17 décembre 2011

Comme le scorpion, mon frère

de Maxime Vivas

comme le scorpionGênes, juillet 2001. La foule nombreuse et diverse : des catholiques et des végétariens, des trotskistes et des zapatistes, des chômeurs et des cadres surmenés, des communistes et des anarchistes, des pacifistes et des adeptes de la castagne, des ouvriers et des étudiants, des écolos des villes et des paysans bio, des gays, des maos, des défenseurs des animaux, des acteurs et des chanteurs, des cinéastes, des SDF, des syndicalistes...

Tous viennent protester contre le G8, réunion des chefs d’Etat des pays les plus puissants de la planète. 20 000 hommes en armes, les attendent avec leurs matraques, leurs grenades, leurs fusils...

Dans ce contexte, l’auteur suit plusieurs personnages qui vont connaître des aventures où le rire, l’amour et l’amitié s’acharnent à disputer un espace à l’incroyable violence policière.

Éditions LE TEMPS DES CERISES

Posté par elleon à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 décembre 2011

L'hermine était pourpre

de Pierre Borromée

l'hermine etait pourpreQuand la justice est plus disposée à ouvrir les parapluies que les portes des prisons...

Assumant le désordre des avocats, le Barreau est une confraternité où les robes peuvent cacher les armes de la vengeance, où l'hermine s'ensanglante...

Les "flics" et la basoche s'accorderont toujours sur la blanquette de madame George, payée en renseignements plutôt qu'en espèces. Plus savoureuse, plus précieuse encore pour les enquêteurs, la chance de croiser la meilleure dentre eux, petite fée exemplaire, maître ès générosité ! 

Vous aviez demandé la police ? La voici, souvent incomprise, parfois hésitante, ici décisive !

Éditions FAYARD

-

etoilePrix du Quai des Orfèvres (2012)

Posté par elleon à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 novembre 2011

Intermittence

de Andrea Camilleri

intermittence

La Manuelli, l'une des plus grandes entreprises d'Italie, est à un tournant: ses dirigeants préparent la fermeture de certains établissements en même temps que l'absorption d'une autre société, l'Artenia.

À cette occasion, les cruels jeux du pouvoir et de l'argent vont voir s'affronter le vieux Manuelli, père fondateur, tout imprégné de son importance historique, son fils Beppo qu'il méprise, De Blasi, directeur, vrai patron de la société et requin impitoyable, sa secrétaire Anna, amoureuse d'un gigolo, la très troublante et ambitieuse Licia, fille du fondateur de l'entreprise absorbée, un sous-secrétaire d'État avide et bigot, des ouvriers en grève et des hommes de main sans scrupules.

Éditions MÉTAILIÉ

~~~

Andrea Camilleri aborde ici un nouveau genre, le thriller économique, et réussit une fois de plus à nous surprendre. D'un retournement de situation à l'autre, le vrai vainqueur, c'est le regard impitoyable qu'il pose sur le monde de l'entreprise, grâce à cette ironie si dure pour les puissants et si tendre pour les autres, avec ce sens du dialogue et cette profonde humanité qui l'ont imposé comme l'un des plus grands écrivains italiens contemporains.

~~~

Posté par elleon à 05:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2011

La couleur de la nuit

de Madison Smartt Bell

la couleur de la nuit

En cette nuit du 21 septembre 2001, Mae n'est pas comme d'ordinaire, en train de rôder, un fusil en main dans les ténèbres du désert du Nevada: dans la caravane où elle vit seule, elle se repasse en boucle les quelques secondes de vidéo où elle vient de reconnaître, parmi les New-Yorkais paniqués courant dans les décombres, le visage convulsé de Laurel, la femme qu'elle a aimée et qui a disparu de sa vie depuis trente ans.

Loin de partager l'effroi que suscite sur la planète entière le spectacle des deux tours qui ne cessent de s'effondrer, Mae y lit une invitation longtemps espérée à assumer de nouveau pleinement la cruauté à laquelle elle a, très jeune, été initiée par son propore frère avant que, entre drogue et sexe, Laurel et elle ne fassent, jusqu'au bout, l'apprentissage de la violence au sein d'une secte restée célèbre pour l'atrocité d'un de ses crimes "rituels" à la fin des années soixante.

Mais Laurel, contactée, refuse radicalement de renouer avec cette dangereuse mémoire dont Mae, qui hait la "pusillanimité des "mortels", se veut la gardienne farouche et passionnée. Lâchée dans ses rêves de carnage et de sanctuaire amoureux, Mae accule alors son ancienne compagne à une ultime rencontre.

Éditions ACTES SUD

~~~

À travers le saisissant personnage de Mae faisant fusionner au creuset de son délire deux des épisodes les plus emblématiques de l'histoire récente des Etats-Unis, Madison Smart Bell en appelle aux mythes dionysiaques pour interroger avec audace le présent d'une humanité dont la propension archaïque à rechercher l'extase dans la catastrophe contribue à façonner l'éternel enfer.

~~~

Posté par elleon à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 octobre 2011

Le maître d'escrime

de Arturo Pérez-Reverte

le maitre d'espagneDans une Espagne secouée par de graves troubles politiques, un maître d'escrime assiste à la lente disparition de son art et des valeurs auxquelles il a été fidèle toute sa vie.

En 1868, à Madrid, les mots honneur et honnêteté agonisent en même temps que le vieux monde, et le maître, réfugié en lui-même, s'applique à mettre au point une botte secrète, imparable, son Graal.

Lorsque dans sa salle d'armes apparaît la belle et énigmatique Adela de Otero, sa vie bascule. Son amour, qu'il n'ose exprimer, l'entraîne malgré lui dans une aventure où les trahisons succèdent aux manoeuvres politiques et aux crimes, et qui se déroule selon les règles d'un duel : assaut, fausse attaque, dégagement forcé, jusqu'au combat à pointe nue, mortel.

Éditions du SEUIL


Arturo Pérez-Reverte, révélé en France par Le Tableau du maître flamand, nous livre ici un suspense haletant, où l'intrigue policière tracée au fleuret laisse apparaître la vision d'un monde qui a perdu ses repères et vacille.


Posté par elleon à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17 octobre 2011

La prière du Maure

de Adlène Meddi

la priere du maure

« Le cortège des berlines blindées serpentait dans la nuit et le brouillard. À travers les roseaux muets, suintaient les lumières des phares. Faisceaux jaunes mordant l’obscure vapeur des enfers… Et Dieu lui-même semblait avoir déserté… »

Alger, les années 2000. Un jeune homme disparaît. Pour régler une dette, Djo, commissaire à la retraite – entêté, solitaire et amoureux – reprend du service et réactive ses réseaux. L'enquête devient une inquiétante course contre la mort, les fantômes d'une époque que tous croyaient révolue ressurgissent. Les capitales étrangères paniquent, les systèmes de sécurité s’effondrent.

Dans une Algérie où la frontière entre la raison et la folie s’estompe jusqu’au vertige, Alger sombre dans le chaos.

Éditions JIGAL

Édition originale: Éd. Barzakh (Alger) (2008)


 […]En alternant sécheresse de style, dialogues percutants et échappées poétiques Adlène Meddi met en scène des personnages pris au piège d’une ville glauque et fantasmagorique, sur fond de terrorisme, de complot politique, d’illusions perdues et d’amour impossible. Une écriture à vif, très à vif… Un roman d’une grande intensité.


Posté par elleon à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 octobre 2011

L'homme de Lewis

de Peter May

l'homme de lewisEn rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis.

La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage, impuissant et résigné, il a quitté la police.La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir ici retrouver un sens à sa vie.

Mais peu de temps après son arrivée, on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière pendant une cinquantaine d’année. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de son amour de jeunesse Marsaili, et font de lui le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors pour découvrir la vérité : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile, dont les souvenirs s’effacent jour après jour.

L’évocation de l’histoire personnelle de Tormad lève le voile sur un pan de l’histoire écossaise largement méconnue. Il faisait partie des «Homers» : ces enfants orphelins ou abandonnés que l’église catholique envoyait sur les îles Hébrides. Débarqués des ferrys, avec autour du cou une pancarte indiquant le nom de leur nouvelle «famille», ils constituaient surtout une main d’œuvre gratuite et un rempart contre la consanguinité qui frappait l’archipel.

Au rythme des fulgurances qui traversent l’esprit malade du vieil homme, le passé ressurgit, douloureux, misérable, dramatique et permet l’identification du cadavre, qui vient mettre fin à des décennies de vengeance.

Éditions du ROUERGUE

~~~

Après L’île des chasseurs d’oiseaux (Rouergue, 2009), on retrouve ici avec bonheur la figure d’un enquêteur entier et émouvant, indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son avenir sur les cendres du passé. L’Ecosse mystérieuse, majestueuse et sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente, magistralement orchestrées par Peter May .

~~~


Posté par elleon à 03:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 octobre 2011

Monsieur le Commandant

de Romain Slocombe

monaieur le commandant

Écrire pour tuer; la lettre assassine passe du symbole à la réalité... Les femmes et les enfants d'abord !

Écrivain et académicien dans le Paris de l'avant-guerre, Paul-Jean Husson s'est désormais retiré dans une petite ville de Normandie pour se consacrer à son oeuvre, émaillée d'un antisémitisme « patriotique ».

Lorsque la guerre éclate et que son fils Olivier rejoint la France libre, il prend en charge la protection de sa belle-fille, Ilse, une Allemande aux traits aryens et à la blondeur lumineuse. Sa beauté fait surgir en lui un éblouissement bientôt en contradiction avec toutes ses valeurs, car il découvre qu'Ilse est juive, sans toutefois parvenir à brider l'élan qui le consume.

Peu à peu, l'univers si confortable du grand écrivain pétainiste, modèle de bon bourgeois enkysté dans ses ambivalences, vacille. Les secrets de familles sortent comme autant de cadavres de leurs placards et à l'heure ou son existence torturée est percée à jour par une Occupation aux effets ontologiques imprévisibles, seule une lettre adressée au commandant de la Kreiskommandantur peut permettre à Husson de sauver la face.

Éditions NIL

-

etoilePrix Calibre 47 (2012)

~~~

C'est en salaud imaginaire que Romain Slocombe porte en lui une lettre jamais écrite, une lettre de délation ; il prouve ainsi que la part la plus vile de l'âme humaine ne trouve de meilleure place ou se révéler que dans le genre épistolaire.

~~~

Posté par elleon à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 octobre 2011

Va, brûle et me venge

de Philippe Bouin

va brule et me vengeUn parrain corse est assassiné dans des conditions aussi atroces que spectaculaires. Pour les flics, l’exécution de Bonnelli annonce le début d’une guerre des gangs lyonnais. Et, de fait, les meurtres se répètent.

Seule Antonia Arsanc, patronne atypique de la BRI de Lyon, n’accrédite pas cette thèse. Mais puisque la justice, à ses yeux, est démissionnaire, elle l’approuve sans état d’âme et manipule son entourage afin que les pourris payent leurs crimes…

Éditions L'ARCHIPEL

~~~

Philippe Bouin signe ici un roman au vitriol, dont le style, les rebondissements et l’humour grinçant servent la révélation finale. Inattendue, brutale… Amorale ?

Adoptant délibérément un point de vue polémique, l’auteur puise ses sources dans la glaçante réalité d’hommes et de femmes chargés de faire respecter l’ordre et la justice. Ainsi, à contre courant du politiquement correct, il n’hésite pas à aborder des sujets aussi dérangeants que la peine de mort, l’auto-justice… En témoin impartial mais sans concession.

~~~~


Posté par elleon à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 septembre 2011

La mallette de l'usurier

de Piero Colaprico

la malette de l'usurierUn étudiant est retrouvé mort dans un canal. Son colocataire et ami, traumatisé par le drame, donne l'impression de cacher quelque chose.

L'inspecteur Bagni sait par ailleurs que la victime avait fréquenté un dealer, ce qui ne cadre pas du tout avec le personnage. Mais dans un Milan gangrené par la corruption, il ne faut pas se fier aux apparences...

 Éditions RIVAGES

~~~

La mallette de l’usurier est le dernier volet de la « Trilogie de la ville de M. », peinture sensible d'une société désorientée qui n'est pas sans rappeler l'univers de Scerbanenco.

~~~


Posté par elleon à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,