rassurer. Et soigner. Avec le traitement adéquat. »

Éditions du SEUIL

-

etoileTrophée 813 du roman français (2011)

etoileGrand Prix du roman noir du Festival International du film policier de Baune (2012)

etoilePrix des lecteurs du Festival de Polar de Villeneuve-lès-Avignon (2012)

~~~

Un roman noir à offrir de toute urgence à votre DRH.

~~~


Posté par elleon à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mars 2011

Sous le regard des élégantes

de Frédéric H. Fajardie

sous_le_regard_des_elegantes1967. À l'époque, le « Secret Défense » fonctionnait encore, si bien que vous ignorez tout de cette fantastique histoire.

J'étais jeune et riche, « Cravache d'Or » et crack-jockey des courses d'obstacles. Une vie de rêve. Et puis je l'ai vu, un matin: un grand cheval appelé « Hard to beat ». En une seconde, j'ai compris deux choses : primo, que ce cheval serait le plus grand champion de tous les temps... secundo, que les ennuis allaient commencer.

Entre les hippodromes d'Auteuil, d'Aintree et de Cheltenham, ça tombait pire qu'au Viêt-nam: neuf canassons étendus raides et pas moins de trente-trois macchabées humains - si l'on peut dire, vu ce qu'il en restait. Et tout ça mené bride abattue avec, en prime, la rencontre du grand amour, le Londres des mini-jupes et des groupes pop, le Paris des sixties et des voitures de sport, des petits bars et des palaces, des femmes du monde et des malfrats.

Sans oublier les commandos néo-nazis de Sir Oswald Mosley et les instructeurs de l'armée israélienne pour une bataille finale digne de Stalingrad...  

On a du mérite, après cela, à essayer de gagner les trois plus grandes courses de steeple-chase du monde pour entrer vivant - c'est mieux, non ? - dans la légende du turf.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. La Table Ronde (1997)

~~~

Vedette du roman noir français, scénariste dialoguiste des plus grands, Frédéric H. Fajardie signe un roman haletant et drôle, en même temps qu'il restitue avec minutie et tendresse le charme des « sixties ».

~~~


Posté par elleon à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Reines dans la ville

de Frédéric H. Fajardie

reine_dans_la_villeElles sont deux, jeunes et belles, mini-jupes et longues jambes, œillades charmeuses et sillages parfumés mais, problème, elles ne sont pas exactement des filles... et même franchement des garçons !

Belle cinquantaine, éducation bourgeoise, il est presque un gentleman mais, avec un passé de mercenaire et un présent de braqueur, c'est un déclassé. Voilà une rencontre qui fera des étincelles !

Côté flics, il y a les fascistes courants, qui dégueulent nos drag-queens et rêvent de filer leurs bas noirs et de leur faire la peau. Et puis il y a les autres, les pauvres types qui fantasment sur ces Reines qui, d'un coup de hanche, allument toutes les lumières de la ville.

Mais à l'heure du PACS, est-on prêt à tolérer les amours romantiques entre un garçon qui affiche sa différence et un braqueur qui cherche l'amour fou, un amour hors des normes d'une société plus conformiste qu'on le prétend ?

Éditions BALEINE

Posté par elleon à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2011

Le soleil des Scorta

 de Laurent Gaudé

le_soleilParce qu'un viol a fondé leur lignée, les Scorta sont nés dans l'opprobre.

À Montepuccio, leur petit village d'Italie du sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait vœu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage.

Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu'ils appellent "l'argent de New York", leur richesse est aussi immatérielle qu'une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie.

Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela - dont la voix se noue ici à la chronique objective des événements - confie à son contemporain, l'ancien curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.

Éditions ACTES SUD

-

etoile Prix Goncourt (2004)

~~~

Roman solaire, profondément humaniste, le  livre de Laurent Gaudé met en scène, de 1870 à nos jours, l'existence de cette famille des Pouilles à laquelle chaque génération, chaque individualité, tente d'apporter, au gré de son propre destin, la fierté d'être un Scorta, et la révélation du bonheur.

~~~


Posté par elleon à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2011

Ce qu'ils se mettent sur le dos

de Linda Grant

ce_qu_ils_se_mettent_sur_le_dosVivien Kovaks est la fille unique d'Ervin et Berta, un couple de Juifs hongrois immigrés à Londres depuis 1938.

Autant que Vivien le sache, sa famille se réduit à ces deux parents taciturnes et renfermés. Mais, à dix ans, elle se découvre un oncle, et pas n'importe qui, un truand célèbre, Sándor Kovacs, propriétaire véreux et maquereau occasionnel.

Son père refuse de lui en dire davantage sur ce frère détesté, cependant la petite fille reste fascinée par la seule image qu'elle ait de Sándor, habillé richement et paré d'une montre en diamants. Puis le temps passe, et la vie de Vivien suit un cours monotone, qui culmine lorsqu'elle épouse sans conviction Alexander, un Anglais de bonne famille.

Or un drame l'oblige à retourner vivre chez ses parents...

Éditions JOËLLE LOSFELD

~~~

Ce qu'ils se mettent sur le dos est l'histoire d'une famille où secrets, déceptions et trahisons intimes se mêlent aux douleurs provoquées par la grande Histoire. Entre tragique et comique, l'auteur dissèque avec finesse les émotions que les personnages dissimulent, ou exposent, par te biais de leurs habitudes et de leurs codes vestimentaires.

~~~


Posté par elleon à 05:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 mars 2011

Là où nous avons raison

de Batya Gour

la_ou_nous_avons_raisonOfer est tué pendant son service militaire à la suite d'un bizutage stupide et tragique.

Plus encore que la douleur de cette mort, ce sont l'hypocrisie de l'armée et l'inscription obligatoire "Mort dans l'exercice de ses fonctions" sur la tombe de son fils qui décident Rachel Avni à engager une bataille judiciaire pour obtenir réparation. Animée par un désir de justice absolue, elle va jusqu'à dynamiter la pierre tombale portant l'inscription mensongère, et ne recule pas devant le scandale.

Mais dans sa solitude et sa colère, sa soif de justice se mue en orgueil aveugle et elle perd de vue le fait qu'il ne suffit pas d'avoir raison pour vivre en paix avec soi-même et les autres.

Éditions GALLIMARD

~~~

Là où nous avons raison s'inspire d'un fait divers survenu en Israël il y a quelques années, tout en inscrivant le personnage de Rachel dans la lignée des héroïnes tragiques telles Antigone ou Niobé.

Outre son regard percutant sur un destin individuel particulièrement douloureux, il offre au lecteur français un tableau inattendu de la société israélienne.

~~~


Posté par elleon à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mars 2011

Nécropolis 1209

 de Santiago Gamboa

necropolisAu sortir d'une longue maladie, un jeune écrivain est invité à un congrès de biographes dans un hôtel de luxe à Jérusalem, métaphore de la ville assiégée par la guerre et sur le point de succomber.

Dans ce moderne Décaméron, les vies extraordinaires des participants laissent perplexe le héros de ce tour de force littéraire et stylistique. Il y croise le libraire bibliophile Edgar Miret Supervielle, la star italienne du cinéma porno Sabina Vedovelli, l'entrepreneur colombien Moisés Kaplan, l'éditeur Ebenezer Lottmann, et surtout José Maturana, ex-forçat, ex-drogué, ex-pasteur évangélique, éclairé par la littérature, qui dans la langue puissante des rues les plus sordides raconte l'itinéraire de son sauveur, le charismatique messie latino de Miami.

Quelque temps après sa communication, José Maturana est retrouvé mort dans sa chambre, tout semble indiquer un suicide, mais des doutes surgissent: qui était-il vraiment ?

Éditions MÉTAILIÉ

~~~

Ce roman débordant d'énergie explore les différentes versions d'une même histoire, qui varie sans cesse, et nous incite à écouter, souvent avec stupéfaction, les récits surprenants des autres protagonistes de cette histoire. Amour, jalousie, trahison, vengeance, amitié, tous veulent témoigner avant la fin du monde.

Il a reçu, à l'unanimité du jury, le premier "Prix La Otra Orilla", décerné à Bogotá en 2009.

~~~


Posté par elleon à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mars 2011

Arrêtez-moi là !

de Iain Levison

arretez moi la

Charger un passager à l’aéroport, quoi de plus juteux pour un chauffeur de taxi ? Une bonne course vous assure une soirée tranquille. Ce soir-là, pourtant, c’est le début des emmerdes…

Tout d’abord la cliente n’a pas assez d’argent sur elle et, pour être réglé, il vous faut entrer dans sa maison pourvue d’amples fenêtres (ne touchez jamais aux fenêtres des gens !). Plus tard, deux jeunes femmes passablement éméchées font du stop. Seulement, une fois dépannées, l’une d’elles déverse sur la banquette son trop-plein d’alcool. La corvée de nettoyage s’avère nécessaire (ne nettoyez jamais votre taxi à la vapeur après avoir touché les fenêtres d’une inconnue !).

Après tous ces faux pas, comment s’étonner que deux policiers se pointent en vous demandant des comptes ?

Un dernier conseil: ne sous-estimez jamais la capacité de la police à se fourvoyer !

Éditions LIANA LEVI

~~~~

Dans ce roman magistral, Levison dissèque de manière impitoyable les dérives de la société américaine et de son système judiciaire. L'éditeur

~~~

«Le roman se lit dans une espèce de joie féroce et de sidération.»  "La Marseillaise"

~~~

«Toujours aussi grinçant.»  "Livres Hebdo"

~~~~

Posté par elleon à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un petit boulot

de Iain Levison

un petit boulot

Une petite ville américaine est ravagée par la fermeture de l’unique usine, délocalisée au Mexique. Jake Skowran a non seulement perdu son travail, mais aussi sa petite amie partie vers des cieux plus cléments.

Autant dire qu’il est prêt à accepter n’importe quel « petit boulot » pour s’en sortir, y compris celui que lui propose Ken Gardocki : tuer sa femme.

Avec sérieux et application, il s’attelle à son nouveau travail… et y prend goût, ce qui le plonge dans des situations complètement extravagantes.

Éditions LIANA LEVI

~~~~

Derrière ce burlesque s’impose un portrait au vitriol de l’Amérique des laissés-pour-compte, jusqu’au final inattendu. L'éditeur

 ~~~

«Jake est le nouveau héros des temps modernes... Ce Petit boulot pourrait devenir un antidote à la déprime généralisée... un best-seller!»   "Telerama"

~~~

«Iainlevison a réussi, avc son premier roman, un coup de maître.»  "Le Monde"

~~~

«Noir et loufoque... une sacrée bonne surprise "Elle"

~~~~

Posté par elleon à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Une canaille et demi

de Iain Levison

ue canaille

Dans une petite ville du New Hampshire, deux hommes se font face.

Dixon, l'ex-taulard braqueur de banques et Elias, le professeur fasciné par les filles en socquettes et le IIIeReich. Un pistolet automatique les sépare. Leur vision de la vie et des hommes aussi. Le premier rêve d'une ferme tranquille dans l'Alberta. Le second d'une ascension valorisante dans l'establishment universitaire.

Condamnés par les circonstances à cohabiter, ils se jaugent avec méfiance. D'ailleurs, à qui peut-on réellement se fier dans une Amérique régie par l'argent et le cynisme ?

Éditions LIANA LEVI

~~~~

«Dans ce roman aux allures de thriller, IainLevison met en lumière, avec humour, les petits travers de l'humanité.» "Le Monde"

~~~

«Levison est à la fois inimaliste et grandiose.» "VSD"

~~~

«Roman féroce, Une canaille et demie  se dévore plus qu'il ne se lit.» "Les Échos"

~~~~

Posté par elleon à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :