01 décembre 2011

La mort fait l'appel

de Patrick Quentin L'abominable infirmière en gris... C'est elle. Lucas entend son uniforme froufrouter dans l'obscurité du dortoir, il la voit se pencher sur le lit d'en face, agripper la gorge du dormeur et serrer, serrer... Mais non. Lucas rêve. L'infirmière en gris, quelle bonne blague! Personne n'y croit vraiment, à l'école. C'est un fantôme qu'on a inventé pour flanquer la frousse aux têtes de turc du dortoir. Il n'est rien arrivé, rien du tout. Pourtant, le lendemain, Lucas a beau se pincer, une place est inoccupée au... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2011

Épitaphe pour un baronnet

de Patrick Quentin Il savait aussi que c'était un poison, un poison puissant mais rarement employé, si bien que ses effets étaient capables d'abuser un médecin de quartier, davantage habitué à reconnaître les symptômes d'un empoisonnement par l'arsenic, la strychnine ou le cyanure de potassium. À compter de ce jour-là, la petite bouteille verte joua un rôle important dans ses rêves éveillés... Et tandis que la voix de sa femme continuait à moudre inlassablement des mots, des songes colorés flottaient devant ses yeux: la petite Dinah... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Une île si paisible

de Ray Lasuye Je demeurai un instant immobile, essayant de fouiller l'ombre du regard, puis m'avisai que, planté comme je l'étais au milieu de la chaussée, je formais une très belle cible. Je m'en avise trop tard. Au moment où je vais me jeter dans l'ombre, une voix m'ordonne de rester sur place. Elle vient de quelque part sur ma gauche, c'est-à-dire de la lisière de la forêt que la lune frappe obliquement. Je tourne les yeux dans cette direction. Et, de nouveau, je le vois. Long et maigre, vêtu d'un pantalon et d'un chandail, il... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Un parfum de citronnelle

de Ray Lasuye Je projetais de regagner Mers-les-Bains pour y reprendre possession de ma voiture. "Une heure de travail" avait estimé le garagiste, après un rapide examen. La réparation devait être terminée. En pressant le pas et, cette fois, sans avoir à lutter contre un vent défavorable, je pouvais arriver chez lui en un quart d'heure. Mais ce projet ne se réalisa pas. Quelqu'un - homme ou femme, je n'aurais su le dire - y mit obstacle. Je me souviens seulement que c'était au sortir de l'impasse et que, une fraction de seconde... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Sachez vous défendre !

de Ray Lasuye L'inconnu paraissait avoir recouvré sa maîtrise. Nous l'entendîmes murmurer un instant, sans saisir la moindre de ses paroles, auxquelles répondait brièvement Queniart. Puis se succédèrent, un bruit de pas, l'ouverture d'une porte. — Ce sera bientôt votre tour, chuchota la jeune femme. Courage, monsieur Wattebled ! Je lui jetai un regard de surprise. — II est très dur. Sachez vous défendre ! Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES
Posté par elleon à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Retour de baptême

de Ray Lasuye Le meurtrier venait d'éteindre la lampe quand il lui sembla percevoir un bruit de pas, le long de la façade. Il se sentit blémir. Quelques instants plus tôt, il avait cru surprendre un bruit semblable, mais à présent ?... Plus rien. Sauf l'impression d'une présence derrière le mur, et le pressentiment que s'il sortait... À tâtons, il se dirigea vers l'escalier, qu'il gravit rapidement. Il entra dans une pièce, dont la fenêtre était ouverte, s'approcha de cette dernière, jeta un regard furtif, recula aussitôt après. Là... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2011

Maintenant, fermez la fenêtre !

de Ray Lasuye ...Frenchie tendit le pistolet par le canon, en souriant. " Reprenez votre bien je vous prie. Cela peut servir quelquefois. Je vous remercie pour l'aide que vous m'avez apportée."... Il s'inclina devant elle, puis enjamba le châssis et se laissa glisser dans l'allée. Quand elle se pencha au dehors, elle ne distingua rien. La nuit de mars était noire. Elle repoussa la fenêtre, une fenêtre à la mode française qui s'ouvrait à deux battants. Elle pensa que si sa chambre n'avait été éclairée que par les bonnes vieilles... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Les dollars coûtent cher

de Ray Lasuye  - Qu'est-ce que c'était ? s'informa le shérif.  - Chlorure d'éthyle. Rien de grave. Les doses n'ont pas été trop fortes. Les deux hommes disparurent. Jim, assis à côté de Molly, la soutenait avec une douce fermeté. Il lui tapota l'épaule en demandant si elle se sentait mieux. - Oui, je crois, murmura-t-elle. Sam, qui allait se retirer, vint se planter devant eux. - Qui est-ce qui a fait le coup ? - Je ne sais pas, je n'ai rien vu, répondit la jeune femme sans lever les yeux. Quelqu'un derrière moi m'a... [Lire la suite]
Posté par elleon à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Le visiteur du crépuscule

de Ray Lasuye Bien qu'il eût envisagé précédemment l'hypothèse d'un guet-apens, il ne renonçait nullement à rentrer chez lui. Mais il s'y présenterait l'arme au poing et prête à cracher le plomb, en cas de nécessité !... "Onze heure moins douze" lut-il au cadran de sa montre, avant de mettre pied à terre. Ce fut la dernière chose dont il se souvint. L'instant suivant, sur un coup très sec, porté à la nuque par le tranchant d'une main, il s'écroulait sur le sol, sans même avoir entrevu son agresseur, et sombrait dans l'inconscience.... [Lire la suite]
Posté par elleon à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2011

La passager de la "fouine"

de Ray Lasuye Quelques autos circulaient encore sur la route du bord de mer, et leurs feux de croisement, en dépit du brouillard qui en réduisait la portée et l'éclat, permirent à Jef de se reconnaître. Il s'approcha lentement de sa voiture, prêt à répondre à toute nouvelle agression et à cogner dur, s'il avait enfin la chance de trouver Willy à portée de son poing. Prêt à toute éventualité, sauf à celle qui se présenta. Une automobile, garée non loin de la sienne, tous feux éteints, dont il venait seulement de remarquer la... [Lire la suite]
Posté par elleon à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]